DAKAR – BAMAKO: BUSINESS EN RADE

Le corridor Dakar-Bamako en sursis

Suite au renversement du Président Ibrahim Boubacar Keïta par des éléments des Forces armées maliennes (Fama), mardi dernier, la Cedeao, comme à l’accoutumée, a pris une batterie de mesures à l’encontre du Mali.
Parmi celles-ci, la fermeture des frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières.
Cette décision de l’institution communautaire vient s’ajouter à une situation économique déjà morose et complexe due à la crise sanitaire qui a frappé de plein fouet les économies de la sous-région.
Le Corridor Dakar-Bamako va-t-il pâtir de la décision de la Cedeao de fermer les frontières terrestres et aériennes et de l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les autres pays membres et le Mali ?
S’il est très tôt de répondre par l’affirmative, on peut cependant nourrir quelques craintes. En effet, la crise politico-sociale malienne survient dans un contexte où les réflexions convergent vers l’élaboration de stratégies de relance des économies et la levée progressive des mesures restrictives, comme la reprise des vols commerciaux et autres types de transport.
La fermeture des frontières est, sans doute, un sacré coup aux économies de la Cedeao, particulièrement celle du Sénégal. Ces deux pays ont réussi à bâtir l’un des corridors (Dakar-Bamako) les plus achevés de l’espace communautaire, un symbole de l’intégration.
Au regard de sa position géographique et de la place stratégique du Mali sur la carte des échanges commerciaux du Sénégal, une politique d’isolement constituerait un coup dur pour ces deux économies.
Les deux pays n’ont pas fini de panser totalement les maux créés par la pandémie de la Covid-19 et la Cedeao en rajoute une autre couche.
Le Mali est un partenaire commercial privilégié du Sénégal eu égard au volume de marchandises qui y sont exportées, à la diversité des accords économiques signés entre les deux États depuis plusieurs décennies…
Le dynamisme du secteur des transports terrestre et aérien entre les deux pays suffit pour se rendre compte de l’intensité de leurs relations commerciales et économiques.
Quid de l’avenir de ces opérateurs, propriétaires de véhicules fret gros porteurs communément appelés « camions ou bus maliens », qui font désormais partie du décor du parc automobile sénégalais ?
Qu’il s’agisse de Turkish Airlines ou d’Ethiopian Airlines, le Mali reste un passage obligé pour la plupart de ces compagnies en provenance du Sénégal. Le transport ferroviaire n’est pas en reste avec l’axe Dakar-Bamako.
Et s’il existe un secteur qui va certainement ressentir les contrecoups de la fermeture des frontières, c’est, bien sûr, le Port autonome de Dakar qui reste un partenaire de premier choix parce qu’étant le lieu de transit de la quasi-totalité des marchandises maliennes.
Bref, c’est toute la chaîne d’approvisionnement, de commerce et d’industrie du corridor Dakar-Bamako qui risque de subir les contrecoups de cette décision de la Cedeao relative à la fermeture des frontières.
La position du Mali dans l’expédition des marchandises sénégalaises au sein de l’Uemoa est stratégique et une perturbation de cet axe constituerait une réelle menace pour les deux économies.
Si l’on prend exemple sur les exportations du Sénégal vers l’Uemoa, elles sont estimées à 38,6 milliards de FCfa au mois de juin 2020 contre 30,9 milliards au mois de mai, soit une hausse de 7,7 milliards, selon la dernière note de conjoncture de la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee).
Elles ont ainsi représenté 24,7 % de la valeur totale des exportations de marchandises du Sénégal durant le mois de juin 2020. Et, tenez-vous bien, la part des produits acheminés vers le Mali, principale destination des exportations du Sénégal dans l’Union, est passée de 48,0 % à 45,7 % sur la même période.
S’agissant des produits expédiés, le ciment reste le principal produit exporté vers le Mali avec une part évaluée à 28,6 % en juin 2020 contre 29,1 % le mois précédent. Plonger le Mali dans une autarcie forcée et le suspendre de tous les organes de décision garantit-il un retour rapide à la normale ? Mystère et boule de gomme.
Quoi qu’il en soit, il est impératif de trouver des solutions rapides et durables pour sauver nos deux économies durement touchées par la Covid-19 et épargner le peuple malien d’une asphyxie.
Abdou Diaw/Le Soleil

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. trevidic dit :

    La situation économique est un problème autant pour l’un que pour l’autre .
    on connait un pays qui devrait encore mettre la main au porte monnaie , tout en continuant de maintenir sa force .

  2. flopaty dit :

    et qu’en est il de la frontière entre gambie et senegal, difficile de comprendre comment ce si petit pays qu’est la gambie peut se bloquer sur lui meme depuis mars !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :