LE SCANDALE MONTE A L’ONU

L’ONU saisie dans un scandale à… oryx

L’affaire des oryx offerts par Israël au Sénégal, a atterri sur la table de l’Organisation des Nations Unies, notamment ONU Environnement, qui a été saisie par le Coordonnateur général du Forum Civil sur des enlèvements de ces animaux protégés.
Ce qui, au départ, s’était révélé comme un simple accident mortel d’animaux, notamment des oryx morts dans la réserve personnelle du ministre sénégalais de l’Environnement, Abdou Karim Sall, s’avère être un gros scandale dans lequel même le nom du ministre sénégalais de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a été cité. Outre le patron de la police, deux autres privés auraient bénéficié de ces animaux. Dans quelles conditions ? Véritable nébuleuse.
C’est dans ce contexte que, le Coordonnateur du Forum Civil, Birahim Seck, a interpellé le chargé des programmes du bureau régional Afrique de l’ouest ONU Environnement sur des enlèvements d’Oryx au Sénégal. « Durant le transfert d’une bande de gazelles Oryx (dont le nombre exact reste à déterminer) de la région naturelle du Ferlo, réserve mondiale de la biosphère, il a été constaté la mort d’au moins 2 d’entre elles dans des conditions effroyables », expose le Forum Civil.
« Ce qu’on pensait être un banal accident de transport, s’est révélé être la partie visible de l’iceberg d’un vaste scandale de prédation d’Oryx, par de hautes autorités de l’Etat. S’en est suivi une vague d’indignation, qui a poussé le ministère de l’Environnement, à travers la Direction des Parcs Nationaux, à publier un communiqué pour justifier le transfert de cette bande d’Oryx vers une « Réserve privée » et les conditions de ce transfert », déplore Birahim Seck.
« Mais ce communiqué est troublant a bien des égards, parce qu’il est la preuve écrite (aveu) d’un dispositif de bradage institutionnalisé du maigre patrimoine de biodiversité dont dispose le Sénégal. C’est la preuve matérielle que la Direction des Parcs Nationaux (DPN), a distribué à sa guise des Oryx à des particuliers, en violation des règles d’écologies les plus primaires et des dispositions légales du Sénégal », condamne le Forum Civil.
Au nombre de ces violations, on peut noter :
– Qu’il n’y ait pas eu d’appel à concurrence publique pour sélectionner (sur la base de critères) les fermes privées devant accueillir les bandes d’Oryx à redéployer, si tant est qu’elles doivent l’être pour éviter des problèmes de consanguinité ;
Qu’un doute pèse sur l’existence d’un audit ou d’une étude d’impact environnementale diligentée par la DPN avant ces relocalisations des Oryx. Ceci est d’autant plus préoccupant que les risques sanitaires liés à la transmission de virus d’origine animal, aussi bien à l’être humain qu’au cheptel domestique, est au centre du débat scientifique sur l’origine du Covid-19 ;
– Que les principaux bénéficiaires connus, de ces Oryx sont de hautes personnalités en fonction dans le gouvernement actuel.
Ceci montre que les dispositions opérationnelles et législatives en vigueur au Sénégal n’ont pas permis de protéger le cheptel d’Oryx, quand bien même que le Sénégal ait ratifié la Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique et soit membre de l’UICN ainsi que bien d’autres Accords Multilatéraux sur l’Environnement.
Mais au-delà de la clameur, il nous incombe la responsabilité de protéger ce bien commun. C’est pourquoi, nous alertons sur la situation de mauvaise gestion du stock de gazelles Oryx au Sénégal et nous vous invitons à y prêter une attention particulière.
Afin de préserver ce patrimoine mondial, nous militons pour que ;
a) Des mesures immédiates (sanctions y compris) de cessation de ces prélèvements inappropriés et de réparation du préjudice écologique soient prises ;
b) Le cadre réglementaire sénégalais de protection des espèces en danger, figurant sur la liste rouge de l’UICN, soit renforcé ;
c) Un dispositif transparent de suivi écologique des Oryx soit mis en place.
Nous avons conscience, Monsieur le Chargé de programmes, de l’intérêt que vous portez à la conservation de la diversité biologique et n’avons aucun doute que vous prendrez les dispositions nécessaires à la préservation des Oryx du Sénégal, patrimoine national et patrimoine mondial », insiste Birahim Seck.
Alioune Diop/afrik.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Beatrice BRUN dit :

    2 gazelles ORYX sont mortes dans « des conditions effroyables  » nous renseigne l’article.
    Le ou les vétérinaires qui ont supervisé les
    « bouchers déménageurs » .(mon expression) ………ayant procédé au transfert des pauvres malheureuses n’ont toujours pas parlé ❓👹

  2. Sissie dit :

    Parler, pour dire quoi, Béatrice, qu’ils ont eu leur diplôme de vétérinaires dans une pochette surprise, qu’il se sont fait graisser la patte par ces connards de ministres …… Ils ne parleront jamais….pression, pression! LAMENTABLE que faire ?

  3. rico dit :

    Je me suis aperçu depuis quelques années qu’au Sénégal, on osait tout. Et lorsque l’on a le poste et/ ou l’argent, c’est pire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :