L’AIDE ALIMENTAIRE: UN SCANDALE

L’aide alimentaire destinée aux Sénégalais pauvres retardée par une mauvaise planification

Les Sénégalais vulnérables qui vivent souvent d’activités informelles sont plus que jamais menacés par l’insécurité alimentaire en cette période de pandémie. Dans la banlieue de Dakar, la capitale du Sénégal, la situation est critique.
L’insécurité alimentaire ne guette pas seulement les ménages pauvres dans la banlieue de Dakar où plusieurs jeunes responsables de famille sont dans l’incertitude depuis plusieurs semaines. Le coronavirus les prive de revenus comme s’en plaint Assane Djiba, qui estime que ce sera difficile pour la banlieue de sortir de cette situation.
Pour cet habitant qui vit d’activités informelles, il faudrait des mesures strictes et une aide de l’État. Il ajoute que le secteur informel « règne » en banlieue où il y a beaucoup de gens dans la précarité comme lui. Assane estime enfin que ce sera difficile de tenir avec des activités qui sont « réduites » et les aides financières promises par l’État qui tardent à venir.
L’insécurité alimentaire menace les ménages de la banlieue de Dakar
La teneur de cette aide tant attendue est déjà critiquée par certains bénéficiaires qui la trouvent insuffisante pour 3 mois.
Pape Modou Fall, habitant de Medina Gounass, affiche sa déception. « Un demi sac de riz de 25 kg sur trois mois ? Ça on peut le manger même pour dix jours », peste le vieil homme qui dit ne plus rien attendre du gouvernement. « Mieux vaut prévenir que guérir. Attendre des choses qui ne vont pas vous aider sérieusement, ça ce n’est rien », conclut-il, désabusé.
L’État sénégalais a choisi l’option la plus compliquée en voulant procéder à une distribution nationale de l’aide alimentaire, selon Sidiki Daff, expert en gouvernance et participation populaire. Pour lui, des solutions beaucoup plus simples et transparentes étaient à la portée des autorités.
« Vouloir acheminer des tonnes et des tonnes de vivres dans les 14 régions du Sénégal, c’est impossible », tranche-t-il d’emblée. Il souligne qu’il aurait été plus simple d’envoyer des « bons d’achats » ou des virements d’argent par le « e-money ».
« Vous voulez dispatcher des tonnes de riz, de l’huile, du savon, de la lessive, du sucre en moins d’un mois… au final, les gens qui en ont besoin n’ont rien reçu parce qu’en fait c’est très mal organisé. En plus, la traçabilité pose problème », déclare-t-il.
Face aux multiples plaintes de Sénégalais las d’attendre depuis bientôt deux mois, les autorités ont reconnu des difficultés dans le paquetage des kits alimentaires. Selon un ministre, ces difficultés ont été réglées et une bonne partie des produits sont en cours d’acheminement.
Pour rappel, cette aide doit toucher les ménages vulnérables, qui représentent environ 8 à 10 millions de Sénégalais.
Seydina Aba Gueye/voaafrique.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. issa gibb dit :

    Déjà, sur la photo, ce couple qui reçoit l’aide alimentaire n’a vraiment pas l’air de nécessiteux…
    Photo de pure et fausse Propagande !
    Alors que le peuple des 10 millions de nécessiteux Sénégalais n’ont toujours rien reçu depuis 2 mois…
    çà vous étonne ??? Où sont donc passées, ces tonnes de riz, d’huiles, de sucre, de savon et de lessive…
    A Saly par exemple : Elles seraient enfermées sur décision du maire Ousmane Gueye dans le Centre Socio-Culturel et gardées jour et nuit par des policiers…
    Et pas distribuées aux nécessiteux sous prétexte que Gueye et toute sa bande d’incapables et de corrompus à la Mairie de Saly, ne savent pas à qui distribuer ces aides alimentaires ???
    On croit rêver, comme si les personnes âgées, les personnes handicapés ou malades ou les enfants Talibés dans les daaras n’existaient pas, en plus des familles pauvres de Saly qui ne seraient pas connues par la Mairie ??? …=> Si ce n’est qu’une nouvelle manoeuvre de ces pourris pour mieux se garder ces aides alimentaires pour leurs gueules d’enfoirés de 1° catégorie en Inhumanité…
    En plus d’une propagande doublée une organisation étatique inefficace et incapable à distribuer ces aides au pauvres du peuple qui était facile à prévoir : La « Danse de Pourris » continue au Sénégal, Coronavirus ou pas !

  2. le Chaman dit :

    Exact Issa, le foyer socio-culturel est plein à craquer des fameuses denrées de première nécessité. Rien n’a été distribué pour le moment. Je connais des familles qui crèvent littéralement de faim. Beaucoup sont allées réclamer ces aides de 1er Urgence à la mairie. A ce jour les familles attendent toujours. C’est un véritable scandale. Une honte, un mépris total pour leurs compatriotes. Que tout ces incapables, voleurs et compagnies crèvent en enfer.

    • issa gibb dit :

      Bonjour, le Chaman,
      C’est effectivement à partir d’une de vos infos sur ce sujet que j’ai fait ma petite enquête en appelant mon filleul, ses parents et mes amis à Saly… La conversation fut courte, mais utile des 2 côtés…
      – Moi : Salut… Vous avez vu ou reçu les aides alimentaires de l’Etat, à Saly ???
      – Réponse : Non Tonton, toujours rien !
      – Moi : Pourtant, j’ai une info sur internet que ces aides alimentaires sont bien arrivés à Saly et votre maire Gueye n’a toujours rien distribué… Il les aurait enfermé dans le Centre Socio-Culturel, gardé jour et nuit par des policiers, à 150 mètres de chez toi !
      – Réponse : J’ai remarqué en passant qu’il y avait des policiers qui gardaient le Centre Socio-Culturel depuis quelques jours, mais on ignore ce qu’il gardait et ce qu’il y a dans le Centre…
      – Moi : Eh bien, ceux seraient les aides de première nécessité de l’Etat qu’il devait distribuer à la population et qu’il doit vouloir garder pour lui, le pourri… Révoltez-vous, demandez-lui des comptes à cette grosse salope…
      – Merci Tonton pour cette info, je la rapporte à mes parents et à tous les gens et jeunes du quartier…
      Plus de nouvelles depuis, et vous me confirmez que Gueye n’a toujours rien distribué à Saly ???

      Et c’est ainsi, à Rufisque jusqu’à Matam et presque partout au Sénégal, où les autorités locales ont séquestré les aides alimentaires de l’Etat et n’ont rien distribué au peuple Sénégalais en manque tout et affamés avec cette crise pandémique du Coronavirus, avec des prétextes les plus farfelues les uns plus que les autres, pour expliquer les NON-Distributions de ces aides aux nécessiteux et au peuple…
      Je suis totalement d’accord : Que tous ces charognards périssent aux Enfers ou mieux, sous les coups d’une révolte populaire générale ! In chà Allah…
      Cordialement à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :