MAUVAIS SYSTÈME D’ASSAINISSEMENT DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

Répercussions négatives chez les filles en période de menstrues

L’absence de toilettes ou leur manque d’hygiène influe négativement sur la fréquentation scolaire des filles, notamment celle des adolescentes. Elles ratent souvent les cours pendant leurs menstrues. Une situation qui risque d’être exacerbée par cette réouverture des classes en pleine pandémie du Covid-19. Le Chef de la section éducation du Fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef), Matthias Lansard, trouve qu’il faut apporter des améliorations dans la prise en charge de cet aspect dans les écoles.
Ce 28 mai, date à laquelle est célébrée la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle, coïncide cette année avec la propagation de la pandémie à Covid-19 et la reprise annoncée des cours, pour les élèves en classe d’examens, le 2 juin prochain. Une situation qui risque d’être inconfortable pour les potaches, notamment les filles en période de menstrues, à cause de l’absence d’un système d’assainissement adapté. Le Chef de la section éducation de l’Unicef, Matthias Lansard, en se fondant sur des données du ministère de l’Education nationale publiées en 2018, soutient que 69% des établissements préscolaires ont des latrines, et ces données sont portées à 77% pour l’élémentaire et 84% pour le moyen.
Par contre, ajoute-t-il, de fortes disparités existent selon les milieux urbain ou rural. En guise d’exemple dit-il, «seules 54% des écoles élémentaires ont des toilettes à Kédougou». En conséquence, il trouve que «les conditions d’hygiène sont malheureusement loin d’être optimales dans les établissements scolaires, et ce particulièrement en milieu rural. Cette situation s’illustre en termes de disponibilité de toilettes, mais c’est également le cas en termes d’accès à l’eau potable, et à des dispositifs de lavage de main».
Pis, ajoute-t-il, le nombre de toilettes est souvent insuffisant et les infrastructures qui existent ne permettent pas toujours d’offrir des toilettes séparées aux filles et garçons. Mathias Lansard déplore, en outre, le fait qu’au-delà de la disponibilité, ces équipements posent souvent la question de leur entretien et de leur utilisation. «Si les toilettes ne sont pas propres, elles ne sont forcément pas utilisées de manière optimale. L’usage du savon fait également souvent défaut et les environnements scolaires sont parfois sales, sans système de nettoyage vraiment effectif et systématique».
S’agissant des conséquences de ce manque d’hygiène sur la scolarisation, surtout sur chez les adolescentes en période de menstrues, il estime qu’il ne peut pas manquer d’avoir des répercussions sur leur présence à l’école. «Ce n’est pas encore bien documenté au Sénégal, mais il est indéniable que les filles, en période de menstrues, manquent régulièrement l’école lorsque les conditions d’accueil des établissements scolaires ne sont pas optimales», a-t-il soutenu.
Pour changer cette donne, Mathias Lansard juge qu’il faut promouvoir l’intégration de la gestion de l’hygiène menstruelle dans les établissements scolaires (élémentaire et moyen) avant que les filles n’aient leurs premières menstrues. Il trouve aussi qu’il faut donner une voix aux élèves pour qu’ils puissent exprimer leurs besoins et leurs demandes, notamment à travers la généralisation de la mise en place des gouvernements scolaires. Pour lui, il convient aussi de promouvoir le développement des réseaux d’enseignantes à travers le ministère de l’Education et la mise en place de modalités de soutien et d’entraide pour les filles.
Fatou NDIAYE/sudonline.sn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    Une surprise ?????

  2. Bettyboop dit :

    Article interessant … mais je suis tout de meme extrêmement déçue que l’on parle des filles et de leurs « menstrues » alors que ce n,est pas le sujet MAJEUR et un sujet incroyable. Tous les enfants filles et garçons ou garçons et filles ont le droit d’avoir des wc corrects dans leur école c’est à dire PROPRES avec de quoi se laver les mains. CELA EST LA BASE DE CET ARTICLE.
    Maintenant j’aimerai que les journalistes ou les responsables de ces écoles tantot d’état tantot privées nous disent CHAQUE ANNEE combien est mis à disposition des directeurs d’école d’argent pour 1 FAIRE DES WC 2 LES REPARER 3 LES ENTRETENIR 4 POUR REPARER LES PORTES SI MAL CONSTRUITES QU’ELLES SONT CASS2ES EN RUINE DELABREES OU INEXISTANTES ET CELA GENE +++ LES GARCONS ET LES FILLES OU LES FILLES ET LES GARCONS De devoir faire leurs besoins devant tous les copains qui se moquent +++ – je vois alors des enfants rentrer chez eux à la récréation pour faire leurs besoins sans même demander l’autorisation 5 DES LAVABOS POUR SE LAVER LES MAINS AVEC DU SAVON , un luxe se les essuyer et du materiel , balai-WC pour nettoyer les WC.
    Et comment ces enfants se nettoient les fesses apres un caca …pas de bouilloire RIEN !! Mais bon là on me dira que c’est dans les US ET COUTUMES de se laver le caca avec les mains meme sans lavobo pour se laver ensuite
    Combien d’argent est mis à disposition chaque année pour entretenir, vider les fosses septiques etc…

    QUI PAYE ?? les parents ou ? ET QUI LAVE ??? Moi j’ai vu des enfants, des élèves CATHOLIQUES laver les WC ou latrines (beurk ce mot qui me fait penser à prison tant l’idée de latrine veut dire sale et des odeurs nauséabondes) ils lavaient les WC pendant que les élèves musulmans avaient leur cours d’arabe financé par l’état alors qu’il n’y a pas de cours d’instruction catholique parce que pas de BENEVOLE CATHOLIQUE pour le faire.
    De toutes les façons tant que l’école manquera du minimum d’eau POTABLE pour que les enfants boivent dans des conditions normales et hygiéniques et non dans des bidons où personne peut ignorer la qualité de l’eau PERSONNE …et tant qu’il n’y aura pas d’eau pour laver « normalement  » le sol des classes chaque jour et les bancs, murs , panneaux fenetres, volets métalliques , PORTE au moins 1 FOIS PAR TRIMESTRE LA VEILLE DU DEPART EN VACANCES comme je l’ai faitCHAQUE TRIMESTRE avec les autres élèves il y a 6O ans à l’Immaculée Conception de DAKAR, ce propblème des WC pour jeunes filles me fera RIRE JAUNE ET PLEURER . Il n’y a meme pas de balai, pelle DIGNE DE CE NOM, serpière, seau , chiffons pour dépoussiérer les bancs dans notre pays SOUS LA POUSSIERE une grande partie de l’année , SI PEU de produit d’entretien pour le ménage rudimentaire alors LES WC POUR FILLES « pendant leurs menstrues » cela est l’iceberb qui cache une trop triste réalité. Hier j’étais à l’école pour aider à nettoyer avant le passage du service de désinfection pour la rentrée des classes. Un enfant prend la pelle en plastique que j’ai offerte vers le 15 mars… en parfait état . Elle n’a plus de manche …et je vois cet enfant JETER FORTEMENT la pelle par terre pour la « donner » à une petite fille qui a un balai à la main et un tas de poussiere à ses pieds . SANS AVOIR APPRIS A MANIPULER , A RESPECTER CE MATERIEL PRECIEUX comment cet enfant peut savoir? Ainsi tout est cassé tres vite ! Un autre enfant trouve des papiers froissés dans un verre , les retirent les fait tomber au sol sans intension de les ramasser. Je lui demande de les ramasser pour les mettre dans la grande poubelle au milieu de la cour IL REFUSE et exige d’une petite fille de son age de les ramasser et d’aller à la poubelle, ce qu’elle fait GRRRRRRRR. Je lui demande de quitter l’école car seul des personnes polies et travailleurs peuvent etre là. Nous etions en plein nettoyage PRET DESINFECTION , il a refusé, son parent responsable ne lui a pas dit de rentrer à la maison ou de s’excuser. Tous 2 plus 4 ou 5 bambins de 3 ou 4 ans se sont assis sous un arbre à nous regarder finir le nettoyage… alors les WC pour les filles …TROP TRISTE VOTRE ARTICLE . Les filles ne sont pas brimées pendants « leurs menstrues » MAIS EN PERMANENCE. Remettons l’éducation DU GENRE dans le bon ordre tout simplement , l’EDUCATION TOUT SIMPLEMENT et tout ira BIEN avec des WC et tout le nécessaire qui les entourent .

    • Xx dit :

      Eh bien voilà… çà c’est du vécu. Et on retrouve toujours et encore les mêmes problèmes : manque d’éducation, de discipline, de respect, de politesse, etc. dans TOUS les domaines ! Et bien entendu, la “suprématie” des garçons sur les filles.
      On peut supposer d’ailleurs que ces “petits garçons” feront comme leurs grands frères plus tard : ils pisseront (et/ou +) n’importe où… sans aucune pudeur, comme des porcs ! Quand on pense que certains de ceux-là se plaignent du caca des chiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :