CE TRÈS CHER TER

TER : L’Armp autorise un gré à gré de près de 4 milliards

Selon le quotidien Libération, l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) a autorisé un marché complémentaire d’un montant de 3,6 milliards Fcfa relatif à l’assistance à maîtrise des essais d’intégration du Train express régional (TER).
Alors que le contrat initial du marché était de 11,7 milliards, la société Systra, filiale de la SNCF et de la RATP, a bénéficié pour le même marché, de deux avenants pour des montants respectifs de 2 872 822 019 milliards et 585 224 674 millions. En clair, 7,1 milliards ont été rajoutés au contrat initial.
La DCMP a refusé de cautionner le marché, au motif que le recours à un marché complémentaire ne peut être justifié. Saisie pour arbitrage, l’ARMP confirme la DCMP, mais sera contrainte d’accorder le marché, en raison d’une certification déposée par l’État.
Pape Seck/senedirect.tv

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bernard dit :

    Mais qui va utiliser ce train ? Pour les ministres, il y a un luxueux logement de fonction près de leur lieu de travail, pour les cadres la maison a été achetée à proximité. Reste le « petit personnel » qui viendra de Dakar = mais par la route en bus collectif car le train sera trop onéreux pour leurs maigres salaires.
    Alors qui dans ce TER ?

  2. Diclo dit :

    Une dépense énorme pour rester à quai. Les rails se détériorent déjà. Hélas un dossier de plus….

  3. le Chaman dit :

    L’état sénégalais, comme tous les états corrompus, élabore des contrats à multiples tiroirs, sachant pertinemment que les sociétés atributaires seront obligés de négocier des avenants pour des travaux qui sont obligatoires, mais non prévus à l’origine, tout ça pour faire des marchés de gré à gré, permettant ainsi aux petits malins, de se ristourner quelques millions pour se remplir les poches. La méthode est toujours la même. C’est comme pour la construction de l’aéroport de Dias et le reste à l’avenant.
    On ne change pas des équipes corrompus jusqu’à la moelle. La distribution des denrées alimentaires de première nécessité n’y échappe pas. Les billets de 1000F et plus tombes comme à Gravelotte en ce moment, dans la poche des gendarmes et des policiers, moyennant quoi beaucoup de transporteurs clandestins passent d’une région à l’autre. Mais soyez sûr que ces corrompus fond bien comme il faut leurs prières entre deux malversations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :