AU SENEGAL, C’EST LE TRAITEMENT DU PROFESSEUR RAOULT

Covid-19: le Sénégal maintient le traitement à base d’hydroxychloroquine

Le Professeur Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses du CHNU de Fann à Dakar et président du Comité scientifique Covid-19 du ministère de la Santé, responsable de la prise en charge des malades atteints par le coronavirus souligne la nécessité de maintenir le traitement à base l’hydroxychloroquine associée à l’azithromicine pour freiner le Covid-19. En effet, au vu des données disponibles, les résultats de cette combinaison de médicaments ont été plus que satisfaisants.
Les résultats d’une analyse rétrospective préliminaire faite à partir de données ont été communiqués ce 2 mai par le Professeur Moussa Seydi, au cours de la conférence mensuelle sur la situation du Covid-19, sur le territoire sénégalais. «Sur une analyse préliminaire portant sur 181 patients, nous avons observé que la durée médiane d’hospitalisation était de treize jours chez les patients qui n’avaient pris aucun traitement. Cette durée médiane était de onze jours, chez les patients qui avaient pris l’hydroxychloroquine seule, et de neuf jours chez les patients qui avaient pris l’hydroxychloroquine associé à l’azithromicine», a comparé le Professeur Moussa Seydi.
Il est également observé dans cette analyse de données que les patients qui avaient été consultés tôt, et qui avaient démarré leur traitement, dans les vingt quatre heures avaient une durée médiane d’hospitalisation de huit jours. Par contre, les patients qui ont plus de 80 ans avaient une durée médiane d’hospitalisation de 19 jours. Tous les patients qui ont bénéficié du traitement à base d’hydroxychloroquine, consultés précocement, n’ont développé aucune complication encore moins de cas de décès, informe toujours le Professeur Seydi.
Concernant les effets secondaires, une analyse a porté sur 362 patients. Dans cette analyse, il est observé 12 cas présentant des effets secondaires. «Parmi ces 12 cas, le traitement était malgré tout poursuivi, parce que les effets secondaires n’étaient pas gênants. Tous les effets secondaires étaient modérés, il y en avait aucun grave», a précisé le Professeur. Mieux, les signes ont régressé à la fin du traitement.
Au vu de ces résultats préliminaires, le spécialiste a annoncé «le maintien de la prise en charge des patients avec de l’hydroxychloroquine et l’azithromicine». Il précise, en outre, que quelque soit la qualité des traitements, on peut observer des décès. Mais, quand on y regarde de plus prés, les décès ne sont pas tous survenus à l’hôpital. Certains sont décédés à leur domicile, d’autres durant leur évacuation, d’autres à l’hôpital, avant même la prise en charge. Ceux qui étaient admis en réanimation étaient dans une situation déjà grave, souligne Profeseeur Moussa Seydi.
lesoleil.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *