POURQUOI L’AFRIQUE MEURT MOINS DU VIRUS ?

Les africains sont-ils moins sujets à mourir du coronavirus ?

Étant donné le nombre d’avis autorisés qui circulent sur la toile, dont certains semblent défier le bon sens commun, je vais vous livrer un sujet de réflexion qui vaut bien toutes les âneries que j’ai pu lire depuis quelques temps.
Tout le monde aura remarqué que la pandémie, laquelle ne s’est pas abstenue d’épargner l’Afrique Noire, semble être moins virulente sous nos latitudes. Certains, à commencer par l’inénarrable Donald Trump, sont allés jusqu’à affirmer que la maladie s’éteindrait d’elle-même avec l’arrivée des beaux jours. Cela ne coûte rien de prophétiser : si l’on se trompe, en règle générale tout le monde aura vite oublié, tandis que si les évènements vous donnent raison on peut se targuer haut et fort d’avoir su avant tout le monde ce qui allait se passer, tout est bénéfice.
Mais c’est un fait, alors que tout le monde prévoyait une hécatombe, les Africains semblent moins mourir du coronavirus 19 que les Occidentaux. Au Sénégal, par exemple, sur 142 cas enregistrés depuis le début de la pandémie, il n’y a à ce jour (25/03/2020) aucun décès à déplorer. Il faut bien sûr commencer par féliciter les autorités sénégalaises pour les bonnes décisions qu’elles ont prises sans attendre, lesquelles ont pesé lourd dans la réduction du risque de propagation du covid-19. Mais statistiquement, ces chiffres, qu’il s’agisse de la propagation ou de la mortalité, laissent rêveur. Par quel phénomène l’Afrique échappe-t-elle à la règle qui prévaut en Occident ? La réponse me paraît toute simple : la moyenne d’âge des personnes victimes du cov-19 en Occident est de 79 ans pour une espérance de vie proche de 81,5 ans. En Afrique Noire, l’espérance de vie tourne autour de 54 ans en moyenne. Dans tous les pays d’Afrique où le secteur Santé est souvent insuffisamment développé, les personnes faibles ou en mauvaise santé disparaissent tôt, et seuls les plus résistants parviennent à un âge avancé. De ce fait, la population à risques s’en trouve considérablement réduite et les statistiques nous offrent des chiffres que l’on pourrait interpréter comme rassurants.
Somme toute, les Africains sont moins sujets à mourir de la pandémie du Cov-19, mais dans la majorité ils sont condamnés à mourir à un âge qu’en Occident on qualifie « d’encore jeune ».
Voilà, donc, si vous êtes un Européen dans le troisième âge et en mauvaise santé, inutile de penser que venir vous réfugier en Afrique vous épargnera de passer de vie à trépas si vous êtes infecté. Vous ne serez pas davantage à l’abri que si vous étiez à Barjac ou a Romorantin… Sauf que la population étant plus résistante, le virus se propage plus lentement. Les cas bénins non déclarés, sans doute très nombreux, échappant à toute statistique, on pourrait être tenté de penser que la population est en train de s’auto-immuniser petit à petit, mais cela est du ressort des spécialistes auxquels je laisse le soin de donner un avis… autorisé.
Réginald Groux

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Stephane dit :

    Moins de victimes si le virus n’est pas encore arrivé rien de surprenant attendons quelques semaines

  2. Catherine dit :

    Au Sénégal le premier cas a eu lieu le 2 Mars , presque 1 mois déjà.
    Aucun décès, aucune complication à ce jour.

    • Mifa dit :

      Tout a fait vrai, bizarre que les senegalais ont un tel chiffre mini. Obligé de s’infliger sur les chiffres bon.
      L’avenir, on verra……

  3. Stephane dit :

    1er cas officiel en France 30 Janvier

  4. Diclo dit :

    Nous serons bientôt au pic de la maladie ici. Nous verrons. Merci au personnel médical de Fan Institut Pasteur pour leur professionnalisme. Rendez vous dans quelques temps pour sourire à nouveau tous ensemble.

  5. Colpart dit :

    Serait-il possible
    Que d’avoir contacté le paludisme et avoir reçu le médocs anti palu
    Cela les rendrait moins vulnérable ?

  6. pedrollo dit :

    Le gouvernement ont pris les bonnes mesures les senegalais font des efforts tres bien

  7. Maucourant dit :

    Et si le capital défenses immunitaires était plus important que chez nous?
    Il a été révélé que les enfants étaient moins atteints voire pas, et que cela était dû aux nombreuses maladies infantiles qu’ils ont à affronter tout petits..
    L’Africain doit se battre continuellement contre les pièges du milieu ambiant…
    Je dis cela, et cela n’engage que moi.

  8. JPC dit :

    Selon les dernières statistiques fournies par les autorités médicales en Europe occidentale, il appert qu’il est prématuré d »établir une tranche d’âge plus particulièrement touchée par le Covid–19 (ou « virus chinois » vu son origine, les termes médicaux sont souvent rébarbatifs et incompris par la plupart d’entre-nous; pensons aussi à ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école). Il est déclaré que la tranche d’âge se situerait aux alentours de 60 ans. Cependant, ils observent, actuellement, une forte recrudescence dans les admissions hospitalières de jeunes personnes atteintes par ce virus. Le corps humain et la médecine ne relèvent pas d’une science exacte. Nous ne sommes que dans la phase des constatations préliminaires.
    D’ores et déjà, il faut retenir un point capital sur le plan de la santé publique: l’augmentation de l’infrastructure hospitalière en Afrique mais surtout y accorder les moyens budgétaires afférents.
    Les hôpitaux auront besoin d’eau potable alors qu’elle est absente dans de trop nombreuses régions. Certains responsables de cette situation inacceptable ont la tête dans les nuages et feraient bien de revenir sur terre. Qui comprend la dignité? Le coran en parle, la bible aussi.

  9. Ndiaye dit :

    Well!
    Il serait néanmoins intéressant de connaitre la légitimité/profession (chercheur en médecine?) de l’auteur de cet article pour nous fournir une analyse qui justifierait le faible nombre de morts du covid en Afrique.
    Car il y a beaucoup trop de légèretés et de raccourcis dans l’analyse!

    1) « En Afrique.. »….

    -> Comme disait l’autre: l’Afrique! quel numéro de téléphone?
    L’Afrique est diverse.
    Exemple jusqu’ici le taux de létalité du covid au Burkina est de 5%, taux pire qu’en France, et de 0% au Sénégal taux meilleur qu’en Europe et aux USA. Alors que tous ces 2 pays de l’Afrique de l’Ouest ont des données démographiques assez proches (espérance de vie, moyenne d’age etc..).
    Donc le titre de l’article devient ainsi caduque.
    En plus, l’écrasante majorité des pays en Afrique ont moins de 20 cas détectés car en début d’épidémie.

    2) « Sauf que la population étant plus résistante, le virus se propage plus lentement. »

    -> Il n’a pas été prouvé que l’âge et la force physique ont significativement un impact sur la forte contagiosité de la maladie, sauf pour la létalité. Même les bébés et enfants demeurent très contagieux. D’où la fermeture des écoles.

    3) « Les cas bénins non déclarés, sans doute très nombreux, échappant à toute statistique, on pourrait être tenté de penser que la population est en train de s’auto-immuniser petit à petit « .

    -> Si les cas bénins étaient « si nombreux », il y aurait au moins 15% de cette population de « malades passifs » qui développeraient les symptômes du covid (fièvre, difficultés respiratoires, etc.) et en ces temps je ne pense pas qu’eux mêmes, ou les infirmiers qu’ils consulteront, ne fassent aucun lien avec la désormais célèbre pandémie en cours, objet du couvre feu de 20h à 6h dans TOUTE l’étendue du territoire national. Donc le nombre de cas communautaires décelés jusqu’ici (hors cas contact) ne se limiteraient pas à 6 personnes sur 16 millions d’habitants. tests massifs ou pas.

    4) « donc, si vous êtes un Européen dans le troisième âge et en mauvaise santé, inutile de penser que venir vous réfugier en Afrique vous épargnera de passer de vie à trépas si vous êtes infecté. »

    -> A mon humble avis..c’est plus un problème de « probabilité d’être infecté » que de « si vous êtes infecté ».
    Logique.. question de stats du nombre de contaminés sur la population globale. Mais à stat égal ou proche, à mon avis beaucoup serait rentré chez eux. Quoique…si on maintient nos 0% le chemin inverse tenterait d’autres.

    5) « mais cela est du ressort des spécialistes auxquels je laisse le soin de donner un avis »

    -> Ok donc article à prendre avec des pincettes et à classer comme simple « contribution » qui n’engage que son auteur et non de sources légitimes ou fruit d’une étude scientifique.

    Bref! Personnellement, ma conviction profonde à ce stade est que certes en plus de l’âge moyen des malades, la chloroquine pourrait être vraiment la raison secondaire mais très importante qui justifierait de la létalité faible, voir nulle, au Sénégal. Le temps nous édifiera mais naturellement à 10000 cas, les choses devraient se compliquer un peu plus, vu le faible plateau technique et humains à notre disposition.

    • Reginald Groux dit :

      Cher monsieur,
      Il y a longtemps que vos commentaires haineux vous ont discrédité auprès de tous les gens intelligents. Même si celui-ci reste modéré, je n’ai pas envie de débattre avec vous, connaissant vos positions toujours extrêmistes.
      Vous n’acceptez pas mes opinions mais vous ne vous abstenez pas de formuler les votre : un partout, balle au centre…

  10. Stephane dit :

    Au Burkina ne prennent pas de nivaquine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :