RESTO ZÉRO DÉCHET

Un Surfer a lancé le premier restaurant à « zéro-déchet » de Dakar

Le manque d’infrastructures et d’éducation concernant l’élimination correcte des déchets dans la capitale sénégalaise a entraîné une accumulation de déchets dans les rues et les plages de la ville. Babacar Thiaw, propriétaire de Copacabana Surf Village, un magasin de surf et restaurant sur la plage Virage ouvert en 1970 par le père de Thiaw, prend les choses en main en transformant son restaurant en un havre de paix. C’est le premier du genre dans la région.
« En grandissant ici, j’ai vu tous ces problèmes environnementaux avec les déchets », a déclaré Thiaw. « Les gens ne font que lancer, jeter, jeter, jeter. »
Thiaw a passé l’année dernière à travailler avec des groupes de conservation pour transformer son entreprise en un restaurant « zéro déchet ». Il espère que d’autres restaurants au bord de mer feront de même. Mais c’est une idée radicale dans un pays où une personne typique utilise plusieurs gobelets en plastique tout au long de la journée pour boire du thé – un rituel précieux – et consomme de l’eau dans de petits sachets en plastique.
Malgré une population relativement petite de 15 millions d’habitants, le Sénégal est l’un des plus gros contributeurs mondiaux à la pollution causée les plastiques. Une étude réalisée en 2010 par la revue Science estimait que le pays avait produit plus de 254 000 tonnes de déchets plastiques cette année-là, ce qui le classait au 21e rang mondial en matière de mauvaise gestion des plastiques. Les États-Unis, qui ont une population et une économie considérablement plus grandes, se classaient au 20ème rang.

Accueil

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. salut jeune.j ai vu ton petit resto devenir grand,aussi tu as la volonté de faire ,sache que tu auras toujours notre admiration et notre soutien .
    le vieux surfeur PILOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :