RECORDS D’INVESTISSEMENTS AU SENEGAL

Investissement Etranger Direct :Le Sénégal capte 171,5 milliards sur une manne de 615.000 milliards de Cfa
1014637-dakar-vue-du-ciel.jpg
La conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced)  a publié son rapport 2015 sur l’investissement dans le monde. Et pour l’année 2014, le document renseigne que l’’investissement étranger direct (Ied) a baissé de 16%. En effet, de 1.450 milliards de dollars en 2013, il a chuté à 1.230 milliards de dollars en 2014 (environ 615.000 milliards de Cfa). La Chine a été le pays qui a reçu le plus d’investissements directs étrangers en 2014. Le groupe des pays en développement, a, lui aussi, accaparé 681 milliards de dollars, soit plus de la moitié du montant total, là où les entrées d’Ied dans les pays développés ont chuté de 28% pour se placer à 499 milliards de dollars. L’Afrique, elle, n’a capté que 54 milliards de dollars de ce pactole. Soit environ 2%. L’Afrique du Sud reste le champion continental. Quid de notre pays ? Il a reçu 343 millions de dollars en 2014 (171,5 milliards de Cfa environ), contre 276 millions de dollars en 2013.
«Le Sénégal a connu au cours des trois dernières années, une progression. On est passés de 276 millions de dollars en 2012 à 311 millions de dollars en 2013 et en 2014 on a pu recenser 343 millions de dollars. C’est une augmentation des trois dernières années», a indiqué le Pr Malick Sané, Directeur du laboratoire des politiques commerciales à la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), qui présentait le rapport. «Peut-être qu’on pourrait relier ce résultat au démarrage du Plan Sénégal émergent. Et je pense que les décaissements ont été plus notés à partir de cette année. Et peut-être que c’est l’année prochaine qu’on pourrait y voir plus clair», indique-t-il. Cependant, par rapport à d’autres pays du continent, notre pays est loin derrière. «Mais il n’en demeure pas moins que par rapport aux pays à forte démographie comme le Nigeria, ou les pays disposant de ressources naturelles, on est assez loin puisque le Sénégal n’a pas ces deux facteurs-là que sont la démographie et les ressources naturelles. Par contre, on pourrait jouer sur l’environnement des affaires et la stabilité du pays compte tenu de sa position géographique. Si on parvient à réformer l’environnement des affaires, notamment en réglant la question énergétique en réduisant son cout, sa disponibilité et mettre en place des infrastructures de qualité, peut-être que le Sénégal pourrait compenser son absence de ressources ou sa faible population par un environnement propice au développement des affaires», estime M. Sané.
Youssouph Sané-Seneweb.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Candide dit :

    L’apport d’investissements étrangers est toujours un bon signe. Il est précisé dans l’article que le Sénégal est loin derrière les autres pays africains : l’absence de ressources naturelles et la densité de la population jouent certainement un rôle, mais… Un petit pays peut avoir un fort potentiel.
    Comparons par exemple 2 pays aux antipodes : la Principauté de Monaco et le Sénégal.
    Monaco : environ 37.000 habitants (2013) / PIB par habitant 63.000 US $ (2009)
    Sénégal : plus de 14 millions d’habitants (2013) / PIB par habitant 1.900 US $ (2011).

%d blogueurs aiment cette page :