Fioul trop cher au Sénégal

Fioul trop cher: le Sénégal mise sur le charbon pour son électricité
dyn008_original_300_250_pjpeg_2520752_813894c3c1878a0ade8fdd4ac7f80e1e

Le Sénégal ne peut plus se permettre de dépendre du fioul, devenu trop cher, pour produire son électricité et va miser « essentiellement » sur le charbon dans les prochaines années, a indiqué mardi le directeur général de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec).
« L’essentiel de l’approche de développement du parc de production d’électricité va être fondé sur le charbon », a déclaré le dirigeant de la Senelec, Iatsoukabé Fall.
« Le charbon va occuper une place prépondérante », a-t-il ajouté durant une conférence de presse conjointe avec le ministre de l’Energie Samuel Amète Sarr.
Le Sénégal dispose d' »un parc de production moderne » suffisant pour couvrir ses besoins, selon le ministre, mais ses centrales présentent le désavantage de fonctionner principalement au fioul.
« Le projet de réalisation d’une centrale à charbon instruit par la Senelec depuis novembre 2005 a été relancé en vue de doter le Sénégal d’une source d’énergie moins coûteuse », a rappelé M. Sarr.
La Senelec a d’abord signé en janvier un contrat avec le groupe suédois Nykomb Synergetics, pour qu’il construise et exploite une centrale au charbon à Sendou (35 km de Dakar), dont la première tranche de 125 MW entrerait en service au second semestre 2010.
Et la société vient d' »entamer les négociations avec le même promoteur » pour la mise en service d’une seconde tranche de 125 MW, fin 2010 ou début 2011. La Senelec achèterait l’électricité produite à 46,63 francs CFA le KWh.
Un autre projet de centrale au charbon, envisagé en collaboration avec la Chine, « n’a pas été finalisé », a fait valoir le ministre.
Début octobre, les coupures d’électricité à répétition dans la capitale sénégalaise avaient tellement exaspéré la population que des centaines de personnes avaient violemment manifesté, endommageant plusieurs agences Senelec.
La société avait ensuite affirmé que son déficit de 63 milliards de francs CFA (environ 96 millions d’euros) était principalement causé par la flambée du prix du pétrole, et que ses problèmes de trésorerie avaient entraîné des difficultés d’approvisionnement en pétrole, d’où les nombreuses coupures.

Vous aimerez aussi...