Problème à L’aéroport de Dakar

Grave crise à Léopold Sédar Senghor de Dakar: Quand Air Sénégal international fait languir des Guinéens sur fond de mépris

 AirSenegal737

La nuit du 12 au 13 octobre 2007 aura été, pour tous les passagers Guinéens en provenance de Dakar, par la Compagnie Air Sénégal International, celle de toutes les misères et de toutes les humiliations. Ce 13 octobre, au lieu de quitter Dakar a 4 h comme prévu sur le billet, ils n’ont quitté le sol Sénégalais qu’a 11 h, après mille difficultés, dans la plus grande indifférence des responsables de la Compagnie.

 

En effet, convoqués à 1 h 30, les passagers avaient remplis la salle d embarquement à 2 h, tant, pour des raisons diverses, ils étaient pressés de rentrer en Guinée.

 

Ainsi, à 4 h précises, Air Sénégal International annonce l’annulation de son vol 720, Dakar-Conakry, sans aucune explication.

 

Les minutes suivantes, deux jeunes, des bagagistes selon certains, d’à peine 20 ans, viennent demander aux passagers de donner leurs tickets d’embarquement pour enregistrement. Alors que ceux-ci s’attendaient à des explications plus claires sur cette décision unilatérale et injuste, ces jeunes étaient incapables de donner le minimum de renseignements sur les causes de ce report, encore moins sur le temps qu il va falloir mettre encore à Dakar.

 

Apres plusieurs heures de balades des passagers entre la salle d’attente et le siège de la Compagnie à l intérieur de l’Aéroport, au basket de ces deux jeunes désormais chargés de les gérer, les passagers sont réembarques vers l hôtel de l’Indépendance, au centre ville, à 6 h du matin.

 

Là aussi, des passagers qui espéraient être logés avec le minimum de commodité ont été plus que dessus. En effet, ce vieil hôtel de 20 étages, autrefois fierté du Sénégal n’ est plus que l’ombre de lui-même. Il est moisi, délaissé, démuni de lumière dans les chambres et dans les couloirs. « On a regagné nos chambres à la lumière des téléphones, rapporte un passager. Les couvertures étaient sales, les chambres non balayées, avec des toiles d araignée un peu partout, sur fond d odeur de pourri qui vous prend a la gorge », lance un autre.

 

« Alors que nous étions enfin installes dans ce camp de réfugies, a 9 h le téléphone sonne montez au 16e étage pour le petit déjeuner entend-t-on cracher au téléphone. A peine qu on arrive dans le restaurant, un autre communique est diffusé : le bus est au pied de l hôtel ; embarquement immédiat vers l Aéroport international Léopold Sedar Senghor ».

 

Et la course folle reprend. « On abandonne ce petit-dejeuner et on repart en courant vers les ascenseurs, avec les bagages, pour regagner les bus », précise Fanta.

 

Apres leur arrivée, les passagers doivent patienter 1 h encore avant d’être convoqués pour enfin embarquer dans l’avion.

 

Finalement, l’avion quitte le sol sénégalais a 11 h, sans aucune excuse de Air Sénégal international aux passagers, pour ce retard de 7 h, sur fond d’un mépris ostentatoire et répugnant. A propos, courroucé, Oumar, un passager, précise « ils ne le feront jamais a des Guinéens car pour ces Sénégalais, on est des moins que rien, nous Guinéens. Cela va continuer encore et encore, tant que le vol restera Dakar-Conakry et Conakry-Dakar. Si au moins, la Guinée n était qu un pays de transit, cela ne serait arrive qu en cas de force majeure. Mais autant que durera le statu quo, ce sera toujours des misères car c est la nième fois que ce genre de choses nous arrive avec cette compagnie ».

 

Le moins que l’on puisse dire est que cette attitude peu élégante n’est pas digne de la Compagnie Air Sénégal international, surtout vis-à-vis de passagers issus d’un pays voisin. Des retards ou des annulations de vol pour telle ou telle raison, c’est possible, et cela arrive à toutes les compagnies. Ce qui, par contre, reste très déplorable et qu’il faut refuser, c est la manière peu amène de gérer les problèmes. Ainsi, pour de nombreux passagers qui ont vécu cette situation, entre Guinéens et Sénégalais, Air Sénégal International aurait pu imaginer plusieurs autres scénarios qui s’inscrivent dans l’hospitalité africaine. Elle pouvait expliquer le motif de ce retard, éviter de faire promener les passagers dans l’aéroport, les loger avec le minimum de commodité. Ce n’était pas de la mer a boire tout ça. Ce serait une bonne manière de donner enfin un contenu concret au fameux slogan du terroir, claironné à tout bout de champ avec fanfare, mais platement appliqué : la Téranga.

Karim Bah

© Copyright Libre antenne

 

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ajax dit :

    Malheureusement, des histoires comme ça avec Air Sénégal, il y en a d’autres. Ca me rappelle le comportement d’Air Afrique avant sa déchéance.

  2. Dieng dit :

    Je tiens a vous dire que ne pensez pas que la compagnie a agit ainsi parceque vous êtes des Guinéens. Il faut noter que de toute les compagnies qui existent dans le monde cette ci est la pire. Ils n’ont aucun respect pour les passagers. Je me demande souvent s’il ne pense pas que les billets sont offerts gratuitement au passagers, ils oublient que les gens achétent ces billets. J’ai été victime d’une situation pire avec cette compagnie, pour un vol aller/retour (Paris-Dakar). Je vous assure que c’était un couchemar…
    Personnellement, même a mon pire ennemie, je lui déconseillerais de prendre cette compagnie.

  3. SOW dit :

    TOUTES NOS EXCUSES , CELA N’ARRIVERA PLUS
    – VRAIMENT DESOLE

%d blogueurs aiment cette page :