COMPLIQUÉ DE TRAVAILLER…

Activités non productives : Les Sénégalais gaspillent 17 heures par jour

17,4 heures d’activité non productive, c’est en moyenne ce que le Sénégalais passe dans une journée de 24 heures. Seulement 4 heures sont consacrées à la production. Voilà ce qu’il faut retenir de l’Enquête nationale sur l’emploi du temps au Sénégal. L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a publié les résultats de cette étude hier.

C’est la principale information de l’enquête sur l’emploi du temps que l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a présentée hier. Dans le pré rapport, il est noté que la femme passe «1,6 heure dans les emplois et activités connexes, alors que les hommes sont à 3 heures».
Dans l’ensemble, précise le document, le temps moyen que les Sénégalais passent dans une catégorie d’activités varie avec l’âge. Lorsqu’il s’agit d’une activité productive, selon le Système de comptabilité nationale (Scn), le temps moyen passé dans ces activités augmente entre 15 et 54 ans et diminue au-delà (55 ans ou plus). Ainsi, il passe de «2,8 heures chez les 15-24 ans à 5,2 heures chez les 35-54 ans, puis de 4,4 heures chez les 55-64 ans à 2,9 heures chez les 65 ans ou plus. La même tendance est observée chez les hommes et chez les femmes. Cependant, le temps moyen que les hommes sénégalais accordent aux activités productives en une journée dépasse celui des femmes sénégalaises à tous les niveaux d’âge».

Utilisation du temps et productivité par statut d’occupation professionnelle
Les salariés accordent en moyenne 7,2 heures aux activités productives, selon le Scn, contrairement aux sans-emplois qui n’utilisent que 36 minutes de leur journée pour ces activités, renseigne le document.
Concernant les activités productives hors Scn, «un constat contraire est observé. En effet, les sans-emplois y consacrent en moyenne 3,4 heures de leur journée, tandis que les salariés y passent moins de 2 heures. S’agissant des activités non productives, les Sénégalais y passent plus de 15 heures de temps, quel que soit leur statut d’occupation professionnelle. Suivant le sexe, on constate que les femmes et les hommes sans emploi accordent peu de temps aux activités productives, selon le Scn, respectivement 35 minutes (0,6 heure) et 38 minutes (0,63 heure)». L’étude sur l’emploi du temps au Sénégal précise qu’une situation similaire est constatée chez les femmes et les hommes salariés, qui consacrent plus de six heures à ces activités (6,1 heures et 7,7 heures respectivement). Toutefois, s’agissant des travailleurs indépendants, «ceux de sexe masculin passent plus de 2 heures que les femmes dans les activités productives (7,2 contre 4,5 heures). Chez les autres personnes en emploi, l’écart est de plus de 3 heures».

Temps moyen d’activités rémunérées et non rémunérées
«Les Sénégalais passent en moyenne 3 heures dans les activités rémunérées, contre 3,6 heures dans les activités non rémunérées», constate le document. Qui a détaillé ceci : «Comparés aux femmes qui passent 2 heures dans les activités rémunérées, les hommes y consacrent 2 fois plus de temps (4,2 heures). Concernant les activités non rémunérées, les femmes y passent 2,5 fois plus de temps que les hommes. Autrement dit, les femmes consacrent 5 heures par jour aux activités non rémunérées contre 2 heures pour les hommes. Par ailleurs, les femmes consacrent 21% de leur temps à des activités non rémunérées, contre 8% à des activités rémunérées. Chez les hommes, ces proportions sont de 18% pour les activités rémunérées et de 9% pour les activités non rémunérées.»

mgaye@lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Le chaman dit :

    Si j’ai bien compris, le citoyen Sénégalais consacre en moyenne 4h par jour à la production, c’est à dire à l’augmentation du PIB, Il reste 20h pour dormir et, et, et quoi d’autre ?
    ça doit être l’exacte opposé d’un citoyen chinois…. Le pays de la main tendu à encore de bons jours devant lui.

  2. Stephane dit :

    Vu les salaires !!!!! Et encore je connais des Libanais restaurateurs dont la moitié du personnel est stagiaire payée avec des arachides

    • Diop 221 dit :

      Ce monsieur Stephane a un leger soucis avec les Libanais apparement et les autres nationalités également. Et je suis sur que ce monsieur mange dans les restaurants tenus par les Libanais. Pfff

  3. issa gibb dit :

    Quand je lis que les hommes Sénégalais travaillent plus que les femmes Sénégalaises dans une activité productive : Cela est purement risible et mensonger !
    Et çà démontre, une fois de plus que ces journalistes statisticiens n’ont aucune connaissance de la réalité du terrain et qu’ils pondent leurs statistiques à la con, en restant dans leurs beaux bureaux, entre 2 cafés…
    – De part, que les femmes Sénégalaises sont déclarées non-productives par ces andouilles car elles sont majoritairement écartées de l’emploi formel au Sénégal par pure misogynie, liée à l’éducation « Patriarcale » familiale où les hommes commandent et se servent en premier pour les boulots bien rares au Sénégal et que les femmes sont soumises à rester aux foyers par tradition à la con qui est bien gangrénée au Sénégal…
    – De plus, il faut ajouter à cela, le statut d’infériorité décerné aux femmes Sénégalaises par les représentants religieux confrériques, maraboutiques et/ou Islamistes dans un Islam rétrograde et dévoyé, pratiqué au Sénégal où la femme Sénégalaise n’a le droit qu’à fermer sa gueule… Et à obéir à son mari, à son père, à ses frères et aux Anciens du village sous peine d’humiliation, de punition, de bannissement ou de violences, etc…
    – Pourtant si ces connards de journalistes statisticiens allaient sur le terrain : Ils pourraient constater que les femmes Sénégalaises triment du matin jusqu’au soir, tous les jours, majoritairement dans le commerce informel pour faire bouillir la marmite et nourrir leurs gosses et toutes leurs familles élargies… En plus, des tâches ménagères qui leur incombent dans leurs foyers, à s’occuper et torcher les gosses et les autres corvées crevantes d’un foyer…
    Tandis que les hommes les regardent trimer, assis sous le baobab ou assis sur un muret en train de se gratter les couilles…
    – Alors, je demande : Qui est le plus productif ???
    => La femme Sénégalaise qui marne tous les jours pour faire vivre sa famille…
    => Ou le mâle Sénégalais qui fait « acte de présence à rien foutre » pendant 4 heures par jour dans un travail miteux quand il en a un et qui passe le reste du temps de sa journée, sur le muret à se gratter les couilles, toujours à rien foutre…
    Pour que la Vérité soit dite, connue et reconnue au sujet de la Femme Sénégalaise ! In chà Allah…

    • Makhtar dit :

      Mdrrr, tu dois pas bien aimé le Sénégal et la façon dont vive ses habitants toi. Si ça te grince autant t’as qu’à dégagé du pays personne ne t’y retiens. Vu tes commentaires à la con à chaque sujet, ta vie doit être triste et inintéressante pour que que tu déverse ton mal vivre ici (et quel ingratitude vu qu’on te permet de vivre sur notre sol). Va donner un sens à ta vie et arrêtes de jouer à mère Thérésa pfff.

  4. oyster dit :

    Bonjour,
    Il suffit de venir au SENEGAL pour comprendre que la femme est toujours à bosser
    ,pendant que son bonhomme ne fait meme pas semblant .
    Evidemment il y a quelques exceptions!…
    Le journaliste invente une fois de plus .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :