L’INTELLIGENCE DU PRIX GONCOURT

Accusé d’être sous l’influence des lobbys LGBT+ : Mouhamed Mbougar Sarr réagit

Son roman « De purs hommes », qui traite de l’homosexualité et de l’homophobie au Sénégal, a reçu de l’association Verte Fontaine et des Editions du Frigo le Prix du Roman gay. Ce qui a valu à Mouhmaed Mbougar Sarr les foudres de certains sur les réseaux sociaux et sur le continent où ces sujets dérangent.

Interpellé par « Jeune Afrique » lui demandant s’il s’agissait d’ »un cadeau empoisonné », l’écrivain sénégalais répond : « Je trouve étrange qu’il arrive maintenant, pour un roman paru il y a trois ans. J’ai été surpris, mais cela m’a aussi fait sourire. Le prix Goncourt produit de pareils effets : beaucoup en veulent un morceau. »

Allant plus loin, il explique dans les colonnes du magazine panafricain : « Au fond, ce prix m’indiffère, mais je me serais bien passé de la polémique qu’il a générée, qui me prête des intentions invraisemblables et m’éloigne de la littérature [il a été accusé d’être sous l’influence des lobbys LGBT+, Ndlr]. Désormais, quelle que soit la position que j’adopte, elle pourrait m’être reprochée par quelques-uns. C’est la rançon de la surexposition médiatique. »

Sarr soutient qu’il doit « accepter de vivre avec, c’est-à-dire ne pas répondre à toutes les polémiques, refuser de comparaître devant tous les tribunaux institués pour clarifier des positions. Mon tribunal, c’est ma conscience. Mes juges, ce sont mes livres. Je voudrais demeurer un écrivain, quelqu’un qui assume ces moments de tension créés par le langage littéraire, lequel est subtil, ambigu, fait de malentendus. Cette ambiguïté, dérangeante pour certains, moi, m’intéresse ».

Il considère que certaines attaques violentes étaient dirigées contre sa famille. « Elles me touchent, mais ne m’ébranlent pas. J’essaie de comprendre les logiques profondes de ces réactions, même les plus abjectes d’entre elles. Écrire, c’est prendre le risque d’être jugé et incompris. Je ne suis pas le premier écrivain dans cette situation. Je ne serai pas le dernier. Je remercie en tout cas toutes les personnes qui ont défendu la liberté de créer et de s’emparer de tous les sujets dans une perspective romanesque. Il ne s’agissait pas seulement d’un lynchage : il y a aussi eu débat, et il dépassait ma personne pour toucher à des principes », s’est-il défendu dans « Jeune Afrique ».

Aminata SARR – Seneweb.com

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. lite dit :

    bonjour; c’est la seconde foi que ce blog diffuse une information fausse sur ce sujet. une demarche journalistique reclame vérification des informations.

  2. Le chaman dit :

    Effectivement, après de simples recherches sur internet, on s’aperçoit que le roman « De purs Hommes » n’a jamais reçu le prix du roman gay en 2019 ni une autre année, et l’auteur ne parle à aucun moment de ce prix mais seulement du prix Goncour,.CQFD

  3. Tiocan dit :

    J’ignore quelle est l’influence des lobbies LGBT sur Mouhamed Sarr, mais sur la société sénégalaise , elle est très faible, voire inexistante.
    Par contre les lobbies Islamo-marabouto-musulmans sont tout puissants et sont en train d’étouffer le peu de laïcité de ce pays qui se dirige de plus en plus vers une république islamiste, où liberté de penser, de s’exprimer et de disposer de sa religion sont interdits.

  4. issa gibb dit :

    Exactement, c’est une nouvelle intox Islamo-maraboutique contre les LGBT qu’ils voient partout au Sénégal ??? En s’en prenant de nouveau et mensongèrement au roman « De purs hommes » de Mouhamed Mbougar Sarr…
    Ce n’est que de la propagande homophobe Islamique, une nouvelle manœuvre des marabouts Islamistes Sénégalais rétrogrades pour reprendre la main du pouvoir sur un peuple ignare dans un pays qu’ils veulent diriger comme une République Islamique qui se rapproche de l’Arabie Saoudite, de l’Afghanistan ou de l’Iran où tout est géré selon les seules lois de l’Islam Fondamentaliste…
    Ce n’est pas la première fois que ces mecs en robes ignares et arriérés, véritables plaies toxiques pour le Sénégal, son développement et ses libertés, s’en prennent aux minorités sexuelles au Sénégal : C’est leur « cheval de bataille » favori pour asseoir leur pouvoir et leurs privilèges éhontés, allant pour certains d’entre eux, jusqu’à vouloir durcir les lois contre les homosexuels à l’Assemblée Nationale Sénégalaise en ce moment si on les laissent faire et prôner le rétablissement de la peine de mort pour les homosexuels au Sénégal, pour d’autres, tous illuminés d’obscurantisme et de fausses croyances au 21° siècle… Tandis que ces mêmes enflures ou salopes barbus en robe traitent les femmes comme une caste inférieure aux hommes, qu’ils se marient et violent des pauvres fillettes mineures à partir de 9-12 ans dans des mariages forcés-arrangés ou qu’ils enculent leurs élèves Talibés dans leurs daaras pourries et esclavagistes d’enfants dans la mendicité forcée pour s’enrichir à rien foutre, ignoblement et en toute impunité sur le dos de ces pauvres gosses pauvres et noirs esclaves, toujours et encore au 21° siècle…
    Telle est la réalité du Sénégal en ce début de l’année 2022, qui est devenu un pays de Merde aux mains de mafias Islamo-maraboutiques qui le font glisser dangereusement, mais surement dans l’Islamisme radical, l’homophobie et la haine des autres…
    A laisser faire, le peuple Sénégalais se réveillera avec la gueule de bois, sans plus aucune liberté, soumis aux seules lois du Coran avec des persécutions liées à l’Islam fondamentaliste radical pour toute personne qui s’en écartera et çà sera trop tard… Plus con, tu meurs ! In chà Allah…

  5. Yvesbzh dit :

    Ces marabouts sont en pleine contradiction avec leur religion, ce sont bien eux les premiers sodomites de talibés.

  6. Stephane dit :

    Je ne comprend toujours pas pourquoi nos politiques depuis l ‘indépendance continuent d’endetter les Francais pour ces gouvernants Africains, ces racailles puantes au services de religieux débiles
    Les prisons Africaines insalubres ou les détenus ne peuvent même pas allonger leur jambes pour dormir,ou comme au Sénégal les juges craignant les chefs religieux et continuent d’incarcérer les homosexuels
    Macron le précieux ne semble pas faire cas de ces minorités Africaine ,exortant les Européens à s’endetter davantage pour aider ces pays d’assistés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :