CETTE ASSASSINE CORRUPTION…

Pays les plus corrompus : La position du Sénégal (Transparency International)

D’après l’agence Transparency International, qui publie chaque année l’indice de perception de la corruption dans le monde, juge que le Sénégal est dans la zone rouge. Une place peu reluisante, même s’il est au dessus de la zone rouge foncée.

Le Sénégal fait partie des pays dans la zone sur l’indice de corruption, d’après Transparency International. Une nouvelle qui ne plait pas aux autorités, même si la seule bonne note est que le Sénégal n’est pas dans la pire zone, la rouge foncée. Pour Seynabou Ndiaye Diakhaté, présidente de l’Office national de Lutte contre la Fraude et la Corruption (Ofnac), le Sénégal doit tout faire pour quitter cette zone.

“C’est surtout Transparency international et Mo Ibrahim qui notent souvent ces pays. Vous voyez la bonne note que nous avons obtenu récemment au niveau de l’Uemoa et de la Cedeao. En ce qui concerne Transparency, nous sommes toujours dans la zone rouge. Parfois, je dis que ce n’est pas le rouge foncé. Je pense qu’avec la nouvelle stratégie de lutte contre la corruption, nous allons quitter cette zone“, a-t-elle déclaré ce mercredi sur la Rfm.

“L’objectif principal est de privilégier la prévention, faire connaître le méfaits de la corruption […] Ce combat ne se mesure pas simplement à travers le nombre de lois adoptées“, a-t-elle notamment précisé.

Mouhamed Camara / senenews.com

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Bernard dit :

    Comment mesurer la corruption au Sénégal ???? Les fonctionnaires, les policiers, etc, ne vont pas se vanter d’être des corrompus ! Idem pour les Toubabs qui ne peuvent rien obtenir sans une discrète rétribution auprès des représentants des autorités.

  2. Stéphane dit :

    Payer si tu penses être en règle et respecter la loi ,normal d’être un peu dégouté mais faut être honnête les 3/4 des toubabs sont un peu à l’arrache avec leur véhicule bien vrai qui subissent de temps à autre un racket parce qu’un peu trop clairs

  3. Le chaman dit :

    Il suffit de lire chaque jour les unes des quotidiens Nationaux du Sénégal, pour mesurer l’ampleur des malversations dans tous les domaines, les détournements au trésor public, dans les banques, les administrations,la police, la Gendarmerie, aux impôts et domaines, les maries,, les femmes de ménage et gardiens, si on y prend pas garde, tout les jours, c’est la même chose, il n’y a qu’à allez voire dans les commissariats,, et pendant ce temps là, ces enculés de mecs en robe, veulent criminaliser les homosexuels, en les mettant dans le même panier que les pédophiles, les zoophiles et tous les déviants sexuels,, alors que les gamines en âge scolaire se font violer à tour de bras, se font exciser par tous ces sous-hommes,

  4. Yvesbzh dit :

    Elle a coûté combien cette étude ?
    Où est ce le fruit du travail du conseil constitutionnel ?
    Est ce résultat d’une enquête journalistique approfondie subventionnée par le pouvoir afin de redorer son image internationale ?
    Alors que personne n’est dupe .
    Ici tout s’achète , même la respectabilité , personne ici ne peut se vanter de n’avoir jamais cède à la corruption , elle fait partie intégrante du quotidien , au même titre que la religion , c’est un mode de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :