L’OR NOIR PUE AU SENEGAL

Contrats pétroliers au Sénégal : 06 pays dont les Etats-Unis annoncent l’ouverture d’une enquête

Une enquête est sur le pont d’être ouverte par des autorités d’au moins six pays. Pour cause, sur les transactions suspectes concernant deux importants blocs pétroliers au large des côtes du Sénégal.

C’est du moins ce que déclare Transparency International aujourd’hui, selon Libération online. « Compte tenu de la réticence apparente des autorités sénégalaises à mener une enquête approfondie et à demander des comptes aux responsables, il est essentiel que les informations disponibles soient rapidement examinées par les autorités des pays qui ont compétence sur cette affaire : l’Australie, la Roumanie, la Malaisie, Singapour, le Royaume-Uni et les États-Unis.

En 2019, des enquêtes indépendantes menées par l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) et BBC Africa Eye ont révélé des détails jusqu’alors inconnus entourant la vente en 2012 des droits de concession des blocs offshore Deep St. Louis et Deep Cayar, situés au large des côtes du Sénégal.
Ces révélations mettent en cause le président actuel du Sénégal, Macky Sall, son frère, Aliou Sall, et le fils de l’ancien président.

Les rapports accusent l’homme d’affaires roumano-australien controversé Frank Timis d’avoir soudoyé des fonctionnaires sénégalais afin d’obtenir l’accès à des réserves lucratives de pétrole et de gaz à des conditions extrêmement favorables. Selon ces mêmes rapports, son partenaire commercial Eddie Wong, qui détient des passeports de Malaisie et de Singapour, aurait facilité certaines de ces connexions et serait venu représenter les sociétés de Timis au moment de la vente. Timis a nié tout acte répréhensible.

La publication de ces enquêtes a entraîné des manifestations au Sénégal. En réponse à la pression publique, le frère du président, Aliou Sall, a démissionné de ses fonctions publiques mais a rejeté les allégations selon lesquelles il aurait reçu des paiements secrets. L’enquête sur le rôle d’Aliou Sall a abouti à un non-lieu en décembre 2020″, affirme Transparency selon qui « les allégations de corruption n’étant pas résolues, il est essentiel que les autorités des autres pays concernés par cette affaire agissent ».

« Les Sénégalais méritent la transparence et l’intégrité dans la gestion de leurs ressources naturelles. Ces réserves de pétrole et de gaz ont le potentiel de transformer le Sénégal et de sortir des millions de personnes de la pauvreté. Et pourtant, elles ont été vendues à un délinquant condamné qui aurait menti à plusieurs reprises aux communautés et aux investisseurs, tout en s’engageant dans des transactions commerciales douteuses avec des fonctionnaires », a déclaré Birahim Seck, coordinateur du Forum Civil, la section nationale de Transparency International au Sénégal.

« Les révélations des journalistes détaillent l’histoire qui a mené à la vente des concessions à la société américaine Kosmos Energy et à la multinationale britannique BP. Toutes deux affirment avoir fait des contrôles préalables adéquats. Les documents examinés par Transparency International suggèrent que ces entreprises auraient dû savoir qu’elles s’engageaient dans des transactions présentant de nombreux risques de corruption », informe le communiqué reçu par Libération online qui ajoute : « Transparency International a fourni les informations disponibles aux autorités d’Australie, de Roumanie, de Malaisie, de Singapour, du Royaume-Uni et des États-Unis ».

« Le public sénégalais est privé de milliards de redevances potentielles provenant des ressources naturelles qui lui appartiennent », a déclaré Ádám Földes, conseiller juridique à Transparency International. « Seule l’ouverture d’enquêtes dans les autres juridictions leur permettra d’obtenir la justice qu’ils méritent. »

Aux États-Unis, par exemple, « Transparency International a demandé au ministère de la Justice et à la Securities and Exchange Commission (SEC) de déterminer si Kosmos Energy et BP ont violé la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger (FCPA), qui interdit aux sociétés cotées en bourse aux États-Unis de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires étrangers. L’affaire devrait également inciter le Congrès américain à sévir contre la « demande » de corruption d’agents étrangers en adoptant la loi sur la prévention de l’extorsion à l’étranger (FEPA). La FEPA érigerait en crime le fait pour un fonctionnaire étranger d’exiger ou d’accepter tout pot-de-vin ayant un impact substantiel sur le commerce américain ».

Barry Souleymane/senenews.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. olive dit :

    un brave patacaisse pour un truc ou il ne sortira jamais le premier litre !le forage en eau profonde n’est rentable qu’a 150 dollars le baril …comme il n’est pas prêt de remonter a ce niveau la aucun exploitant ne se risquera !

  2. Stéphane dit :

    Comme chantait l’autre ♫ noir c’est noir ,il n’y a plus d’espoir ♪

  3. issa gibb dit :

    Tout à fait , d’accord, que le forage de pétrole et de gaz en haute mer est difficile et coûteux, donc peu rentable comme pour le Maroc dans les années 90…
    En plus, de toutes ces dates repoussées de livraisons de barils, depuis 2020 ???Mais, le mot est lancé : çà pue ! Et çà pue depuis le début…
    On remarquera aussi que dans cet article : Qu’avec Aliou Sall (frère cadet du pdt Macky Sall) et de Frank Timis de Petro-Trim, le président Macky Sall qui ne pouvait pas ignorer les manigances de son frère puisqu’il a utilisé une de ses sociétés et même Karim Wade sont cités, pour la route…
    Mais le principal accusé reste Aliou Sall !
    Accusé de favoritisme, de corruption, de délits d’initiés, d’avoir touché de belles enveloppes et des gros salaires de Petro-Trim et même d’y être actionnaire, entre autres, etc… => Lire qu’Aliou Sall a démissionné de toutes ses fonctions publiques est FAUX ! Aliou Sall est toujours maire de Guédiawaye au Sénégal et président de l’Association des maires du Sénégal…

    Malgré les 1ères accusations de favoritisme dans la distribution des zones de forage, Aliou Sall a été nommé en 2017 à la tête de la Caisse des Dépôts et Consignations par son frère-pdt Macky Sall alors que ce dernier avait promis de jamais lié sa famille à un poste de fonctionnement de l’Etat, entrainant un tollé dans l’opposition et Aliou Sall a démissionné de la présidence des maires du Sénégal, à ce moment…
    Face aux nouvelles accusations de la chaîne anglaise BBC et des révélations de la compagnie pétrolière BP, Aliou Sall a démissionné de la Caisse des Dépôts et Consignations en 2019, mais nié avoir touché des pots de vin de Petro-Trim ???
    La Justice Sénégalaise à la botte de son frère-pdt Macky Sall a prononcé un non-lieu à l’encontre d’Aliou Sall en 2020 évoquant le manque de preuves de corruption dans l’affaire Petro-Trim, ce qui a déclenché une nouvelle révolte de l’opposition…
    En 2021, Aliou Sall est toujours maire de Guédiawaye au Sénégal et de nouveau président des maires du Sénégal : Ce qui est loin du statut d’une personne qui aurait démissionné de toutes ses fonctions « Publiques », en plus de ses actions dans des sociétés privées dont une société aéronautique à 30% des parts, entre autres…

    Innocenté par la Justice Sénégalaise corrompue, Aliou Sall a cette nouvelle casserole au cul qu’est cette ouverture d’une nouvelle enquête par 6 pays : l’Australie, la Roumanie, la Malaisie (La France ayant vendu ses zones de forage à la Malaisie en 2016), Singapour, le Royaume-Uni et les Etats-Unis qui représentent les foreurs au Sénégal…
    On ne sait pas comment va se passer cette nouvelle enquête, mais on peut dire que çà pue déjà du cul pour Aliou&Macky Sall Cie… A suivre !
    PS : D’autant plus qu’après Trump, Biden aux Etats-Unis, le Royaume-Uni et les Occidentaux en général, en ont marre des danses du ventre du gros patapouf envers la Chine => Guerre économique et hégémonique oblige !

  4. oyster dit :

    Finalement il serait utile de faire la lumière pour le pdt pour éviter une mise en cause par la suite ,car il est tellement facile de semer le doute sans apporter des
    preuves pour des raisons électorales ?

    « L’or noir pue au SENEGAL » ,mais en fait l’argent n’a pas d’odeur aussi devient il
    hypothétique de remonter à la source !…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :