LE SENEGAL PÉNALISÉ DANS SON COMMERCE INTRA AFRICAIN

Commerce intra-africain: le Sénégal est un exemple, mais cela lui coûte cher

Avec 38,2% de ses exportations en Afrique au 1er semestre 2021, le Sénégal est un exemple pour le commerce intra-africain. Mais ce positionnement a un coût sur sa balance des paiements extérieurs. Toutefois, l’appartenance à une communauté atténue les difficultés.

Sur les 6 premiers mois de l’année 2021, la part des exportations sénégalaises à destination des pays africains a été de 38,21%, selon les données publiées par les structures en charge des statistiques dans ce pays.

Ce volume est en baisse comparé aux 44,2% de la même période en 2020. Mais dans un contexte où le commerce intra-africain est estimé à seulement 16% selon la Banque africaine de développement (BAD), le Sénégal fait office d’exception sur le continent.

Le principal marché pour ses produits est la zone couverte par l’Union monétaire ouest-africaine. Avec une part de 17% sur le premier semestre 2021, le Mali s’est positionné comme étant le premier pays client des produits originaires du Sénégal. Il est suivi de la Suisse (13,8%) et de la Chine 11,3%. Ainsi, le Sénégal a vendu pour 533,2 milliards FCFA de marchandises sur le continent africain, dont 486,4 milliards FCFA dans la seule zone UEMOA.

La situation peut être saluée dans une perspective de construction d’un marché commun africain. Mais d’un point de vue macroéconomique, cela place le Sénégal dans une position complexe. L’important volume des échanges commerciaux qui se déroulent avec l’UEMOA n’a que peu d’impact sur ses réserves de change, car les transactions se déroulent en monnaie locale, le FCFA. Or dans le même temps, il faut régler généralement en dollar, la facture des achats effectués par ses agents économiques sur les marchés internationaux d’Asie, et d’Europe, et qui représentent 79,5% de ses importations.

Le deuxième défi est que dans ses échanges commerciaux avec ses partenaires situés en dehors de l’UEMOA et de la CEMAC, le Sénégal a connu une perte de 1337 milliards FCFA (en devises étrangères) que son excédent de 310,3 milliards FCFA sur ses partenaires de la zone FCFA ne suffit pas à combler efficacement. La structure des produits exportés ne lui donne pas aussi un avantage comparatif important. Des ressources comme le pétrole et l’or génèrent des revenus à l’export, mais pas suffisamment pour tirer les exportations vers le haut, et combler ses besoins d’achat en produits extérieurs.

Toutefois, le Sénégal peut toujours compter sur la mutualisation des réserves de change au sein de l’UEMOA, une caractéristique de cette zone monétaire, comme celle de sa sous-région sœur, la CEMAC. A la fin du mois de mai 2021, ses actifs extérieurs étaient de 8694 milliards FCFA (15,5 milliards $). Légèrement en baisse par rapport au mois d’avril 2021 (8 777,8), mais en hausse de 36,6% par rapport à leur niveau du mois de mai 2020 (6367,8 milliards FCFA).

agenceecofin.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *