AEROPORT DE MATAM: GO !

Les travaux de reconstruction de l’aéroport d’Ourossogui-Matam engagés

En 2014, Dakar a adopté la stratégie décennale Plan Sénégal Emergent (PSE) qui vise à accélérer la marche du pays vers l’émergence. L’un des aspects phares du programme économique est le volet « infrastructures » qui prévoit la modernisation de 13 aéroports régionaux pour un budget de plus de 210 millions EUR.
Le président sénégalais, Macky Sall, a donné mercredi 16 juin, le coup d’envoi des travaux de construction de l’aéroport régional d’Ourossogui-Matam dans le nord-est du pays, à 700 km de Dakar. Celui-ci sera équipé d’une piste balisée de 2 200 m sur 30, d’une voie de circulation parallèle de 135 m sur 18, d’un hall de 1 066 m2 (intégrant un salon VIP), d’un système d’approvisionnement en carburant, d’une caserne de pompiers (équipée de deux véhicules d’extinction d’incendie), d’une tour de contrôle haute de 15,5 m.
« Le futur aéroport sera modulaire, car la plupart des équipements, à savoir le hangar, la tour de contrôle, l’aérogare sont préfabriqués en République tchèque », a confié le directeur des infrastructures aéroportuaires au ministère du Tourisme et du Transport aérien, Souleymane Ndiaye, à Le Soleil, le quotidien national sénégalais. C’est déjà lui qui avait procédé le 30 novembre 2020, à la remise du site du projet à Transcon Electronic Systems, l’entreprise tchèque adjudicatrice.
D’un coût de 14 milliards FCFA (21,3 millions EUR), ce chantier est financé en partie par la Banque tchèque d’exportation (CEB) et l’Organisme de financement et de garantie tchèque (EGAP). Ce projet, tout comme celui de la rénovation de l’aéroport de Saint-Louis (qui devrait être achevée en décembre 2021), fait partie de la phase 1 du volet 1 du Programme de réhabilitation des aéroports du Sénégal (PRAS).
Ce Programme est l’une des trois composantes du projet phare de relance du pays comme hub aérien sous régional du Plan Sénégal Emergent. Lequel ambitionne de doter, en deux phases, les régions d’infrastructures aéroportuaires aux normes internationales. La phase 1 du PRAS, d’un montant de 99 milliards FCFA, comprend également la reconstruction, des aéroports de Kédougou, Tambacounda (début des travaux fixé à la deuxième semaine de 2022) et Ziguinchor. La 2e phase, d’un coût global de 39 milliards FCFA, consistera à mettre aux normes internationales huit aéroports, à savoir Cap-Skirring, Kolda, Sédhiou, Simenti, Kaolack, Bakel, Linguère et Podor.
Romuald Ngueyap/agenceecofin.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *