PLUS DE 1000 GROSSESSES EN MILIEU SCOLAIRE

1.075 grossesses recensées dans les établissements scolaires en 2020 (rapport)

Le rapport provisoire des observations sur les grossesses chez les adolescents en milieux scolaires fait état de 1.075 cas recensés dans les établissements en 2020, indique le Groupe d’étude et d’enseignement de la population, dans un rapport.
« Le recensement couvre les cas de grossesses scolaires qui ont été constatés et relevés par les observatoires du 15 octobre 2019 au 31 juillet 2020. Les établissements où des cas de grossesses ont été recensés en 2020 sont estimés à 484 contre 563 en 2019 », révèle le document.
Selon le groupe, une baisse a été constatée par rapport à 2019. En effet, en 2019, 1.321 cas de grossesses ont été enregistrés entre 12 et 19 ans contre 1.075 en 2020. Cette a été enregistrée dans les académies de Fatick, Kédougou, Kolda, Matam, Tamba, Kaffrine, Thiès et Ziguinchor.
Par contre, une hausse a été notée à Pikine/Guediawaye, Rufisque, Diourbel, Louga et Saint-Louis.
Salif SAKHANOKHO/pressafrik.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Le chaman dit :

    C’est moins grave de mette enceinte, quand ce n’est pas violé, une gamine de 15 /16 ans, que défiler dans les rues de Dakar contre les homosexuels, qui ne demande qu’à vivre tranquillement. C’est à ça qu’on peut mesurer le degré de civilisation, de liberté et de capacité à ériger une société humaine aux valeurs universelle.

  2. issa gibb dit :

    Je ne vois pas la différence entre « violer et mettre enceinte » une fillette entre 12 ANS et 19 ANS dans le milieu scolaire (la majorité étant à 21 ans au Sénégal ) : Il y a trop souvent des abus sexuels pratiqués par des enseignants adultes sur leurs élèves par personne adulte ayant autorité : c’est donc un viol !
    Il y a aussi, une forte activité sexuelle libertaire dans les établissements scolaires entre les jeunes, au lieu de se concentrer sur leurs études, mais ils se sentent libres, loin de l’autorité patriarcale, de la surveillance familiale et du regard des voisins, etc … quand ils sont entre eux à l’école et les hormones font le reste…
    Effectivement, cet article présente ces grossesses comme de simples statistiques, comme une fatalité, voire une banalité sans s’offusquer, comme dans un Pays de Merde au degré de civilisation de bonobos qui trouve normal que des adultes grimpent et enceintent des fillettes à partir de l’âge de 12 ans… Ici Sénégal !

    Même si, le nombre de grossesses en milieu scolaire semble diminuer en passant de plus de 3.000 cas déclarés de grossesses en milieu scolaire en 2013, puis autour de 2.000 cas en 2017, 1.321 cas en 2019 et 1075 cas dans cet article pour 2020… Sans oublier les cas non-déclarés et cachés par les familles ou arrangés par un chantage financier avec le maître-violeur : Cela reste des viols et les « Queutars violeurs d’enfants » doivent être jeter en prison dans les quartiers sodomites pour leur apprendre la vie et à respecter l’autre, surtout si c’est une enfant… Mais les mentalités évoluent si peu au Sénégal sur ces sujets « Tabous » comme ils disent ??? In chà Allah qui pardonne tout, même le viol des fillettes ou d’enfants Talibés ???

  3. Francia dit :

    merci Issa !
    comme tu le dis , beaucoup sont cachés par les familles !
    donc les statistiques sont bien en dessous du nombre calculé !
    triste pour ces gamines et surtout pour les enfants !
    quel triste avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :