CE QUE GAGNENT LES SENEGALAISES

« 85,7% des femmes ont un chiffre d’affaires inférieur à 100.000 FCFA par mois » (150 euros)

En cette journée du 8 mars, la Convention des femmes du Forum Citoyen a commémoré la journée mondiale de la femme, qui a pour thème « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ». La Convention des femmes rappelle à travers un document rendu public le fossé encore immense entre hommes et femmes malgré le rôle et la contribution importants de ces dernières à l’économie mondiale.
Dans les sociétés modernes, comme traditionnelles, la place et le rôle des femmes dans l’économie est de plus en plus prépondérante. « Elles sont présentes dans tous les secteurs de la vie économique et constituent de véritables acteurs au développement, notamment dans les pays pauvres/en développement où les femmes produisent la moitié de l’alimentation et représentent le quart de la main-d’œuvre dans l’industrie et le tiers dans les services », déclare la convention des femmes. D’où, « la question de leur autonomisation se pose de plus en plus avec acuité comme réponse à la vulnérabilité et aux violences économiques dont la plupart sont victimes ».
Pour les femmes forum citoyen, « le Sénégal n’est pas en reste, et la politique de relance de l’économie post Covid ne saurait ignorer plus de 52% de sa population. L’enjeu est de voir comment prendre en compte 75% des femmes Sénégalaises actives qui évoluent dans l’informel (Rapport de ONU Femme (2015-2016)) et pour celles qui sont dans le secteur formel, le revenu reste encore très faible », ont-elles indiqué. En effet, dans son étude diagnostic de « l’économie informelle du Sénégal réalisée en 2020 indique que 85,7% des femmes ont un chiffre d’affaires inférieur à 100.000 FCFA par mois, et parallèlement 77,9% des femmes employées dans les entreprises informelles gagnent moins de 37 000 FCFA par mois », ont-elles expliqué.
« Ce constat révèle la précarité et le degré de vulnérabilité des femmes aggravés par les mesures de confinement prises dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire », ajoutent les femmes du forum citoyen.
Selon les femmes du forum citoyen au-delà de la crise sanitaire et ses corollaires socio-économiques, « la célébration de cette journée cette année au Sénégal, coïncide avec de fortes tensions socio-politiques avec des scènes de violences, de pillages, d’agressions, de saccages de biens publics et privés. Ces violences ayant déjà causé malheureusement des pertes en vie humaine », le Forum Citoyen à travers sa convention nationale des femmes s’incline « devant la mémoire des jeunes disparus et lance un appel à la paix qui ne peut être garantie que par les principes du vivre ensemble que sont le respect des valeurs, des règles et la préservation de la propriété publique et privée ».
Ainsi, les femmes, vu le rôle qu’elles jouent comme pilier solide et de catalyseur dans le tissu social, « elles peuvent être des actrices dans le combat pour la restauration de valeurs comme l’intégrité et rétablir la stabilité sociale et une paix durable ».
Par ailleurs, le Forum citoyen lance « un appel d’apaisement à l’endroit de tous les acteurs face aux tensions politico-sociales que traverse le Sénégal depuis quelques jours à la suite de l’affaire dite Ousmane Sonko- Adji Sarr. Il est regrettable de constater la migration de cette affaire vers une crise politique au moment où l’opinion espérait que la mise en œuvre des conclusions du dialogue nationale, lancé au sortir des élections de 2019, conduirait le pays vers une stabilité socio-politique durable », a-t-elle lancé.
Le Forum citoyen note que « les responsabilités sont partagées entre les différents protagonistes et invite les acteurs de tout bord au respect des règles républicaines et à la préservation des acquis démocratiques seuls gages de la réussite de la relance économique ».
pressafrik.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Stephane dit :

    Je connais de nombreuses jeunes femmes qui triment dans les familles Sénégalaise ,boutique, marché ,reboutique pour un cube jumbo, remarché pour une carotte, reboutique pour 100 fr suc et 100 fr beurre , entre les allé -retours à la bitique le nettoyage de la cour, nettoyer devant maison c’est mieux au yeux des voisins, nettoyage des gamelles dégueulasses et toutes cramées , la maitresse de maison cuisinière n’ayant pas le temps lessiver le linge , ben ce petit personnel bien Sénégalais sera heureux sil récupère ses 15000 à la fin du mois après mainte et mainte demande

  2. le chaman dit :

    Je connais maintes jeunes filles qui triment 6 jours par semaine, parfois 7 jours sur 7, lorsque la famille est très éloignée, de 8h du matin à 19h le soir, pour 35 000F par mois. Et le salaire ne tombe pas forcément le dernier jour du mois, la plupart du temps ça se passe comme ça en travaillant dans une famille sénégalaise, mais il y a de belles exceptions heureusement.
    Et si cela se passe généralement mieux chez les Toubabs, il arrive que la maîtresse de maison sénégalaise, montre très dure avec la femme de ménage, sans compter les crises de jalousies….
    Nous devons plus que jamais, montrer l’exemple, respecter et payer convenablement les personnes que nous employons.

  3. rover dit :

    payées mieux sans doute avec un gradient sud/ nord favorable au sud , respectées et considérées mieux formellement sans doute aussi , mais sur le fond , avec quelques interrogations …..

  4. Jonquet dit :

    Il est vrai que certaines personnes abusent de la situation en sous-payant le personnel qu’elles emploient. C’est lamentable, mais hélas réel. Aussi, chacun de nous devrait faire un petit effort pour améliorer les conditions de vie du peuple sénégalais. Un peuple chaleureux et accueillant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :