LE SENEGAL DANS L’ŒIL DE BIDEN

Absence de loi pour la protection des LGBTQ: le Sénégal sous la menace des Etats-Unis

Dans le mémorandum que le nouveau président des Etats-Unis a publié il y a quelques jours, il est indiqué que les aides américaines pourront être refusées à des pays à législation anti-Lgbtq, tout comme les dirigeants et fonctionnaires de ces pays pourraient se faire refuser le visa et leurs entreprises des financements américains. Ayant pris le parti des Lgbtq, sigle utilisés pour qualifier les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles, c’est-à-dire pour désigner des personnes non hétérosexuelles, Joe Biden, ordonne aux ambassades américaines de réserver un traitement privilégié, avec des « visas de réinstallation », aux demandes d’asiles des personnes Lgbtq qui souhaitent quitter leur pays pour « échapper à la discrimination et aux menaces ».
Le document, parcouru par « Les Echos », axé sur la promotion des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et queers dans le monde, ordonne aux agences américaines opérant à l’étranger et aux ambassades « de faire en sorte que la diplomatie américaine et l’aide étrangère promeuvent et protègent les droits humains » des personnes précitées.
Selon le mémorandum, qui n’est pas une loi, mais condensé d’instructions du Président Biden, qui devraient être suivies par son administration, les Etats-Unis vont utiliser tout ce qui est en leur pouvoir, des sanctions incluses, pour forcer la main ou punir les gouvernements du monde entier qui ne soutiennent pas la communauté Lgbtq.
Des pays qui sont au moins au nombre de 70, selon le Human Rights. Parmi ses pays, il y a le Sénégal ( et d’autres pays africains comme le Nigéria, le Ghana, le Cameroun, la Guinée, le Togo, l’Ouganda, le Libéria, le Kenya), qui punit ces actes contre-nature.
Parmi les mesures de rétorsion, les Etats-Unis prévoient de « bloquer l’aide aux gouvernements qui ne soutiennent pas les Lgbtq ». Des pays comme le Sénégal qui dépendent dans une grande mesure de cette aide pourraient en pâtir. De même, certaines relations commerciales entre sociétés et institutions américaines et celles des pays visées pourraient être rompues. Par exemple, des Pme et Pmi qui profitaient de l’appui de l’Usaid pourraient le perdre.
Pire encore, des sanctions, comme le refus de délivrance d’un visa, pourraient être infligées à des dirigeants et fonctionnaires (ministres) des pays qui refusent de prendre des lois et des mesures pour protéger les personnes Lgbtq.
pressafrik.com

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Ivan dit :

    Le Sénégal peut dormir tranquille. Les leçons de morale des États Unis n’ont d’effets que lorsque leurs intérêts sont en jeu.

  2. Xx dit :

    C’est du grand n’importe quoi ! J’aimerais bien connaître les sources de « Pressafrik.com », où et comment « ces infos » ont bien pu être « dénichées » ???

  3. Il est bien connu que les opposants les plus virulents aux lgbtq sont ceux qui ont des penchants pour le devenir.
    Il n’y à qu’à voir le nombre de militants anti-gays qui se font pincer avec un petit ami, notamment aux États-Unis, pour s’en convaincre. La peur de tomber dedans engendre un mécanisme de rejet. De là à dire que tous les militants anti lgbtq sont des pédés en latence , je laisse à chacun le soin de méditer sur la question, mais quand même…

  4. Stephane dit :

    Les USA n ‘ont jamais entendu parler du Sénégal et de ses tafioles encore moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :