COVID: THIES RESSERRE SON ÉTAU

Résurgence de la pandémie dans la région (Thiès, Saly, Mbour) : Le gouverneur ferme les débits de boisson

La deuxième vague du Covid-19 n’épargne pas la région de Thiès qui a enregistré en une semaine 42 cas communautaires. Une situation qui a poussé le gouverneur Mouhamadou Moustapha Ndao à suspendre toutes les autorisations exceptionnelles d’ouverture de débits de boisson.
C’est une solution face à la résurgence de la pandémie du Covid-19 dans la région de Thiès : Le gouverneur Mou­hamadou Moustapha Ndao a suspendu toutes les autorisations exceptionnelles d’ouverture de débits de boisson. L’autorité administrative a formalisé la mesure à travers un arrêté publié ce 26 décembre 2020. Dans ledit document, signé par Maurice Latyr Dione, adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, l’autorité régionale informe qu’«en vue de limiter la propagation de la maladie à coronavirus, les autorisations exceptionnelles d’ouverture de débits de boisson précédemment accordées sont suspendues jusqu’à nouvel ordre sur toute l’étendue de la région de Thiès». Il avertit : «Tout contrevenant audit arrêté s’expose aux sanctions et peines prévues par les lois et règlements en vigueur». Dans ce cadre, il a demandé aux «préfets de Thiès, Mbour et Tivaouane, au Commissariat central de Thiès, au chef du Service régional de la sécurité publique, au commandant de la Légion centre-ouest de la gendarmerie» d’exécuter le présent arrêté.
Il faut savoir que la région de Thiès fait partie des zones les plus frappées par la pandémie. Même si elle semble être épargnée par la deuxième vague. Depuis le début de la pandémie, les districts de Thiès, Popenguine, Tivaouane et Mbour ont respectivement enregistré 728, 381, 353 et 348 cas contrôlés positifs.
lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Stephane dit :

    Le croissant tragique de Thies

  2. le chaman dit :

    Encore beaucoup de bruit avec une circulaire qui ne va pas chercher radicalement les choses, puisque 90%des des débits de boissons sont incorporés dans des établissements de petites ou grandes restaurations. Il suffit de préparer des sandwichs où des plats traditionnels, et le tour est joué.
    Sans compter quelques dessous de table entre un tenancier et les  » mangemille » ,c’est à dire ceux qui sont chargés de faire respecter les lois .histoire de fluidifier les rapports .sociaux de ce pays. Mais les restaurants, qu’en est-il en ce qui les concerne? Il semble qu’à part le port du masque obligatoire en rentrant, et une giclée de gel hydroalcolique,,et un écart un peu plus important entre les tables, rien ne viens pertuber cette belle harmonie Téranguèse..
    Mais c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses nes-ce pas ? Attendons le résultat entre 5 et le 10 janvier pour mesurer les dégâts collatéraux.
    Bonne fêtes à tous, et n’oublier pas le coller partout où vous le pourrez, les photos de vos marabouts préférés, qu’ils nous protègent des djins qui sont partout surtout à Dakar, appelé également Lébous’ville, puisque le grand Marabout confrérique des lebous prétend le plus sérieusement du monde, que la leurs appartient en totalitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :