ASSAUT SUR PÉTROLE ET GAZ SENEGALAIS

15 compagnies étrangères à l’assaut du pétrole et du gaz sénégalais

Le pétrole et le gaz du Sénégal aiguisent de nouveaux appétits. Avec les découvertes en 2014 du gisement pétrolier du champ Sangomar Offshore profond par Cairn Energy et gazières au large de Saint-Louis en 2016 par la société américaine Kosmos Energy, les autres blocs libres du bassin sédimentaire sénégalais intéressent les compagnies internationales.
Depuis que la société des pétroles du Sénégal (Petrosen) a ouvert, en novembre 2019, un appel d’offres international sur les 12 blocs pétroliers libres, situés dans la partie maritime profonde du bassin sédimentaire, les compagnies se bousculent pour l’Offshore sénégalais. Malgré la pandémie du Covid-19 qui a presque bloqué toutes les activités et la baisse mondiale des cours du pétrole, le directeur de Petrosen E&P (Exploration et production), Joseph Médou, renseigne que le bassin sénégalais continue de susciter des espoirs.
Joseph Médou : «Avoir 15 compagnies qui aient manifesté un intérêt pour l’appel d’offres nous indique que les compagnies croient au potentiel pétrolier et gazier du bassin sédimentaire offshore du Sénégal. Nous devons poursuivre les efforts de promotion et ainsi intensifier les travaux d’exploration avec les compagnies afin d’effectuer d’autres découvertes surtout de pétrole.»
Contacté par L’Observateur sur les blocages de la distribution des 12 blocs libres en Offshore profond du bassin sédimentaire, le patron de Petrosen E&P rappelle que l’appel d’offres a été lancé, il y a un an à Cape Town (Afrique du Sud) lors de la conférence Africa Oil Week. Des campagnes de promotion ont été organisées à Dakar, lors de la conférence MSGBC (Mauritanie-Sénégal-Gambie-Bissau-Conakry) au mois de janvier 2020, à Londres et à Houston (Etats-Unis) au cours du mois de février 2020.
«En fin février, une quinzaine de compagnies ont manifesté leur intérêt à participer à l’appel d’offres auprès du ministre du Pétrole et des énergies. Des ateliers techniques devaient se tenir avec les compagnies à Dakar entre les mois de mars et juillet 2020. Malheureusement, du fait de la pandémie avec les restrictions de voyage et le confinement, ces ateliers techniques n’ont pu se tenir. A cela s’ajoute la baisse des prix du baril de pétrole et du gaz naturel qui n’encourage pas les compagnies à prendre de nouveaux blocs pour l’exploration. Ainsi, le ministre du Pétrole et des énergies a étendu jusqu’au 31 septembre puis au 15 décembre 2020 la date limite de dépôt des offres», apprend Joseph Médou.
Modou Mamoune Tine/senenews.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *