ACCÈS UNIVERSEL À L’EAU ET À L’ASSAINISSEMENT EN 2030

Le Sénégal a besoin de plus 3500 milliards de FCFA

Le Sénégal doit mobiliser plus de 3500 milliards de F CFA pour atteindre l’Objectif de développement durable (Odd) 6 relatif à l’accès universelle à l’eau et à l’assainissement. L’estimation est du chargé des Opérations à la Cellule de planification et de coordination du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, Dame Ndiaye. Il a pris part hier, lundi 2 novembre, à la rencontre préparatoire de la réunion des ministres des Finances africains prévue le 4 novembre prochain.
3500milliard de F CFA, c’est la faramineuse somme qu’il va falloir mobiliser pour avoir un accès sécurisé à l’eau en 2030 au Sénégal. Ce qui correspond à une exigence de l’Objectif de développement durable (Odd 6) qui est de garantir un accès universel à l’eau et à l’assainissement d’ici 2030. C’est le chargé des Opérations à la Cellule de planification et de coordination du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, Dame Ndiaye, qui en a fait l’annonce. Il prenait part à une rencontre préparatoire de la réunion des ministres des Finances africains prévue ce 4 novembre.
Pour lui, les exigences des Odd sont beaucoup plus nombreuses que celles des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). Il s’agit maintenant, dit-il, «de garantir aux communautés une eau de qualité et disponible dans tous les ménages» ; d’où l’importance de financement conséquent. Pour contribuer à l’atteinte de cet objectif, signalet-il, l’Etat du Sénégal a mis en place le Fonds bleu. Sa mission est, selon Dame Ndiaye, de prendre en charge au moins 15% de ce financement.
Mieux, ajoute-t-il, «il va permettre, à travers un guichet social, d’accompagner les plus pauvres pour qu’ils puissent avoir accès à l’eau. Le guichet social peut recevoir des fonds comme ceux issus de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse)». Il y a aussi, relève-t-il, «un guichet privé qui va accompagner les opérateurs privés qui sont chargés de générer des revenus qui serviront à alimenter le guichet social». Selon Daouda Sanon, membre de la plateforme des organisations de la société civile pour l’eau et l’assainissement, il se peut que l’Odd 6 ne soit pas atteint à cause des moyens colossaux à mobiliser, surtout dans ce contexte économique rendu difficile par la Covid-19.
Toutefois, tient-il à préciser, si l’Etat tire des leçons de la pandémie de Covid-19, dont la propagation peut être liée au manque de respect de gestes simples tel que le lavage des mains, la donne pourra être changée.
Pour Daouda Sanon, l’eau et l’assainissement sont des services de base essentiels pour un développement durable ; d’où la nécessité d’investissements conséquents. Daouda Sanon trouve donc nécessaire de faire le plaidoyer au niveau des ministres de l’Economie et des Finances pour que les investissements nécessaires soient consentis, afin de permettre l’accès universel à l’eau, donc l’atteinte de l’Odd 6.
Fatou NDIAYE/sudonline.sn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *