L’USINE DE DESSALEMENT DES MAMELLES

Le projet de dessalement des Mamelles entre dans sa dernière phase

Au Sénégal, le projet de construction de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles, dans la commune d’arrondissement d’Ouakam, franchit une nouvelle étape. La Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) a annoncé récemment le début des travaux de pose de la principale conduite de distribution d’eau potable de l’installation.
L’usine de dessalement de l’eau de mer des Mamelles, dans la commune d’arrondissement d’Ouakam à Dakar, la capitale du Sénégal fournira bientôt ses premiers m3 d’eau potable. Les travaux de pose de la principale conduite d’eau potable de l’installation ont été lancés le 10 septembre 2020 par le ministre sénégalais de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam.
La conduite d’eau potable sera posée par la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones). « La conduite s’étale sur 10, 4 km, sur un tracé allant des Mamelles (deux collines volcaniques coniques situées sur la presqu’île du Cap-Vert) à la Patte d’Oie », indique la Sones. La canalisation d’eau potable permettra d’améliorer l’approvisionnement en eau potable des populations dans des zones comme Yoff, Apecsy, Nord Foire, les Parcelles Assainies et la Patte d’Oie.
Outre la pose de la conduite d’eau potable, la Sones supervise également la construction d’une prise d’eau, une station de pompage avec des conduites de refoulement, une usine de dessalement par osmose inverse et des conduites qui permettront d’évacuer les saumures. Le renouvellement de 442 km de conduites d’eau potable est également inscrit dans le cahier de charge de l’entreprise publique.
La mise en service en 2021
Le projet de construction de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles a commencé en janvier 2018 et devrait s’achever en 2021. Il est financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) à hauteur de 135 milliards de francs CFA, soit environ 206 millions d’euros. L’usine aura une capacité de 50 000 m3/jour extensible à 100 000 m3/jour. Ce qui permettra, selon les autorités sénégalaises, d’accroître la capacité de production d’eau potable à Dakar. Le projet de construction de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles vise aussi à préserver la nappe phréatique « pour les générations futures au Sénégal ».
Inès Magoum/afrik21.africa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *