VIRUS ET RÉCIPROCITÉ ASSOMMENT L’AIBD

Le coup de massue de la Covid-19 au trafic aérien à fin juin 2020

La pandémie de la Covid-19 a porté un véritable coup de massue au trafic aérien du Sénégal avec une forte baisse de 50,98% du nombre de passagers enregistré à l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD) à l’issue du premier semestre 2020 comparé à la même période de l’année 2019, selon les données établies par l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA).
Le cumul de ces passagers enregistrés durant cette période s’est établi à 609.811 contre 1.244.251 au premier semestre 2019, soit une baisse de 634.440 passagers en valeur absolue. Cette situation est essentiellement imputable à la mesure de fermeture de l’espace aérien sénégalais prise par les autorités gouvernementales pour éviter les cas d’importation de coronavirus.
Avec un nombre de 306.505, les passagers au départ représentent 50,26% de la totalité des passagers enregistré à l’AIBD durant la période sous revue contre 44,97% à 274.280 pour les passagers à l’arrivée et 4,75% à 29.026 pour ceux en transit.
Les passagers enregistrés à l’AIBD durant la période sous revue ont été transportés par des aéronefs dont le nombre total s’est établi à 8.988 contre 16.125 durant le premier semestre 2019, soit une baisse de 7.137 aéronefs. Le fret total transporté par ces avions s’est élevé à 15.397 tonnes contre 19.176 tonnes un an auparavant, soit une baisse de 3.779 tonnes.
Albert Savana/financialafrik.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Thierry dit :

    Le titre était prometteur, mais… Une coquille vide. Un éléphant qui accouche d’une souris. Des chiffres qui assomment la tête, mais aucune analyse. Le mot « réciprocité » utilisé dans le titre mais aucune mention dans l’article… Bref j’ai perdu mon temps à lire cet article, merci d’éviter les copier/coller à l’avenir…

  2. Maite dit :

    Même commentaire sur Thierry

  3. Wahab dit :

    Article creux et sans analyse, avec une succession de chiffres qui vous désintéressent de cet article. RÉCIPROCITÉ ??????? …. je cherche encore. Avons nous des journalistes ?

  4. AlphaD dit :

    Il y a quand même un chiffre très intéressant dans cet article! On peut lire environ 1.250.000 passagers pour le premier semestre 2019. Les chiffres des vols annoncés par les aéroports se comptent en « rotations », cad un atterissage et un décolage font un mouvement. En d’autres termes, 1.250.000 passagers veut dire environ 625.000 passagers à l’arrivée, soit, à la grosse louche 1.250.000 passagers arrivants pour toute l’année 2019 (Pour info : Luxembourg : 2 M, Bordeau 3,5 M, Bruxelles 13 M, Paris CDG 38 M ). Quand je prends un vol arrivant à Dakar, je compte grosso modo 20 % de toubabs. Parmi ces toubabs, il y a les hommes d’affaire, les coopérants et les résidents qui ne sont pas des touristes et bien sûr les vrais touristes. Parmi les africains, je vois une très grande majorité d’expats, des gens voyageant pour leur job, des fonctionnaires, des étudiants qui ne sont donc pas des touristes. D’ailleurs, on voit très peu d’Africains dans les hôtels pour touristes, ce qui me pousse à penser que peu de touristes africains viennent des pays limitrophes puisque la plupart, tout comme nous les Sénégalais sont sans le sous . De cette observation, je déduis qu’environ 15 % des arrivées par avion sont bien des touristes soit 187.500. Allez, soyons généreux et disons 250.000. On pourrait toujours me dire que d’autres sont arrivés par bateau, en voiture, en pirogue, en vélo. Mais tout le monde me confirmera qu’ils ne sont pas légion…
    Je me demande quand même bien comment sont venu le 1.450.000 manquant, puisque Alioune Sarr annonçait 1.700.000 touristes en 2019 ( voir article du 1er janvier 2020).
    Churchill avait dit quelque chose comme çà : « Je ne crois qu’aux statistiques que j’ai moi-même falsifiées » !

    Et ceci me fait penser que le même homme avait dit que si les politiciens sont maîtres des mots qu’ils n’ont pas dit, ils restent esclaves de ceux qu’ils ont prononcés ! Je ne sais pas ce que le ministère du tourisme racontera à la fin de cette escalade des chiffres du tourisme…

  5. AlphaD dit :

    Pour en revenir à l’article lui-même, si la baisse de fréquentation de l’AIBD n’est « que » de 50%, celui-ci peut s’estimer heureux. En effet, en France la perte de fréquentation s’est établie entre 50 et 80 %. Idem pour les autres aéroports européens. Mais je pense qu’une reprise n’est pas pour demain, ni même pour après-demain. Je pense même qu’il faudra définitivement oublier un trafic comme nous l’avons eu jusqu’à présent. Le monde ne sera plus comme avant, les écolos ont considérablement augmenté leur influence en Europe et l’avion « touristique » est particulièrement visé. D’autre part, il semble à présent que les population pourraient avoir changé d’idée pour leurs vacances : plus rationnelles, moins polluantes, moins coûteuses, bref plus raisonnables écologiquement parlant. Il pourrait en être de même pour les croisières en mer qui ont la palme de la pollution. Pour le Sénégal, malheureusement, moins d’avions rime avec moins de touristes. Il faudra apprendre à exporter autre chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :