MASSACRE EN CASAMANCE

Un géographe relève l’ampleur de l’exploitation illégale du bois au Sénégal

L’exploitation illégale du bois a pris de l’ampleur ces dernières années en Casamance, selon le géographe et universitaire sénégalais, docteur Moussa Mamadou Baldé, estimant qu’il est difficile de quantifier les superficies dévastées.
’’La coupe illégale des forêts est un phénomène qui a pris de l’ampleur ces dernières années en Casamance. Il est difficile de quantifier les superficies qui sont dévastées par l’exploitation illégale (…). Au Sénégal, c’est souvent le chiffre de 40.000 hectares par an qui est avancé par les autorités. Ces données restent à vérifier car la situation évolue’’, a-t-il notamment indiqué lors d’un entretien avec l’APS.
Le docteur Moussa Mamadou Baldé a soutenu une thèse en 2018 sur le thème : ’’L’exploitation illégale de bois de vène dans les communes de Badion et de Kandia en haute Casamance (sud du Sénégal) : un évènement social et territorial’’ à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (nord).
Selon lui, dans cette exploitation du bois, ’’on assiste également à l’émergence de nouveaux acteurs sur la scène internationale (Chine et Inde) en particulier deux géants démographiques confrontés à une forte demande de matières premières’’.
Le docteur Baldé a soutenu que la valeur économique liée à cette activité, notamment la transformation, était évaluée entre 30 et 100 milliards de dollar américain.
’’Bien sûr les choses ont un peu évolué entre temps. Néanmoins l’exploitation illégale reste d’actualité’’, a avancé le géographe, assurant que ’’si les forêts sont laissées pendant un certain temps, l’histoire montre qu’elles peuvent régénérer au bout de quelques années’’.
’’Par exemple, certaines études ont démontré que dans les zones délaissées par les populations casamançaises (région de Ziguinchor) dans le contexte de crise, la nature a repris ses droits. Le véritable problème, c’est que les besoins de prélèvement des populations dépassent les capacités de régénération des écosystèmes forestiers’’, expliqué l’expert.
Le géographe pense que la solution est de planter des arbres. ‘’Mais, a-t-il souligné, il est plus facile de couper un arbre que d’en planter’’.
’’En effet, reboiser constitue un investissement à long terme qui demande des efforts et de la patience. Or, les nombreux chefs de ménages impliqués dans l’exploitation illégale de bois cherchent plutôt à satisfaire des besoins immédiats de subsistance et d’amélioration de leur quotidien’’, a-t-il ajouté.
Docteur Baldé pense que dans la stratégie de l’Etat de protéger les forêts, ’’il est nécessaire de montrer la détermination à sanctionner les coupables à travers des mesures fortes et répressives qui dissuaderont les populations’’.
’’C’est cette confiance accordée à des actions énergiques et impressionnantes qui explique l’envoi de l’armée et les autres forces paramilitaires pour patrouiller dans les zones frontalières touchées par le trafic de bois’’, a-t-il dit.
’’Le nouveau code forestier perpétue la même philosophie, c’est-à-dire la croyance à des mesures punitives et dissuasives pour enrayer la coupe abusive des forêts’’, selon l’universitaire sénégalais.
’’D’une manière générale, l’intervention de l’Etat en faveur de la protection des ressources ligneuses menacées par la coupe illégale s’exprime à travers des mesures fortes et répressives qui considèrent les acteurs impliqués dans cette dynamique comme des délinquants à punir’’, a-t-il indiqué.
Il a ajouté : ’’En effet, du point de vue des autorités étatiques, les villageois détruisent sans en avoir conscience les ressources dont ils auront besoin plus tard et qui à ce moment viendraient à manquer’’.
’’Pour se préparer à une telle situation, l’Etat du Sénégal veut reboiser afin de reconstituer une ressource dégradée dont l’utilité s’apprécie à l’échelle de l’économie nationale. Les populations locales sont appelées à participer à cette mobilisation avec la création d’emplois verts’’, a-t-il conclu.
SG/OID/APS

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. jack le tiof dit :

    l ‘etat l’armée la police ils sont tous complices

  2. issa gibb dit :

    Quelle Hypocrisie !
    Ce docteur-géographe M M Baldé ne « révèle » rien du tout sur la déforestation de la Casamance !
    Tout le monde le sait déjà de ce qui se passe en Casamance
    A part qu’à côté de la CHINE, principal dévastateur de la Casamance,
    Il y aurait, d’après lui, aussi l’INDE ??? Première fois citée, dans la déforestation de la Casamance ???
    C’est nouveau, çà vient de sortir…

    Pour finir, par se défausser et baisser son froc, pour lécher le cul à l’Etat qui accuse les villageois d’être les responsables de la coupe du bois et promouvoir la nouvelle campagne d’enfumage de ce même Etat, à Savoir « Plantons un baobab » avec le gros patapouf à quatre pattes et masqué à Diamniadio…
    Encore une salope universitaire planquée, complice de l’Etat, de l’armée, de la police dans la déforestation de la Casamance, pour ne rien faire…
    Haïdar El Ali, « Reviens » ! Laisse tomber la GMV et « Reviens » en Casamance, au plus vite !
    In chà Allah qui se fout lui aussi, avec les mourides, des arbres de la Casamance :
    Tant qu’il y a du pognon à se faire !

  3. trevidic dit :

    Un monde sans fin ?
    Il appartient aussi aux casamançais de préserver leurs ressources ,car manifestement cela ne semble pas le cas ?
    HAIDAR El ALI ne peut se trouver sur deux fronts .
    Dans dix ans ,vous aurez un parking géant à la place des arbres !……….

  4. Reginald GROUX dit :

    Il est clair que la logistique mise en oeuvre pour abattre et transporter des arbres ne peut passer inaperçue. Les agents de l’état sont complices. L’état sénégalais n’a plus le choix. Faire appel à une société privée pour faire respecter la loi concernant les coupes illégales. Une sorte de société de gardiennage des ressources naturelles. En deux mois, le problème est réglé, un camion ça prend feu si facilement… Donc état complice, arrêtez de nous bassiner avec des articles où on se moque de nous, car on ne parle plus d’interdire, on parle de reboiser, mais jusqu’où nous prendront-ils pour des imbéciles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :