TOURISME: PLUS FORT QUE YOUSSOU NDOUR

Alioune Sarr réaffirme l’ambition de faire de la « Destination Sénégal », une « référence »

Le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Alioune Sarr, a réaffirmé samedi, l’ambition des autorités étatiques de faire du Sénégal, une « destination touristique de référence » et un « hub aérien fort » en Afrique de l’Ouest.
« Je vous rappelle l’ambition du Chef de l’Etat, Macky Sall, de faire du Sénégal une destination touristique de référence mais en même temps d’en faire un hub aérien fort en Afrique de l’Ouest », a-t-il notamment dit aux journalistes à la fin d’une visite à la station balnéaire de Saly Portudal.
Le ministre a indiqué que cette visite vise à constater l’effectivité de la réouverture des réceptifs hôteliers après une période de plusieurs mois de résilience à la COVID-19.
Cette ambition est basée sur une stratégie arrimée à un plan d’actions qui met en valeurs tous les sites touristiques et culturels du pays, en s’appuyant sur les infrastructures hôtelières, en particulier celles des stations balnéaires de Saly-Portudal (ouest) et de Cap-Skirring (sud), qui en sont des « modèles », a expliqué Alioune Sarr.
« La stratégie de relance touristique, après la période de résilience, nous a permis d’agir de manière significative sur deux points : le crédit hôtelier et le crédit du transport aérien », a-t-il souligné.
D’après M. Sarr, le crédit qui est mis en place par l’Etat pour soutenir la chaîne de valeur touristique, pour une enveloppe de 15 milliards de francs CFA, a aussi permis de soutenir « tous les autres acteurs du secteur », des guides touristiques aux artisans.
« Le crédit hôtelier a fait des résultats extrêmement importants ; ce qui a permis à ce que les hôtels soient en mesure, juste après quatre mois de résilience, de pouvoir redémarrer leurs activités », a relevé le ministre du Tourisme et des Transports aériens.
Alioune Sow est persuadé que la relance touristique dans la période post-COVID-19 va s’appuyer sur le « renforcement du crédit hôtelier et touristique et le crédit du transport aérien », la « promotion d’une microentreprise de la chaine de valeur touristique à travers un accès facile au crédit ».
Sarr a annoncé que dans le cadre du plan de relance touristique post-COVID-19 élaboré par son département, il est prévu la formation de 750 micro-entrepreneurs pour un objectif de 17 000 emplois directs et indirects à l’horizon 2023.
Le ministre a aussi évoqué la « réhabilitation des micro-réceptifs », notamment les campements villageois, une « campagne-marketing », la « revalorisation des sites et monuments historiques », le « tourisme domestique » et « la construction de cinq nouveaux aéroports régionaux ».
ADE/ASB/APS

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Diclo dit :

    Belle idée mais faudra revoir les taxes aéroport qui n’ont jamais baissé malgré les engagements du pouvoir….

  2. Diclo dit :

    Belle idée mais faudra revoir les taxes aéroport qui n’ont jamais baissé malgré les engagements du pouvoir….

  3. Yvesbzh dit :

    Pauvre type !!!
    Complètement à côté de la plaque
    Ils se suivent et se ressemblent tous .
    Une succession d’incompétents avec un égo surdimensionné
    Le suicide touristique à commencé il y à plus de 25 ans ,les idées les plus loufoques se sont enchaînées pour arriver au résultat actuel
    Et ils persévèrent,c’est vrai, les cons ça ose tout
    Et n’ont pas honte

  4. issa gibb dit :

    Tout a fait d’accord ! Après le turn-over des ministres du tourisme, 6 ministres en 8 ans, ce pauvre type d’Alioune Sarr se pose comme le plus con de tous…
    D’ailleurs, il a une gueule de con et il parait qu’il est né avec cette gueule de con ???
    Le plus grave, c’est qu’il est ministre et qu’il ne sait que « s’écouter parler » et raconter toujours les mêmes conneries, complètement à côté de la plaque…
    Tout aussi incompétent au Tourisme que ses prédécesseurs, comme il a été dans son ancien poste de ministre du Commerce, de la Consommation, du Secteur Informel et des PME où çà se saurait…
    Le seul point positif qu’on peut lui accorder, c’est qu’Alioune Sarr se déplace plus sur le terrain pour raconter toujours ses mêmes conneries, au contraire de ses prédécesseurs qui ont dirigé le Tourisme à partir de leurs bureaux de Dakar, par décrets comme l’intransigeante morue sèche, Maimouna Ndoye Seck qui est arrivée à couper toutes relations avec les Syndicats et les Professionnels du Tourisme de 2015 à 2017…

    Mais je me demande encore, comment ce sinistre-ministre Alioune Sarr et ses prédécesseurs ne se prennent pas des tomates pourries, de la bouse de vache ou même des cailloux sur le coin de la gueule, vue la situation dans laquelle, ils ont mis le Tourisme au Sénégal…
    Car si il y a des responsables, ceux sont bien eux, en première place sur le podium…
    Suivi par le Virus Covid19 Chinois apparu en 2020, en deuxième sur le podium
    Et en 3° place sur le podium, le ConnoVirus HARST Sénégalais (Harcèlements, Arnaques, Rackets, Saleté et Talibés) qui perdurent inexorablement dans un pays qui n’a toujours pas compris qu’il faut respecter les touristes pour avoir des touristes… Et qui ne voit toujours pas qu’il y a une montée Islamiste anti-touristes qui gagne de plus en plus de terrain au Sénégal…
    Oui, ce énième ministre du Tourisme, Alioune Sarr est complètement à côté de la plaque, aussi inutile qu’un avion sans kérosène ou aussi con qu’une valise sans poignée ! Y-a pas photo…

  5. trevidic dit :

    Voila qui n’apporte rien à la discussion que de constater une incompétence récurrente de tous ces ministres ….
    La dégradation ne peut pas descendre plus bas ,ce qui réconforte pour l’avenir………

  6. Yvesbzh dit :

    Effectivement une noyé,fini toujours par remonter à la surface,
    Mais dans quel état ?

  7. Reginald GROUX dit :

    Les discours des ministres successifs, ou l’art de repeindre la jambe de bois… Si le président veut que le tourisme reparte, il lui suffit de nommer un ministre compétent et pas un politicard. Et s’il n’y a personne de compétent, il suffirait de nommer un ministre qui ait l’intelligence de faire appel à des spécialistes, marrocains, égyptiens, mexicains (pas des salauds de français, naturellement), bref, à des gens qui savent ce que c’est que le tourisme. Au Sénégal, ce mot est une abstraction que personne n’arrive à mettre en équation. Les sites culturels, parlez m’en ! Nioro du Rif laissé en total abandon, le monument de la Renaissance, un bidule qui fait marrer ceux qui ne sont pas consternés, le MCN qui ne fait pas l’unanimité, collections bourrées d’objets faux (vous avez dit culture ?) et tout le reste à l’avenant. Et naturellement (je vais plaider en ma faveur) pas un mot sur le MAHICAO, pas la moindre visite de la moindre des autorités, pas le moindre commentaire dans la presse sénégalaise, malgré un article élogieux dans le Monde Afrique. Pourtant de l’avis général, c’est l’un des plus beaux musées d’Afrique subsaharienne. Je ne suis pas aigri, loin de là, nous avons plein de visites et les commentaires sont élogieux, mais si l’on parle de politique touristique, donc culturelle, il faut commencer par aller voir ce qui marche, surtout quand ça n’a pas coûté un rond à l’état…

  8. Ndiaye dit :

    Mais dites nous , que y a t-il concrètement dans ce fameux MAHICAO à part quelques morceaux et vieux masques en bois?
    Soyons sérieux! ce n’est pas le quai branly ou le musée du caire non plus…

    • Xx dit :

      Bah oui ! on n’a pas encore tout rapatrié… tout ce qui a été « volé » par l’ancien colonisateur maudit…
      Ndiaye et la Culture : 2 mondes tout à fait différents, tellement tellement éloignés l’un de l’autre…

  9. Regis Costet dit :

    S’il n’y avait pas le nom avant le commentaire,il serait facile de reconnaitre là,celui du »maitre étalon hors classe de la connerie. »

  10. le chaman dit :

    Ah, cet Alioune Sarr sait se faire plaisir! On ne sait plus quel qualificatif lui attribuer. Mètre étalon de la connerie, hum beaucoup vraiment beaucoup de concurrence, mais il ose tout c’est vrai, On peut remarquer, si c’est lui qui a écrit ce discours lyrique, qu’il est inconditionnel aux grands mots qu’il ne doit même pas comprendre, résilience, crédit hôtelier, chaîne de la valeur touristique, ah ouiii c’est bon ça, ouiii je sens que ça va venir, encore de la résilience, aller on va se finir à la pointe Sirène!! Ah le plaisir solitaire de celui qui se croit au-dessus des autres, mais Alioune Sarr comme les autres de son acabit, finira lui aussi dans les poubelles de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :