SENEGAL: DES LOIS POUR L’IMPUNITÉ DES HOMMES

REFUS DE PATERNITÉ AU SÉNÉGAL : L’ÉTAT A LE DEVOIR DE RECTIFIER SI RÉELLEMENT IL EST SINCÈRE DANS SA LUTTE CONTRE L’APATRIDIE

Dans un Etat dit à droit égal et équitable, l’on ne met jamais les droits des citoyens sur une balance à tendance femininement déficitaire. Le droit à un nom est la base vitale de tout être naissant quelque soit ma soit la société ou il est né.  Ce droit à un nom passe inco gnito sur le devoir des parents à l’enregistrer à la naissance sur les registres administratifs de la localité où il est né pour prouver son existence. D’où son droit a UN EXTRAIT. Surtout qu’une loi bien sénégalaise refuse à la femme d’enregistrer son enfant au nom de son père même s’il sont mariés sans certificat de mariage.
Si on laisse de côté les multiples codes et lois regient par l’homme,  un imparfait et défaillant être, qui stimule souvent le refus de ce droit dans telle ou telle situation,  les parents par contre,  n’ont aucun prétexte de ne pas officialiser l’existence d’un enfant à travers son enregistrement dans une localité où une autre quelques soient les contours des dits lois et textes.
L’apatridie qui est la non non-existence officielle   administrative et juridique d’une personne, est à 99% favorisé dans certaines situations par le REFUS DE PATERNITÉ  de certains hommes irresponsables, soutenus par certaines textes et  lois qui leurs octroient ce droit même s’ils sont auteurs de ce qui leurs est indexé.
Alors l’État du Sénégal, je dis bien du Sénégal,  devrait par devoir de mieux encadrer les différentes lois récemment mises en place et concernant la parité et autres,  revoir les textes sur la paternité pour permettre aux multiples innocents qui naissent sans l’avoir demandé,  de bénéficier de ce droit a une existence officielle.
En plus de cela, s’ajoute le faite qu’un homme ne soit absolument pas obligé de reconnaître sa filiation alors que la femme n’a ni le droit d’avorter ni celui de le poursuivre même avec un test ADN. Et pire elle est toujours mal vue par cette société hypocrite qui qui signale le vert même quand quand la situation indique rouge sang
Maintenant pour parler de ces irresponsables qui pensent que la vie ne s’arrêtent qu’à leur besoins sexuels et qu’ils peuvent tout se permettre sans risque d’être poursuivi (car protègé par une certaine loi et et pour la plupart ayant une réputation à protéger).
Je crois qu’il est temps que nous les femmes sénégalaises qu’on batte pour faire reconnaître nos droits et celui de vos enfants. Qu’arrivé a ce stade de non refus de paternité que l’homo parentalité pour la femme soit reconnu entièrement où que l’autre de toute grossesse soit amener à signer OUI. Même si après il nen fera pas davantage.
Parler d’acquis,  parce que certaines femmes  ont bénéficié d’une loi pour être à certains postes politiques n’est vraiment pas rationnelle.  Ce qui devrait nous soulager,  nous rendre fières et nous rassurer c’est de voir nos enfants et nos sœurs jouir de leurs droits les plus naturels convenablement et sans souci quelconque.
Le premier poste auquel une femme devrait prétendre et pour lequel elle devrait se battre c’est celui d’être les précurseurs du respect des droits de ses enfants les plus primaires et les plus naturels.
Les responsabilités étant partagées, nous les femmes devrions unir et combattre pour en finir avec les tontons « saï saï » qui nous pourrissent la vie et celle de nos enfants,  en engageant le combat sans relâche ni recul.
Espérant que ce cri fera réagir nos gouvernants  et donnera goût à mes sœurs femmes sénégalaises de se battre pour les droits de nos enfants,  je reviens rappeler qu’au jugement dernier aucun texte faite par l’homme ne sera valable et valide à sauver l’irresponsabilité de certains hommes.
Marieme MBAYE/kewoulo.info

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Schilling dit :

    Oui il faut changer de mentalité dans les rapports hommes femmes. La peur doit changer de camp. Les hommes doivent prendre leur part de responsabilité dans leurs actes sexuels. Respecter les femmes et les enfants. Un peu d’humanité.

  2. Jeanne DABO dit :

    Une solution mesdames, faites la grève du sexe. N’accordez vos faveurs qu’à certaines conditions.

    • Glock dit :

      Sauf que vous oubliez un paramètre : la religion …

      • issa gibb dit :

        Justement, la religion n’a pas à s’occuper du sexe, ni à s’occuper de politique…
        C’est çà, que qui doit changer au Sénégal !
        Car tous ces religieux Confrériques, Maraboutiques et Islamistes Radicaux sont favorables à une politique nataliste à outrance au Sénégal, en étant pour la polygamie, pour les mariages forcés de mineures, contre la contraception ou contre l’avortement, pour récupérer une majorité d’enfants abandonnés par leurs parents qui ne peuvent pas s’en occuper, dans les griffes des marabouts esclavagistes des enfants Talibés…
        Avec un Etat complice qui n’a aucune politique de contrôle de la natalité qui est pourtant reconnue comme un frein certain du développement du Sénégal et d’autres pays sous-développés…
        Car ces Etats sont incapables d’offrir une instruction scolaire générale à tous ces enfants : Il n’y a que 34 % d’enfants scolarisés à temps complet au Sénégal et une population à 70 % d’analphabètes qui ne savent ni lire et écrire en 2020, en majorité chez les femmes et les filles Sénégalaises qu’on enlève trop tôt de l’école pour les tâches domestiques du foyer parental, puis marital comme seul avenir)…
        Car ces Etats sont incapables de fournir le plein emploi, à tous ces enfants devenus adultes, ni d’allocations chômage, ni de protection sociale, etc… Laissant 95 % du peuple dans la misère, la survie, le commerce informel, la débrouillardise, l’arnaque, la délinquance et le petit banditisme…
        Tandis qu’une poignée de nantis pratiquent le grand banditisme dans la corruption et les détournements de fonds, avec la complicité des religieux et des marabouts qui volent le peuple, pille ou vende les ressources naturelles aux pays étrangers, ou encore gagne leurs vies avec la mendicité forcé de leurs élèves Talibés Esclaves mendiants…
        C’est pourquoi, il faut une politique de contrôle de la natalité au Sénégal et renvoyer tous ces vieux religieux et marabouts en robe, séniles et rétrogrades , fous illuminés d’obscurantisme à leurs seules prières…
        Pour que les femmes Sénégalaises prennent le contrôle de leurs volontés d’avoir ou pas des enfants, au nom de l’Egalité Homme-Femme digne d’une démocratie et d’un pays de Droits et civilisé, en foutant un grand coup de pied dans l’absurde autorité patriarcale encore vivace au Sénégal au XXIème siècle…
        Soumises et Forcées à faire des enfants sans volonté d’en faire , dans l’impossibilité de s’en occuper correctement parce qu’ils sont trop nombreux et rester dans la misère à cause de celà : C’est une TARE DU SENEGAL !
        ET les abandonner à des marabouts escrocs qui en font des esclaves mendiants pour s’enrichir sur leurs dos : C’est la HONTE DU SENEGAL !
        Le Tout bien organisé et huilé…
        Les Religions Sectaires Confrériques, Maraboutiques et Islamiques Radicales cachées derrière l’Islam Musulman dévoyé de ses vraies valeurs, empêchent tout développement du Sénégal et détruisent ce pauvre pays et son peuple en le maintenant dans la misère, l’ignorance et l’obscurantisme ! In chà Allah…

        • issa gibb dit :

          Correction :
          … qui volent le peuple, pillent et vendent les ressources …, ou encore gagnent leurs vies… Oups ! Il n’y en a pourtant pas qu’un seul à faire toutes ses saloperies au Sénégal :
          Ils sont si nombreux à se bousculer au portail pour s’en foutre plein les poches sur le dos du peuple et des enfants Talibés…

    • Ndiaye dit :

      Donc la femme n’a pas besoin de sexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :