EAU ET SCOLARITÉ

Au Sénégal, quand faire venir l’eau au village ramène les fillettes à l’école

Au village de Sine Mouride, dans la région de Kaffrine, au centre du Sénégal, l’arrivée des robinets d’eau a changé la vie des femmes et des fillettes, qui peuvent enfin aller à l’école.

Fatou Cissé regarde sa fillette avec satisfaction. Quelle fierté que Sokhna, 8 ans, soit entrée au CP. Une chance qu’elle, Fatou, n’a pas eue dans sa jeunesse. « Je passais mes journées à puiser l’eau pour la famille et le village. J’ai perdu mon temps et ne veux pas de ça pour mes enfants », explique cette mère de sept enfants du village de Sine Mouride, dans la région de Kaffrine, au centre du Sénégal. L’adduction d’eau, en cours depuis quinze ans, a changé la vie des habitants et, au premier chef, le destin des filles.
Si elle est fière de Sokhana qui entre à la petite école, Fatou Cissé ne se contente pas de l’enseignement primaire pour ses enfants et met aussi un point d’honneur à accompagner ses aînées le plus loin possible dans leurs études. Elle évoque avec plaisir sa plus grande fille, partie pour le lycée, à la ville voisine. « Elle a pleuré longtemps, résume la mère, parce qu’elle ne voulait pas quitter la maison. Mais maintenant elle ne regrette pas, car cette année elle passe son bac », lance-t-elle, savourant le nom de cet examen si important.
S’échiner autour du puits
Une véritable consécration dans cette zone où des générations de femmes ont passé leur jeunesse à s’échiner autour du puits. Il fallait se lever vers quatre heures du matin et se relayer pour qu’au moins six bras dansent sans cesse, faisant descendre et remonter les seaux d’eau à un rythme soutenu. Selon la taille de la famille, on devait rapporter entre dix et trente bassines de vingt litres pleines. Aujourd’hui, l’installation des robinets a transformé les modes de vie.
Apporter de l’eau potable dans les soixante-quinze villages de la région de Kaffrine, c’est la mission que s’est donnée l’organisation non gouvernementale Vision du monde il y a quinze ans. A grand renfort de forages, de châteaux d’eau, de robinets communs et d’adductions, grâce à un budget d’environ 40 000 euros par an, la couverture en eau potable dans ce périmètre est passée de 20 % à 98 % entre 2004 et 2017. L’accès facilité à la précieuse ressource a changé toute l’économie du lieu, en dégageant le temps de faire autre chose.
Aujourd’hui, à l’instar de Sokhna, de plus en plus de jeunes filles découvrent les joies de l’apprentissage. Entre 2007 et 2017, le taux de scolarisation est passé de 15 % à 44 % dans la zone couverte par Vision du monde, avec une arrivée massive des jeunes filles sur les bancs de l’école. « Elles y sont même plus nombreuses que les garçons », se réjouit Seydou Demba, responsable des programmes de l’ONG.
Au bénéfice de long terme lié à la fréquentation de l’école s’ajoute une amélioration immédiate de la santé des populations. A Segre Gatta, l’un des premiers villages de la zone à avoir eu accès à l’eau potable il y a plus de vingt ans, « les diarrhées et les maladies de peau liées à l’insalubrité de l’eau sont beaucoup moins fréquentes », observe Mame Binata Ndione, sage-femme dans le poste de santé du village. Tout comme les dysenteries, autrefois récurrentes et invalidantes. Les femmes souffrent également moins du dos et des articulations et leurs grossesses se déroulent mieux. « Beaucoup de femmes enceintes n’arrivaient pas à terme, témoigne Mame Binata. L’excès d’énergie dépensé dans le travail de puisage provoquait des fausses couches ou des accouchements prématurés. »
« Valoriser le temps »
Dans le village de Daga Balla, assises autour de larges bassines colorées, deux femmes trient des haricots blancs. Des légumineuses très nourrissantes qu’avant, « faute de temps, elles ne pouvaient pas cultiver », rappelle Ousmane Diop, un représentant du village. Actuellement, une pompe immergée dans le puits de la bourgade et fonctionnant à l’énergie solaire permet un accès à l’eau potable aux villageois et aux populations voisines, soit plus de 1 500 habitants.
A présent, à Daga Balla, seulement trois femmes remplissent les bidons de toute la communauté aux robinets communs situés à l’entrée du village. Pour les autres, pas question de se reposer. « Nous voulons valoriser le temps que nous avons maintenant chaque jour, témoigne l’une d’elles. Nous pouvons faire du maraîchage pour nourrir le village avec des produits plus variés, et même en vendre. » Des activités génératrices de revenus qui leur permettent de gagner en autonomie, mais également d’investir davantage dans « l’éducation, l’alimentation et la santé de leurs enfants », conclut Seydou Demba.
Marie Lechapelays/lemonde.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa gibb dit :

    Eau et Education ! 2 autres lourds et graves problèmes au Sénégal
    Avec la Corruption et l’Esclavage dans la mendicité des Talibés…
    4 tares pour jouer à la belote, mais pas pour sortir rassasié de l’Auberge, au Sénégal…
    Si quelqu’un à des solutions : il faut qu’il klaxonne vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :