TABASKI: LES PRIX FLAMBENT

Mbour : Hausse vertigineuse des prix de l’oignon et de la pomme de terre… Les populations râlent


En cette période de Tabaski, il est de coutume chez les commerçants Sénégalais de procéder à des augmentations de prix sur certaines denrées comme l’oignon et la pomme de terre. Les commercants de Mbour n’ont donc pas dérogé à la règle en portant le sac d’oignon à douze mille francs Cfa et celui de la pomme de terre à dix mille cinq cents francs. Ce qui a eu l’heur d’irriter les populations qui soupçonnent même une complicité de l’État.
Ainsi, Ndèye Rokhaya Sarr, une mère de famille rencontrée au marché central de Mbour rumine sa colère : « j’ai l’impression que le Sénégal n’est pas gouverné en ce moment, chacun augmente comme il l’entend. Même entre commerçants on voit des prix différents, c’est l’État qui doit jouer son rôle en envoyant des contrôleurs de prix comme cela se faisait avant. »
À côté d’elle, un militaire à la retraite, la soixantaine passée, n’en pense pas moins : « il faut qu’on retourne à l’orthodoxie avec des services du Commerce forts. Au moment où les Sénégalais ne parviennent pas à joindre les deux bouts, vous trouvez ça normal ? Où est l’État? Qu’on ne s’étonne pas qu’Auchan continue son expansion. Macky Sall doit surveiller ses arrières, parce que on a l’impression que tout lui échappe dans son pays… Regardez ce qui se passe dans le foncier, c’est inadmissible! Aujourd’hui c’est le marché et certainement demain, on entendra autre chose… »
dakaractu.com

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. mangnay dit :

    On critique beaucoup le concept mais ……allez chez Auchan ….Casino….soit les grandes surfaces sont raisonnables

  2. Benjamin dit :

    Arrêtez d’incriminer notre président, Mr M. Sall ! Aucun président dans notre monde n’a de pouvoir sauf … en temps de crise quand on lui laisse le droit de le faire. Un gouvernement est un ensemble de gens qui on beaucoup de mal à se mettre d’accord. Preuve en est … qui va assister le ministre de la santé, Mr Abdoulaye Diouf Sarr , dans sa recommandation pour se qui est des déplacements pour la Tabaski ?
    Regardons les choses en face, ici il n’y a pas de responsabilité civique chacun en fait à sa manière et surtout … les « autorités responsables », ne se préoccupent que de leur poches.

  3. issa gibb dit :

    Le sujet est que les commerçants Sénégalais ont pris l’habitude d’augmenter les prix de denrées de base, comme les oignons et les pommes de terre, pour la Tabaski…
    Même en cette année particulière d’épidémie du Coronavirus où le peuple est précairement sur le cul : Ce qui prouve une fois de plus que de la Solidarité Sénégalaise n’est qu’un nuage de fumée, une histoire de grand-mères à faire pleurer dans les huttes, car les commerçants ont tout de même augmentés leurs prix pour faire du fric sur la Tabaski en période financièrement dure du Coronavirus pour le peuple Sénégalais…
    Comme quoi : Business is Business ! Tant pis pour la Solidarité Sénégalaise et le pauvre peuple Sénégalais, il n’a qu’à bouffer du carton comme les moutons qu’il ne peut pas se payer, comme les oignons et les pommes de terre, trop chères pour lui…

    Quand à la complicité de l’Etat, dans cette augmentation des prix de ces denrées, il n’y a qu’un pas !
    Il ne faut pas oublier que l’Etat Sénégalais a augmenté le prix des denrées comme le riz, le sucre, le café ou l’huile, juste avant la Crise du Coronavirus…
    C’est une méthode étatique pour calmer tout mouvement contestataire du peuple qui est étranglé par ses augmentations de prix des denrées de première nécessité, que l’Etat Sénégalais pratique facilement pour éteindre toutes les rebellions populaires…
    Mais en plus, dans un pays où le peuple vit à 95 % dans le commerce informel de survie, sans aucun contrôle des prix par l’Etat, les marchands du commerce informel, augmentent leurs prix dans une totale liberté…
    Ce qui pénalise doublement le peuple Sénégalais :
    – Par les prix augmentés des denrées, imposés par l’Etat aux commerçants de magasins alimentaires
    – Par les prix libres des marchands sur les marchés du commerce informel, non-contrôlés par l’Etat…
    Et ceux sont les pauvres Sénégalais qui se font toujours baisés ! Tabaski ou pas ! Coronavirus ou pas ! In chà Allah…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :