COVID: ON MEURT CHEZ SOI

Covid-19 au Sénégal : le nombre de morts à domicile explose

L’actualité relative au nouveau coronavirus continue de défrayer la chronique au Sénégal. Selon les informations qui ont été rapportées par certains médias locaux, le nombre de décès enregistré à domicile au cours de ces derniers jours aurait connu une nette augmentation. A en croire les sources médicales contactées par le Rewmi Quotidien, le vrai visage du ravage qu’orchestre le virus n’est pas perçu au Sénégal.
20 inhumations au quotidien
Les chiffres du ministère de la Santé ne représenteraient qu’une petite portion du nombre des victimes du nouveau coronavirus au Sénégal. A Yoff, le nombre d’inhumation journalière serait monté à 20. « Ici, on enterre d’habitude environ 3 à 4 personnes par jour. Mais, depuis quelques jours, ça tourne plutôt autour de 20 enterrements », avait confié un employé du cimetière au média.
Des décès sans test et hors hôpital…
Le média rapporte également que de nombreux décès ont été enregistrés en lien avec le coronavirus. Mais ceux-ci n’auraient pas fait de test ou ne sont pas décédés dans des centres hospitaliers. « Des cas de décès liés au Covid-19 sans test et hors hôpital n’entrent pas parfois dans le bilan officiel des victimes du coronavirus », a confié une source médicale au média. Selon les précisions de ces médias, les décès à domicile ne sont simplement pas « mesurés ».
Désiré Sossa/lanouvelletribune.info

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Roger dit :

    « des décès sans test et hors hôpital » ? 20 inhumations/jour ?
    Ont-ils une boule de cristal pour savoir que ces personnes sont décédés du covid19 ? Car je doute fortement qu’il fasse une autopsie pour en connaître la cause.
    Article débiles pour encore entretenir la peur.

  2. Ivan dit :

    Pas besoin de boule de cristal. Il suffit de d’observer les chiffres des tests effectués au Sénégal pour se rendre compte que le taux de positivité au coronavirus est similaire, voire supérieur aux pays européens. Donc, même si on peut espérer une mortalité moindre due à la jeunesse de la population, on ne doit pas être loin des chiffres de mortalité que l’on observe un peu partout dans le monde (Europe, Amérique Nord et Sud, Afrique du Nord, du Sud…)

  3. Roger dit :

    Quels tests ? Ceux qui dépiste la positivité ? Positif ne veut pas dire malade, surtout qu’ici les cycles sont amplifiés et font aussi des faux positifs.
    1% à peine des personnes testées à principal reste en observation, les autres pour certains sous traitement, et oui il y a des traitements.
    Arrêter avec ce virus de la peur, vous vous sentirez mieux

  4. Ivan dit :

    Il ne s’agit pas de faire peur, mais d’être factuel. Il est vrai qu’il y a beaucoup de positifs qui ne sont pas malades, et ce, dans tous les pays, et heureusement. Il est vrai aussi que les traitements se sont améliorés. Il est vrai aussi qu’il y a de faux positifs (mais aussi de faux négatifs). Mais il est vrai aussi qu’en ce moment il y a en France, pays qui a un taux de positivité à 7%, 450 décès par jour, alors, pour le Sénégal qui a un taux supérieur à 10%, je vous laisse déduire ce que vous voulez, il y a peut-être un miracle sénégalais.

  5. rover dit :

    je pense comme ivan sur ce que laisse entendre l’article : ne sont dépistés sauf rares exceptions – que ceux qui ,symptômatiques , se rendent à l’hopital et le taux de létalité officiel recouvre le taux officiel mondial
    et sans etre encore au SN actuellement, mes contact whatsapp ( administratifs ,médico hospitaliers , villageois …)m’indiquent que que pour la region sud et sud oriental les morts à domicile sont en nette augmentation et ce n’est pas récent
    pas mal de personnes malades à domicile hésitent à aller à l’hopital et même au dispensaire , la seule prise de température frontale en dissuadant certains….
    le paracetamol , les plantes et les tradipraticiens sont toujours là
    affirmer enfin que quelqu’un est mort du covid ou d’autre est chose bien difficile sans examen et test préalable la plupart des symptômes étant commun bien des infections
    pour le reste , la mortalité économique dans le secteur informel est elle aussi bien réelle.

  6. Roger dit :

    Je témoigne ici en tant qu’infirmier à principal pour remettre un peu d’ordre.
    Le problème est que sur les registres quand il y un décès, nous avons l’obligation décrire dans cause: décès covid19 si la personne avait été testé positif 2 mois en arrière alors que le décès aurait pu être provoqué par une autre maladie. Nous ne faisons pas d’autopsie sauf à la demande de la famille mais malheureusement ça a un coût. Certes, ce virus tue mais en comparaison à d’autres c’est assez minimes, par ailleurs, ce qui est dommage aujourd’hui c’est qu’on se focalise que sur la covid19 et qu’on délaisse d’autres pathologies, il va y avoir énormément de dommages collatéraux au niveau sanitaire.
    A bon entendeur

  7. Ali dit :

    Merci Roger, enfin quelqu’un de réveillé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :