RÉCIPROCITÉ DANGEREUSE

Les acteurs du tourisme en phase avec l’Etat mais…

Sunset view of airplane on airport runway under dramatic sky in Hobart,Tasmania, Australia. Aviation technology and world travel concept.

Les acteurs du tourisme apprécient la décision prise par l’Etat consistant à appliquer la réciprocité aux ressortissants de l’Union Européenne qui a choisi de ne pas ouvrir ses frontières aux ressortissants sénégalais. Cette mesure une fois effective, aura nécessairement des impacts sur le secteur du tourisme. Selon Moustapha Kane, secrétaire permanent du Syndicat patronal de l’industrie hôtelière au Sénégal (Sphs), l’aspect économique est très important mais les questions de souveraineté nécessitent une position nationale. Ainsi invite-t-il l’Etat du Sénégal à prendre toutes les dispositions pour rétablir l’équilibre.
Le gouvernement du Sénégal a pris la mesure d’appliquer la réciprocité aux ressortissants de l’Union Européenne qui a décidé de ne pas ouvrir ses frontières aux voyageurs sénégalais. Interpellés sur la question, les acteurs du tourisme apprécient cette décision de l’Etat du Sénégal.
Selon Moustapha Kane, secrétaire permanent du Syndicat patronal de l’industrie hôtelière au Sénégal (Sphs), l’aspect économique est très important mais les questions de souveraineté nécessitent une position nationale. « Aujourd’hui, je ne comprends pas cette mesure de l’Union Européenne au moment où il y a des vols entre le Sénégal et la France, même si c’est des vols de frets mais qui, de retour, ramènent les ressortissants des deux pays. Donc la France cautionne qu’il y a la possibilité de mouvements entre les deux pays. La France étant notre premier partenaire commercial, si elle n’est pas gênée à le faire, je ne vois pas en quoi l’Union Européenne peut aujourd’hui refuser d’ouvrir ses frontières avec le Sénégal. C’est une contradiction pour moi », déplore-t-il.
Toutefois, il admet que cette décision prise par le Sénégal aura forcément des conséquences sur le tourisme. « Les principaux flux touristes viennent de la France, de l’Espagne de l’Italie et de la Belgique. Dans le cadre de la stratégie de la relance, forcément cela va avoir des impacts sur notre secteur. D’abord le marché touristique va se rétrécir par rapport aux conditions de voyage qui sont édictées par les protocoles sanitaires. Donc il y aura moins de clients. Si en plus de cela, on continue à nous confiner, la situation va empirer. Cette mesure, nous ne pouvons que la soutenir même si ça sera très difficile », a conclu M Kane. Il invite ainsi l’Etat du Sénégal à prendre toutes les dispositions pour rétablir l’équilibre. « L’impact sera très important sur nos entreprises. C’est vrai qu’il y a le tourisme d’affaires mais il y a également le tourisme de groupe. Saly, Cap Skiring et Saint Louis vont être impactés davantage. Cela pourrait à la longue aboutir à la fermeture pure et simple de certains établissements. Aujourd’hui, la plupart des entreprises sont à l’arrêt. Les conditions sont difficiles pour les employeurs qui font tout pour sauver ce qui est possible mais l’Etat doit se faire respecter », a-t-il insisté.
Ndeye Aminata CISSE/sudonline.sn

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    La FRANCE n’est pas l’Europe
    Heureusement qu’il nous reste un semblant d’autonomie ,bien que nous soyons sous curatelle renforcée

  2. Freetime dit :

    Toujours aussi idiot ces journalistes.

  3. issa gibb dit :

    Article totalement idiot, sans un aucun sens ???
    D’un côté, cette imbécile de journaliste de Sudonline.sn nous tambourine que les acteurs Sénégalais du Tourisme sont d’accord avec la décision de l’Etat Sénégalais de « Réciprocité » pour fermer l’Espace Aérien Sénégalais à tous les pays qui laisseront leurs frontières aériennes fermées au Sénégal ???
    Pour nous dire ensuite, que le Syndicat Patronal de l’industrie Hôtelière au Sénégal (SPHS) s’inquiétait de cette décision qui aura des conséquences néfastes pour la relance du Tourisme au Sénégal pour des hôteliers économiquement affaiblis qui ont tout fait pour supporter la fermeture de leurs hôtels en maintenant les salaires de leurs employés pendant plusieurs mois, sans grande aides de l’Etat Sénégalais, avec un appel à ce même Etat au dialogue avec L’UE pour rétablir l’équilibre et ne pas jouer la petite souris qui croit punir avec sa « Réciprocité », le gros Gros Chat €uropéen plus puissant…
    Le Sénégal a tout y perdre, en jouant au con avec l’UE ! D’autant plus que ses frontières aériennes ne sont pas ouvertes avant le 15 juillet et que les décisions €uropéennes peuvent changer à tout moment…
    Cela s’appelle : Chier debout pour rien !

    Avec quand même le plaisir, pour une fois, de lire que les vols de frets, de marchandises entre la France et le Sénégal n’ont pas cessé pendant tous les mois de la pandémie Covid19, ainsi que certains vols de passagers rapatriés entre les 2 pays pendant cette crise du Coronavirus…
    Quel bonheur de lire que c’est l’Union €uropéenne (U.E) qui est responsable de cette réaction épidermique du Sénégal et pour une fois que ce n’est la France qu’on accuse ! In chà Allah

  4. Galips dit :

    Oui mais alors ça devient compliqué, comment elle va faire la josette avec sa petite retraite.

  5. Ardo dit :

    J’apprecie la position du senegal par rapport à la reciprocités du Talion.

  6. Ndiaye dit :

    Ne jamais tendre la joue gauche.

  7. Eloïse dit :

    C’est normal que le Sénégal ne soit pas sur la liste, il ouvre son espace aérien le 15 juillet, qu’es-ce qu’il se serait passé si l’UE avait mis le Sénégal autorisé à partir du 1er ? Même discours qu’en juin fait par Macky Sall et Alioune Sarr.

  8. Sonko Amadou dit :

    L’Africain généralement ne tient pas à se libérer

  9. Oussou dit :

    Cet article n a aucun sens sinon du clientélisme politique

  10. Que de discours puéril !!!la France n a pas fermer son espace aérien aux avions de ligne sénégalais!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :