L’AVIS DE « PETITE CÔTE TOURISME »

Impact du coronavirus sur le secteur touristique au Sénégal

Interview avec Abdoulaye Diedhiou Fondateur de Petite Côte tourisme, acteur incontestable dans la promotion du tourisme et de la destination Sénégal.
Petite côte tourisme qu’est ce que c’est :
Pour commencer Petite Côte Tourisme, c’est un site web qui est spécialisé dans la communication touristique au Sénégal. Commencé en 2018 nous sommes le seul site web ou plutôt la seule chaîne (youtube) à faire des reportages sur le secteur touristiques au Sénégal, en particulier sur la petite côte. Pour ma part, je suis dans le milieu touristique depuis 1992 pendant que j’étais encore à l’école. De 2000 et 2005, j’ai eu à travailler avec l’un des plus grands hôtels du Sénégal à savoir le Club Aldiana où j’ai développé mon expérience dans le tourisme. En 2005, je me suis spécialisé dans l’audiovisuel : montage de vidéo, réalisation, production et post production ce qui m’a permis de travailler en freelance avec de nombreuses chaînes de télévisions sénégalaises, notamment la 2stv, RTS, Walfadjri avec Thierno Daff en tant que correspondant sur la petite côte de 2010 à 2015.
Depuis, avec Petite Côte Tourisme, je fais des reportages pour la plupart en français pour mieux atteindre la clientèle internationale et montrer tout ce qu’il y’ a de beaux à visiter au Sénégal.
Notre objectif est d’une part de promouvoir la Destination Sénégal et d’autre part de créer un cadre d’échanges et de réflexions pour les acteurs de l’industrie touristique afin de mieux communiquer avec les autorités sénégalaises. Dans la promotion du tourisme au Sénégal, nous faisons des reportages des interviews, aussi nous interrogeons les touristes pour avoir leurs avis sur leur visite au Sénégal et c’est ce que j’appelle dans mon site « Vision Tourisme Durable ».
A travers les reportages, je suis en contacte avec les acteurs touristiques qui donnent des informations très pertinentes sur les besoins et les difficultés du secteur, information qui nous l’espérons pourront êtres valorisées par l’Etat.
Les questions que l’on ne peut pas omettre en ce moment :
– Quel est l’impact du coronavirus (COVID-19) sur le secteur touristique au Sénégal ?
– Quelles sont les mesures d’accompagnement qui ont été mises en place par l’Etat pour appuyer le secteur durant cette période ?
Face au Coronavirus, le secteur de tourisme est complètement à genoux. La station balnéaire de Saly est presque morte. Il n’y a rien comme activité, les hôtels sont fermés, dans le marché artisanal de Saly, on ne trouve que quelques boutiques ouvertes qui généralement sont des habitants de Saly qui veulent passer du temps, car depuis des années, ils ne connaissent que ce secteur. De même les restaurants, les boîtes de nuit, tout ce qui était ambiance au niveau de Saly ne fonctionnent plus et ceci est valable pour l’ensemble des sites touristiques du Sénégal. Le Covid-19 a complètement nuit le secteur touristique du Sénégal.
Nous espérons que le soutien de l’Etat qui a débloqué 77 milliards dont 15 milliards pour le secteur du tourisme pour faire face à l’impact du Covid -19 pourra soulager le secteur. Grâce à cela, les hôteliers pourront gérer leurs charges fixes et limiter les risques de licenciement. A cela s’ajoute aussi les mesures de repoussement ou d’annulation des impôts pour les hôtels. Il s’agit maintenant pour les entreprises de constituer un dossier (registre de commerce, NINEA, des factures de location, d’eau d’électricité, etc.) et le déposer auprès des autorités compétentes. De même, des financements seront mis à la disposition des acteurs sous forme de prêt à des taux de 2.5 à 3.5 % remboursable sur 8 ans pour les PME évoluant dans le secteur. Nous espérons que si les fonds sont bien réparties, les acteurs du tourisme au Sénégal pourront survivre pendant et après cette crise du Covid -19.
Comment, c’est passé l’évacuation des touristes avec la fermeture des aéroports ?
Au début de la pandémie, il y a eu des touristes qui n’ont pas pu prendre leur vol et avec l’appui de L’ASPT touristes bloqués sur place ont pu continuer leurs séjours en attendant les vols disponibles. Des hôtels ont fait des subventions pour leurs clients habituels afin de leur permettre de faire face à cet imprévu en attendant que les vols spéciaux mises en place pour le rapatriement de ceux qui voulaient rentrer.
Le tourisme au Sénégal a énormément de potentiel, toute fois nous devons travailler davantage sur la communication à l’international pour attirer plus de visiteur, mais aussi promouvoir le tourisme local qui est peut être un excellent moyen pour booster le tourisme au Sénégal après cette période de crise.
https://www.senproads.com/blog/impact-du-coronavirus-sur-le-secteur-touristique-au-s%C3%A9n%C3%A9gal?fbclid=IwAR3OLIqbxSzrxJPC_TfVJMs2AD-GP1ju7MgD834OfjMV10HFbppQMcgAzX8

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. stephane dit :

    Le problème est que le Sénégalais est persuadé de vivre dans le plus beau pays d’Afrique de l Ouest et pense que le pigeons s’y bouscule pour la fameuse téranga

  2. Bonjour,
    « Face au Coronavirus, le secteur de tourisme est complètement à genoux. La station balnéaire de Saly est presque morte.  »
    Mais Saly n’est pas le centre du Sénégal… Et tous les autres, les toutes petites structures à Warang, Nianing, Joal, etc, elles qui sont ruinées et dont on ne parle pas…
    C’est la Bérézina pour tout le monde…

  3. simonin dit :

    pour ce qui est des FACTURES D EAU….vous pouvez rassurer le gouvernement il n aura pas a vérifier …..les factures…en effet,du coté du SINE-SALOUM ….vous devinez pas pourquoi????? pour la simple et bonne raison que cela fait grosso-modo 3 bonnes années que ce secteur ,oh combien touristique en est dépourvu !!!! grave,tres grave, pour les touristes ,et que dire de ces pauvres habitants qui ne savent plus quoi faire pour trouver de l eau pour vivre normalement ,quelle situation catastrophique pour cette région ….et malgres toutes ces remarques ,ces petitions, ces reportages ,ces preuves ,tous ces temoignages,(radio ,télé ) on se heurte a un mépris total des instances!!!!!! on va laisser « crever » cette population a petit feu ???? comment expliquer aux touristes de venir au Sénégal dans de telles conditions !!!! Développer le tourisme ??? a SALY il y a de l eau certes ! mais… SALY n est pas le seul endroit au Sénégal !!!!en espérant que toutes ces remarques fassent bouger ENFIN les choses !!!! ne soyez pas aveugles, et sourds, !!! Messieurs les dirigeants du gouvernement…. dans le SINE -SALOUM nous allons mourir et vous serez les seuls résponsables !!!! apres tout ce sont des hommes,des femmes des enfants,des etres humains comme vous et moi !!!! et ils ont droit a cette eau salvatrice et salutaire pour pouvoir VIVRE tout simplement….merci pour eux

  4. Alain Jordan dit :

    Très bel article……. Mais de plus avec cette crise, car les hôtels et les restaurants vivent du tourisme mais aussi tous ces petites gens « antiquaires » et autres petits commerces qui ne mangent plus faute de touristes, il va se développer le risque d’insécurité et de vol. Donc une mauvaise image pour l’avenir…..

  5. Cris dit :

    Espérons que cette période fasse réfléchir les sénégalais dans leurs propos et comportements vis à vis des français…

  6. tim dit :

    en fait il parle de tout dans ce site sauf du principal , ça fais longtemp que le tourisme ne reviens pas ,vu l’insalubrité dans toute les ville village et surtout plages,, quant les mairie, et acteur du tourisme aunsi que les habitant qui en vivent s’en rendront compte,, ça ira peu etre mieux,,,

  7. Xx dit :

    Il semble que le Sénégal et les Sénégalais :
    -ne veulent pas voir la réalité du tourisme tel qu’il est aujourd’hui,
    -ne veulent pas admettre que leur tourisme est vieillot et dépassé,
    -n’ont pas la volonté de modifier ou de défaire, pour mieux refaire,
    -n’ont pas conscience que l’attrait du pays pour les étrangers n’existe plus.

    A cela s’ajoutent la saleté, avec des tas d’ordures partout et des odeurs nauséabondes insupportables, le harcèlement des vendeurs de plage et des vendeurs de rue, l’arnaque omniprésente, le mépris (“si t’es pas content, rentre chez toi !”), les groupes d’enfants-talibés mendiants et insistants, et depuis quelque temps l’insécurité aussi…

    Le “touriste étranger” n’est jamais tranquille, nulle part. Et ce n’est vraiment pas le but qu’il recherche en venant passer ses vacances au Sénégal !

    Il y a aussi les prix actuels des billets d’avion (et les horaires) avec la disparition de certaines compagnies “low cost”, ce qui ne favorise pas la destination Sénégal.

    Même les semi-résidents (ceux qui ont une maison au Sénégal) désertent les lieux… On compte de très nombreuses propriétés ou maisons mises “en vente”.

    S’ajoute également aujourd’hui la pandémie du Coronavirus (qui va probablement perturber le tourisme mondial).

    Bref, l’avenir n’est pas rose.

  8. issa gibb dit :

    Il faudrait tout de même, lâcher un peu la grappe à Saly !
    Même si ce qui se passe au Siné-Saloum, à Ndangane, à Yayem et dans toute la région de Fimela-Fatick (région de naissance de Macky Sall) avec ses pénuries d’Eau et ses scandales de l’Eau à répétition depuis plus de 3 ans, est une Honte Totale de laisser tout une population sans Eau, en plus pour faire face à la pandémie actuelle du Coronavirus et la vente d’Eaux par camions à des prix mafieux…Situation ignoble qui exigerait le Rétablissement de la Peine de Mort pour les Responsables de cette situation !

    Mais les souffrances des populations en manque d’Eau dans le Siné-Saloum, sont connues et vécues aussi dans de trop nombreuses autres régions au Sénégal :
    De Matam à Kanel par exemple, souvent en manque d’Eau pendant les sécheresses malgré la proximité du fleuve Sénégal… A Dakar et ses pénuries d’eaux à répétition, avec les tuyaux choisis défaillants par soucis d’économie et/ou de corruption par le ministre Macky Sall de l’époque, avec des tuyaux pas chers et défectueux qui pètent régulièrement et laissent une population sans Eau pendant 3 à 6 mois, comme pour le boulon de la centrale de Keur Massa, en son temps… A Malicounda, le grand nouveau habitat foncier, reculé de Saly, qui manque d’Eau si souvent dans ses robinets dans ses nouvelles maisons nouvellement acquises, malgré une magnifique installation de panneaux solaires, fierté gouvernementale, à côté … Et tous les scandales de l’Hydraulique au Sénégal, qui ne cessent de faire les unes des journaux, avec des Eaux si sales et si polluées qui sortent des robinets et qui sont inconsommables à l’alimentaire pour boire, cuire et manger et tout aussi inconsommables à l’hygiène corporelle pour se laver ou l’hygiène vestimentaire pour laver des vêtements, même pas pour laver les sols, tellement çà pue, etc…

    Et j’y viens, à Saly aussi, il y a des problèmes d’Eau comme les autres :
    Bien sur, les piscines des hôtels encore ouverts, sont remplies d’une jolie Eau claire, bleue et très javellisée… Mais il s’agit de l’Eau en circuit fermé qui circule dans les mêmes tuyaux et qui n’est pas concernée par les coupures ou les pénuries d’Eau à Saly…
    Mais qui ne s’est jamais retrouvé dans un hôtel de Saly, avec un filet d’eau au robinet ou dans la douche, dans l’impossibilité de se laver dans sa chambre et être obligé d’aller chercher ou acheter une bouteille d’eau à la réception pour pouvoir se laver le cul en vacances à Saly pendant une coupure d’eau indéterminée…
    Je me souviens d’une coupure mémorable d’eau à Saly, avec un tuyau qui avait éclaté sous la route principale pour aller au croisement de la route de Mbour, au niveau de l’école Jacques Prévert… La route était inondée et nous n’avions plus une goutte d’eau dans les chambres de l’hôtel des Bougainvillées pendant 3 jours, obligés d’aller acheter des packs d’Eau aux commerçants mauritaniens sur la place des Bougainvillées, pour boire et se laver dans les chambres… Car ce radin de Sabaly, directeur de l’hôtel, ne donnait qu’une bouteille d’Eau en arrivant le premier jour à l’hôtel et après, il nous faisait payer les autres bouteilles d’Eau, même en Tout-Compris, le pourri !
    Combien de fois, j’ai vu des robinets sans aucune goutte dans les maisons des particuliers à Saly et ailleurs… Et les habitants Saliens, obligés d’aller puiser l’eau avec des seaux dans les puits de la Place de Pêcheurs à Saly Coulang ou à celui à côté de la petite école coranique à la l’angle de la Place de la Maison des Esclaves, toujours à Saly…
    Même au Golf de Saly, à cause des coupures ou des pénuries d’Eau, ils arrosent le parcours et les parterres herbeux du Golf avec les Eaux usées… Ce qui empeste tout le quartier de Saly-Golf avec un green international qui pue la merde quand on joue au golf à Saly…

    Totalement solidaire de ce qui se passe au Siné-Saloum avec plus de 3 ans sans Eau et sans commune mesure de ce qui se passe là-bas, il faut lâcher la grappe de Saly au sujet des pénuries d’Eau car cette station balnéaire connait aussi, les mêmes problèmes avec l’Eau comme dans toutes les régions du Sénégal, en vérité…
    Et Saly n’est pas responsable de tout cela, puisqu’elle trinque elle aussi, si j’ose dire !
    Les responsables de tout cela, sont tous les gouvernements et les ministres de l’Hydraulique qui se sont succédés, en brillant par leurs incompétences, dans leurs choix de constructeurs des réseaux de distribution d’Eau, dans les choix de matériaux d’acheminement de l’Eau et dans le choix des sociétés et leurs gérants responsables fournisseurs d’Eaux aux populations, avec toutes les corruptions, détournements, dessous de table, vols et prix mafieux ou toutes autres magouilles qui éclatent les unes après les autres, laissant des populations entières privées d’Eau pendant 3 jours jusqu’à plus de 3 ans… Honte à ces Salopards !
    Le philosophe sur ce site a dit : « Un pays ou un peuple mérite ses politiciens » ??? Puisque qu’il les a élu, sans doute ??? Mais, dans de tels cas d’incompétences, de corruption et d’indifférence, il n’y a plus que la désobéissance civile, l’appel au soulèvement populaire de masse, à la révolte, à la rébellion et à la vengeance pour faire tomber les têtes…
    Pour que çà change, souviens-toi de 1777, de 1789, de 1848, de 1917, de 1968 et 2019 : Vive la Révolution !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :