ENFUMAGE A SOMONE GUEREO

Litige fonciera à Guéréo : « Ce projet a été mis en place pour répondre à l’appel du Président. Je défie toute personne disant détenir une délibération parmi ce collectif » (Dr Lamine Ba, administrateur Giraf).

DCIM100MEDIADJI_0008.JPG

Litige fonciera à Guéréo : « Ce projet a été mis en place pour répondre à l’appel du Président. Je défie toute personne disant détenir une délibération parmi ce collectif » (Dr Lamine Ba, administrateur Giraf).
Depuis un certain temps, il est question dans la presse, de l’expropriation par l’État de 52 ha à Guéréo dans le département de Mbour commune de Sindia.
Ce qui a occasionné la naissance d’un collectif qui crie à l’injustice et accuse l’État d’être derrière monsieur Jean Marie le Gras, pdg du groupe Giraf. Après la sortie dans la presse de ce collectif, c’est au tour du groupe Giraf par le biais de son administrateur du groupe, le Dr Lamine Ba de rétablir la vérité en amenant des précisions :
« Il y a un développement touristique et hôtelier qui doit se faire autour de l’autoroute à péage et de l’aéroport international Blaise pour mettre en place un réceptif hôtelier qui répond aux normes pour en faire un hub en Afrique de l’Ouest ».
C’est dans cette perspective, poursuit toujours le Dr Mamadou Lamine Ba, que le projet La Giraf a été mis en place pour répondre à l’appel du chef de l’État pour faire de Diamniadio une cité émergente et un hub industriel.
Pour une meilleure exploitation de ce projet, l’administrateur se dit ouvert à toute forme de dialogue et de discussions avec toute personne qui se croit détentrice ou ayant droit sur les terres occupées par ce projet.
Toutefois Mr Mamadou Lamine Ba défie toute personne prétendant détenir une délibération du conseil municipal ou d’une autre autorité des domaines sous forme de bail de l’exhiber.
L’administrateur du projet met en garde toute autre personne qui a des ambitions cachées et qui tenterait à discréditer le projet.
Ce projet La Giraf inclut l’élargissement de la maternité de Guéréo pour en faire un hôpital, a encore rappelé Mr Ba…
dakaractu.com

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. DNR dit :

    Hub pas ci, hub par là… hub dans leur tête ! C’est pitoyable. Quand je pense que les gardes nous font payer chaque fois qu’ô Pénètre dans le tann de Somone sous prétexte que c’est une réserve naturelle à protéger!!!

  2. Nico dit :

    La Réserve Naturelle d’Intérêt Communautaire de Somone est effectivement une réserve naturelle importante pour la biodiversité et l’économie locale, quoique vous en pensiez. Mais là n’est pas le problème de cet article qui nous apprend que le projet d’hôtel est lié au hub de Diamnadio… en étant pourtant bien loin de l’aéroport avec plus de 45 minutes de trajet et en existant en tant que projet depuis de nombreuses années. Ce ne serait pas plutôt un simple projet touristique jumeau du Royal Baobab existant à Somone ?

    • DNR dit :

      Vous ne m’aves Pas compris. Peut-être me suis-je mal exprimé. Je sais que la lagune de Somone est une réserve naturelle. Je connais pratiquement tous les gardes de la réserve et je paye mon droit d’entrée (1500cfa/pers.). Ce que je voulais souligner c’est que d’un côté on nous dit c’est une réserve protégée et de l’autre on fait n’importe quoi dans l’irrespect total des lieux. Et pas seulement du côté de l’etat!! Y’a qu’à voir les décharges sauvages des charretiers par Endroits. Bien sûr qu’il faut protéger cet endroit. Quel bonheur de marcher dans le tann ou de regarder tous ces oiseaux nicher le soir.
      Tiens, un. Autre exemple! Les femmes de Guéréo chez qui nous pouvons aller manger des huîtres et autres oursins ou pétoncles, elles contribuent elles aussi à la préservation des lieux! Et bien elles sont aujourd’hui menacées d’être expulsées! Pourquoi? Parce qu’une villa va se construire à cet endroit!!! par une sénégalaise influente habitant en France!!!
      Voilà ce qui est lamentable.
      Et pour répondre à votre interrogation, oui c’est un projet d’extension Du complexe Baobab qui est évoqué en virant les paillotes côté rive Guéréo.l’histoire du hub Diamnadio est un enfumage De première. Mais n’es—on pas au Senegal?

  3. Nico dit :

    Les 52 ha concernés semblent inconstructibles d’après la loi ci dessous signée par le 1er Ministre de 2004 Maky Sall :

    LOI n° 2004-19 du 21 juillet 2004
    LOI n° 2004-19 du 21 juillet 2004 déclarant non aedificandi la rive droite de la Somone jusqu’au village de Guéréo
    [|EXPOSE DES MOTIFS|]
    Un aménagement du territoire équilibré nécessite de protéger les espaces naturels remarquables, surtout s’ils se situent dans une zone menacée par l’urbanisation.
    La rive droite de la Somone constitue un espace naturel particulièrement intéressant, situé à quelques kilomètres des stations balnéaires de la Somone et de Saly. Pour l’équilibre de la faune et de la flore ainsi que pour préserver l’intérêt touristique de cette région, il est apparu nécessaire d’interdire les constructions dans cette zone.
    Ainsi, le présent projet de loi déclare non aedificandi la rive droite de la Somone. Un décret précisera les limites exactes de cette zone.
    Les personnes qui ont entrepris des projets en cours sur la rive droite de la Somone doivent les arrêter. dans la mesure où les travaux étaient effectués dans des conditions régulières, ces personnes ont droit au remboursement de leurs impenses par l’Etat.
    Tel est l’objet du présent projet de loi.
    L’Assemblée nationale a adopté, en sa séance du lundi 5 juillet 2004 ;
    Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
    Article premier. – La rive droite de la Somone jusqu’au village de Guéréo est déclarée zone non aedificandi. Un décret précise les limites exactes de cette zone.
    Art. 2. – Dans la zone visée à l’article premier, les personnes ayant entrepris des projets en cours de construction doivent cesser immédiatement tous travaux. Si elles disposent d’une autorisation de construire régulière, leurs impenses leur sont remboursées par l’Etat.
    Aucune autorisation de construire ou autorisation de lotir ne peut être délivrée dans cette zone.
    La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat.
    [/Fait à Dakar, le 21 juillet 2004
    Abdoulaye WADE.
    Par le Président de la République :
    Le Premier Ministre,
    Macky SALL./]

  4. issa gibb dit :

    Qu’on foute la paix à La Somone, à Pointe Sarène ou Mbodiène, etc…
    Il y a assez d’hôtels, de résidences, d’appartements à louer et de gîtes chez l’habitant au Sénégal…
    Tous les charmes rares du Sénégal pour les touristes, résident sur l’existence de sites naturels au Sénégal…
    Aller manger des huîtres à la Somone ou dans les mangroves du Saloum…
    Aller se baigner et pique-niquer sur les rares plages vierges de Pointe Sarène ou Mbodiène, etc…
    Et rentrer dans les blockhaus à multi restaurants, multi-piscines et discothèques, pour les touristes et leurs conforts d’occidentaux…
    Il n’y en a déjà assez, d’hôtels à moitié vides ou vides à re-remplir au Sénégal, avant de détruire des sites naturels qui sont un plus d’excursion pour remplir les hôtels déjà excitants au Sénégal…
    Qu’on redynamise Saly et Nianing et qu’on foute la paix à La Somone, à Pointe Sarène et à Mbodiène !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :