LES ENFANTS TALIBÉ ÉCRIVENT AU PRÉSIDENT

LETTRE OUVERTE : Les enfants talibés du Sénégal écrivent au Président Macky Sall.
Objet : Demande de retour définitif auprès de nos familles respectives

LETTRE OUVERTE : Les enfants talibés du Sénégal écrivent au Président Macky Sall.

Monsieur le Président de la République,

Au nom de la protection de l’enfance, les enfants talibés sénégalais vous soumettent, très humblement, une demande sociale. Cette dernière concerne les Daaras«informels»ou « fictifs » qui rassemblent de nombreux enfants sous la houlette d’un homme qui s’installe dans un quartier prétextant les initier à l’apprentissage du Coran. En réalité, il les incite à la mendicité avec la complicité de parents irresponsables, dans l’indifférence totale d’une importante frange de la population.
Depuis très longtemps, les autorités de ce pays sont trompés par un groupe de supposés théoriciens thaumaturgiques qui s’adossent à des théories dans l’optique de légitimer le mal profond qu’ils nous font subir. De surcroît, dès qu’une voix dénonciatrice s’élève, une « fatwa » se dresse.
Nos parents sont, en grande partie, responsables de nos misérables conditions d’existence même s’ils espèrent, en nous plaçant dans un Daara, que nous serons nourris. Cependant, puisqu’ils sont à l’origine des maux dont nous souffrons, ils doivent être remis à l’ordre par l’autorité compétente.
Monsieur le Président de la République, n’écoutez pas ceux à qui notre condition profite. Nous vous prions, par conséquent, de faire valoir votre devoir de Père de la Nation, premier Protecteur des enfants.
De grâce, libérez et honorez les enfants que nous sommes et le Bon Dieu protégera et honorera le Sénégal.
La demande que nous vous adressons porte essentiellement sur trois points :
 Etat des lieux ;
 Justifications contextuelles ;
 Proposition de solutions et perspectives.
1. L’état des lieux
Appelés communément « talibés », la mission principale que des adultes nous contraignent à mener est la mendicité. Nous vivons entassés par cinquantaine dans des taudis, des vérandas, des couloirs et même des maisons en chantier.
Les gens feignent de croire que nous apprenons le Coran dans ses endroits appelés Daaras, sans doute pour se donner bonne conscience.
Comment peut-on apprendre le Saint Coran au parfum agréable dans ces conditions inhumaines ? Enfants délogés et dormant dans des taudis au comble de la promiscuité ; enfants aux habits sales, déchiquetés ; enfants à la santé fortement précaire ; enfants aux pieds nus, tendant la main à longueur de journée en quête de pitance sous un soleil accablant qui déchire nos cœurs ; enfants subissant quotidiennement des maltraitances ; enfants écrasés à mort par des véhicules défrayant ainsi la chronique de la presse ; enfants parfois au sort atroce, ce fut le cas pour les talibés victimes de l’incendie de la Médina à Dakar qui a fait périr neuf (09) d’entre eux la nuit du dimanche 03 au lundi 04 mars 2013, sans suite aucune… au point que le même daara frôle un deuxième incendie le 18 mai 2018.
L’Assemblée nationale du Sénégal a voté la LOI n° 2005-06 du 10 mai 2005 relatif à la lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées et à la protection des victimes dont la Section 2 porte sur : De l’exploitation de la mendicité d’autrui.
Certes des efforts ont été déployés par le Gouvernement sous le magistère du Président Abdoulaye WADE. Il y eut également ce fameux programme de retrait des enfants de la rue initié sous votre vision en 2016. Concernant ce dernier volet, et malgré les efforts effectifs de Madame le Ministre, Mariama SARR et du Directeur de la Protection de l’Enfance, M. Niokhobaye DIOUF, on y a tiré que de la poussière médiatique.
A ces efforts s’ajoute le travail de sensibilisation de Sénégalais qui croient en la valeur humaine : l’œuvre constante du Groupe des Organisations de la Société Civile et des Partenaires Techniques et Financiers pour la protection des enfants (GOSCPTF) avec une quinzaine d’organisations dont la RADDHO (Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme), Stop Mendicité des enfants/ Doyna, Les Oliviers, Daaray SEMBENE, Plan Sénégal, UNICEF, TAAGAT, Cinéma Numérique Ambulant, Univers’elles, CONAFE.
Des voix, des actions et des recherches de solutions ont été déployées par des personnes responsables et des bonnes volontés, dont les sensibilisations et dénonciations permanentes de Mamadou WANE, Mao – « Empire des enfants », sous l’initiative responsable d’Anta Mbow – « Santé Daara » organisé par le pédiatre des talibés, Dr Babara NDIAYE avec son confrère Dr Pape Amadou NDIAYE – les actions illustratives, « Ginddi » de Maïmouna BALDÉ, les marches de cœur et d’action de Mame Hulot GUILLABERT – « Un talibé, un métier », actions sociales et film de Kalidou KASSÉ, immortalisés par la caméra historique de Cheikh Adramé DIOP – Les post internet de témoignage et proposition de solutions de Patricia NDIAYE – les œuvres de proximité d’Olivier BOUSSIRON – les Racines de l’Espoir entretenues par Sophie GUEYE, les actes posés par Patrick VIEIRA – les initiatives, source d’inclusion sociale de Daaray SEMBENE sur trois programmes que sont « Un parrain, une marraine pour un talibé ( 2008) – ET = FT (Etudiant de Thiès = Frère du Talibé) (2015-2016) avec le Bureau d’Etudes et de Services à la Société (BESS) de l’Université de Thiès et le programme « Xale foo deukk » (« enfant où habites-tu ? ») (2018-2019), sous l’initiative du Dr Hadja Maï NIANG, – les travaux illustratifs de Human Rights Watch (rapport du 11 juin 2019), pour ne citer que ceux-là.
2. Justifications contextuelles
Dans ce contexte de pandémie du COVID 19 dont le remède contre la propagation est l’hygiène et la santé communautaire, nous, enfants talibés sénégalais du Sénégal, vivons dans les immondices et une promiscuité inouïes.
Monsieur le Président de la République, permettez-nous de vous révéler qu’une frange considérable de la population sénégalaise pour se faire bonne conscience psalmodie : « ce sont les enfants des pays voisins » : nous sommes Sénégalais du Sénégal. Permettez-nous de vous dire qu’il nous est impossible de vous fournir des données statistiques, tant notre vie actuelle est obscure.
Monsieur le Président de la République, nous vous informons que nous vivons en permanence avec la maladie et l’épidémie : le paludisme, le tétanos mortel dû au fait que nous ne sommes, en général, jamais chaussés, la varicelle, la gale, le choléra, la tuberculose, la saleté chronique. Admettez que c’est très pesant pour les enfants que nous sommes. Nous vous prions d’aller à la source de l’information auprès du Dr Babara NDIAYE, Pédiatre volontaire des enfants talibés de Thiès.
2. Proposition de solutions et perspectives
Monsieur le Président de la République, amenez-nous de grâce, nous tous, sans exception, enfants talibés vivant entassés dans des Daaras « informels » ou « fictifs », auprès de nos parents. Mais avant cela, aidez-nous au préalable à mettre en œuvre les moyens sécuritaires, et ceci sans intermédiaire.
Monsieur le Président de la République, nous vous prions de méditer l’acte historique du Préfet de Fatick, Monsieur Demba Touré qui, pour protéger les enfants que nous sommes contre le Covid 19, vient d’organiser le retour effectif au bercail des enfants talibés de Fatick.
Monsieur le Président de la République, nous vous prions d’encourager et d’accompagner le projet humaniste et responsable du Préfet de Rufisque, Monsieur Serigne Ababacar KANE qui, en bon guide, pour contraindre la propagation du coronavirus, souhaite amener les enfants talibés de Rufisque auprès de leurs parents.
Monsieur le Président de la République, nous vous prions, au nom de l’humain et pour l’amour de vos enfants, de nous aider à retourner pour toujours auprès de nos parents. Nous vous proposons, cher Papa National, de construire des Daaras modernes intégrant l’enseignement général dans les coins et les recoins du Sénégal. Nous vous prions de faire en sorte que ces daaras modernes n’aient pas d’internat, afin que nos parents prennent leurs responsabilités de nous nourrir, nous vêtir, nous « ÉLEVER » afin que nous puissions « GRANDIR ».
Nous promettons à tous les Sénégalais et Sénégalaises que nous apprendrons bien et mieux le Saint Coran auprès de nos parents. Nous espérons ainsi que, demain, les milliers d’enfants que nous sommes participeront au DEVELOPPEMENT DU SENEGAL.
Tout en espérant une suite favorable à notre demande, nous vous prions, Monsieur le Président de la République, par ailleurs notre Papa National, d’agréer l’assurance de notre profond respect.
Thiès, le 07 avril 2020
Les enfants mendiants sénégalais, appelés Talibés s/c de Daaray SEMBENE,
MPI – Maison de la Pédagogie de l’Image – Thiès-/SENEGAL

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Stephane dit :

    Pour les orphelins construisons des structures d’accueils et aidons celles qui sont déjà en place , qui ont fait preuve de sérieux (Loick Tréguy au lac rose ) Les talibés qui ont des parents qui vivent dans une extrême pauvreté ont doit pouvoir les aider, même si le risque c’est que ça les encourage à faire d’autres enfants

  2. JPC dit :

    Incompréhensible comme demande principale: le retour chez leurs parents traités « d’irresponsables ».
    A aucun moment, il n’est question d’intégrer le système scolaire des autres enfants. A aucun moment, il n’est demandé des mesures urgentes pour la santé des enfants. Par contre, je relève:  » Nous vous proposons, cher Papa National, de construire des Daaras modernes intégrant l’enseignement général dans les coins et les recoins du Sénégal » (sic). Un appel du »pied » de religieux pour intensifier et moderniser leur propre système d’éducation et ce, sur les deniers publics ?
    Celui qui a écrit ce texte dévoile, de façon très maladroite, ses intentions ou
    ses objectifs. Croyez-vous que cet appel est vraiment destiné à cerner les besoins réels des enfants? Dans ce texte, les arguments soulevés, dont la plupart sont parfaitement connus, s’accompagnent de très nombreuses contradictions.

  3. Regis Costet dit :

    C’est le genre de texte »surfait »qu’il est difficile de lire entièrement…quand on connait la réalité de ce problème qui est la honte du sénégal!

  4. jack le tiof dit :

    honte au sénégal aux religieux aux marabouts qui exploitent tout ces enfants au nom de l’islam pour s’en mettre plein les poches

  5. issa gibb dit :

    Oui, cette lettre au Président est surfaite et elle n’a pas été écrite, bien sur, par des enfants Talibés !
    Mais, on ne va pas se plaindre que le groupe MPI de Thiès se serve de ce stratagème pour interpeller le président Macky Sall sur le sort des enfants Talibés, en pleine pandémie du Coronavirus…
    Tous les acteurs et les moyens sont bons pour rappeler les Droits bafoués des enfants Talibés au Sénégal…
    C’est un combat contre ce Crime contre l’Humanité sénégalais, Honte du Sénégal …
    Pas une promenade de santé, si j’ose dire…

    Ce texte plein de contradictions, nous apporte néanmoins, la connaissance d’une liste non-limitative de nombreux organismes et associations qui luttent pour aider les Enfants Talibés au Sénégal, en vain car leur nombre ne cesse d’augmenter, d’années en années…
    Mais, ils luttent quand même comme le « Juste parmi les Justes » en ce bas monde : Monsieur Loïc Tréguy et son SOS Village Talibés au Lac Rose ou le Centre Gindy à Dakar qui viennent en aide aux Enfants des Rues, Talibés en fuite de marabouts maltraitants pour les resocialiser, les faire étudier, leur apprendre un métier avec une recherche de réintégration dans leurs familles, avec une surveillance suivie de leur avenir…
    On peut ajouter aussi le président de « La Maison de la Gare » et son équipe à Saint Louis… Ou l’Association Marple Afrique Solidarité Talibés à Saly-Mbour, sa présidente et ses 6 professionnels de l’enfance que nous a fait découvrir Béatrice Brun sur ce blog… Ces organismes font un travail exemplaire auprès des enfants des rues (Talibés) qui devrait être généralisé au Sénégal !
    Et non pas, donner des subventions à des Associations fantoches qui sont là, pour se les bronzer au soleil du Sénégal et dont les actions minables favorisent le système esclavagiste des marabouts sénégalais puisque les Talibés continuent à mendier pour eux… C’est là, la grosse différence et toute l’hypocrisie des bonnes et des mauvaises Associations qui s’occupent des Talibés au Sénégal !

    Ce texte a aussi le privilège de rappeler les conditions inhumaines de vie des Enfants Talibés au Sénégal… Conditions qui sont à répéter sans cesse dans ce pays qui laisse des enfants, être plus mal traités que des animaux : Dans des daaras nauséabondes et infectées, entourées d’immondices, qui exposent déjà les enfants Talibés, aux infections comme la Tuberculose qui fait des ravages parmi eux, auxquelles il faut ajouter le risque du Coronavirus à cause de la promiscuité dans ces daaras, aujourd’hui… En plus, des risques d’attraper d’autres infections dans les daaras, comme la gale, la teigne à cause du manque d’hygiène ou le Sida quand ils sont violés ou livrés à la prostitution… Avec toutes les autres humiliations, punitions, sévices connus dont raffolent les pourritures maraboutiques pour imposer la soumission à ces pauvres gosses abandonnés dans leurs griffes sataniques…
    Ou mourir : Tabassés à mort par des marabouts violents et sadiques pour une hésitation en récitant un verset en Arabe du Coran qu’ils ne comprennent même pas… Fouettés avec des pneus de vélo, parce qu’ils n’ont pas ramené leurs quotas journaliers d’aumône imposés par leur marabout pour s’enrichir sur leurs dos… Ecrasés en mendiant au milieu de la circulation et les voitures… Ou assassinés par des malades mentaux ou des fous pervers, en tant que proies de petits mendiants livrés à eux-mêmes, dans la rue, sans aucune protection… « Ce qui n’est pas la place des enfants » déclarent les grands khalifes confrériques qui laissent faire ??? Et pourtant, ils sont si nombreux : Plus de 200 000 enfants Talibés, Esclaves mendiants au Sénégal et on ne voit qu’eux…

    L’Hypocrisie n’est pas un vain mot quand on aborde le sujet des enfants Talibés au Sénégal :
    Lorsque les plus hautes autorités ferment les yeux et que toutes leurs initiatives ont été des fiascos, complices des religieux et des marabouts pour ne pas mettre un terme à ce fléau lucratif maraboutique…
    Quand on voit des Talibés mendier aux croisements, à côté de policiers qui ne les arrêtent même pas malgré la Loi de 2005 qui interdit la Mendicité …
    Quand des personnalités connus ou les guides touristiques se taisent comme si c’était un sujet « Intouchable »…
    L’Abject Esclavage des enfants Talibés est déclaré trop souvent accepté sous de faux prétextes :
    Une soit-disante acceptation de la frange conservatrice de la population sénégalaise ???
    Que ceux ne sont que des enfants étrangers ??? Faux : 63 % sont des enfants Sénégalais recrutés dans les familles pauvres de l’arrière pays par les rabatteurs des marabouts sénégalais et 37 % sont des enfants étrangers majoritairement des 2 Guinées, minoritairement des enfants du Mali et de la Mauritanie et nouvellement des enfants de la Gambie, exploités et livrés à la mendicité forcée par les marabouts sénégalais, en toute impunité…
    Avec une population sénégalaise, lâche et inhumaine, qui traitent les Talibés comme des petites mains à tout faire et leur fait l’aumône, favorisant le trafic et le système esclavagiste des marabouts, sans réfléchir… Pire, quand certains ignares opiumisés de superstition et de fausse religion croient que les souffrances des enfants Talibés les protègent de la colère d’Allah ??? Les pauvres cons !
    En plus que le Prophète Mahomet interdit la mendicité des Enfants dans le Coran ???

    Oui ! Aux fermetures des daaras informelles en ces temps de pandémie Covid19…
    Oui ! Aux retours des enfants Talibés dans les familles respectives en ces temps de pandémie Covid19…
    Avec des mesures étatiques sanctionnant les parents irresponsables dont les coups de bites à faire des enfants, n’ont pas à les abandonner ensuite à des escrocs qui les font mendier !
    Quand aux marabouts escrocs qui s’y opposent avec leurs fatwas : Le rétablissement de la Peine de Mort serait le meilleur châtiment à leur appliquer pour les éradiquer du Sénégal en même temps que le Coronavirus…
    Par contre, l’annonce présidentielle en 2013, de la construction de 64 daaras « Modernes » placées sous contrôle de l’Etat, avec l’enseignement des matières générales comme le français, le calcul et les sciences avec l’apprentissage du Coran y compris, est restée comme une lettre morte encore aujourd’hui en 2020…
    Encore une promesse non-tenue par le gros patapouf et sa bande de bras cassés en rien foutre qui leur explose à la gueule avec le problème des Talibés en ces temps de pandémie Covid19…
    Devant tant d’Hypocrisie, de Lâcheté, de Laxisme, d’Incompétence, d’Inhumanité :
    Les petits Talibés seront mieux dans leurs villages, dans leurs petites écoles de brousse, LIBRES d’apprendre le Coran auprès du marabout du village et rentrer tous les jours, chez leurs parents…
    Si la crise pandémique du Coronavirus pouvait servir à sortir les Talibés de l’ESCLAVAGE de la mendicité et des griffes des pourritures humaines maraboutiques pour les renvoyer auprès de leurs parents :
    Allah serait Grand ! Et le Sénégal retrouverait son Honneur, sa Dignité, son Humanité et le chemin de la Vraie Foi dans l’Islam…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :