VIRUS: DES KITS DE DÉPISTAGE MADE IN SENEGAL

Covid-19 : des kits de dépistage bientôt fabriqués au Sénégal

Le laboratoire britannique Mologic et l’Institut Pasteur de Dakar ont développé un kit de dépistage rapide et accessible à tous. Il est en attente de certification.
Un test de dépistage au Covid-19 aussi simple que celui du VIH ? Cette petite révolution concentre en ce moment tous les efforts du laboratoire britannique Mologic et de l’Institut Pasteur de Dakar, désigné par l’Union africaine (UA) comme un des deux centres de référence en Afrique pour la détection du nouveau coronavirus. Ce kit d’un nouveau genre, prévu à l’usage des professionnels de santé mais aussi des particuliers, propose deux types de tests. « Le premier se fait avec un prélèvement de salive, grâce à laquelle on peut détecter les protéines virales, explique Joe Fitchett, médecin en chef chez Mologic, créateur de kits similaires pour le dépistage du virus Ebola. Le deuxième, avec une goutte de sang prélevé sur le bout du doigt, sert à détecter la présence d’anticorps anti-Covid19. Et permet ainsi de savoir si oui ou non le patient est positif. »
Les résultats du test sont connus en dix à vingt minutes, contre vingt-quatre à quarante-huit heures actuellement pour un test nanopharyngé. Si le kit est, pour l’instant, en attente de certification, il a néanmoins reçu un coup de pouce non négligeable du gouvernement britannique. D’après Mologic, qui a reçu la visite du Premier ministre Boris Johnson il y a deux semaines, le laboratoire a perçu une aide de 1,3 million de dollars du fonds dédié à la prévention et au financement de la recherche. L’objectif ? Pouvoir livrer les tests le plus rapidement possible.
Car il y a urgence. En Afrique, où le virus a tardé à s’installer, l’épidémie prend de l’ampleur. Le nombre de cas augmente chaque jour. Mais le continent, contrairement à d’autres territoires du monde, a encore la chance de pouvoir inverser la tendance. Avec des mesures restrictives – couvre-feu, interdictions de rassemblement, fermeture des frontières et des lieux publics –, mais aussi avec un dépistage massif. « En Afrique, on a besoin aujourd’hui de diagnostics en grande quantité pour pouvoir tout de suite isoler et mettre en quarantaine les cas positifs », affirme Marie-Paule Kieny, directrice de recherche à l’Inserm, et ancienne responsable à l’OMS, où elle a notamment travaillé sur l’épidémie d’Ebola. Car le continent, qui a tiré les leçons d’Ebola, veut absolument éviter la propagation massive du coronavirus sur son sol. Les infrastructures de santé, fragiles ou peu nombreuses, seraient très vite engorgées. Dans ce contexte, le dépistage est donc indispensable. Encore faut-il en avoir les moyens.
Dépister vite, un excellent moyen de contenir l’épidémie
« On a fait en sorte que notre technologie, utilisable à domicile et qui ne nécessite pas de vérification en laboratoire, soit abordable, se défend Joe Fitchett. Pour que les pays en développement, pour qui nous travaillons, puissent se le procurer le plus facilement possible. » Pour limiter les coûts, le kit, une fois certifié, sera d’ailleurs produit dès le mois de juin par DiaTropix, un nouveau centre de fabrication basé au Sénégal né là aussi de la collaboration entre Mologic et l’Institut Pasteur de Dakar.
« Une très bonne initiative », selon Marie-Paule Kieny, qui permettra à l’Afrique, à l’instar de la Chine, de « remettre le génie dans la bouteille ». Le bureau Afrique de l’OMS, contacté lui aussi par Le Point Afrique, s’est quant à lui pour le moment refusé à tout commentaire, « le produit n’ayant pas encore été certifié par un comité scientifique ni commercialisé ». Avec ce kit de dépistage, l’Afrique pourrait faire le pari d’une stratégie qui a payé ailleurs, en Allemagne et en Corée du Sud par exemple, où 20 000 personnes sont testées chaque jour. Elle pourrait surtout aussi mettre en application la requête de Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le 16 mars dernier, le directeur de l’OMS tirait la sonnette d’alarme. « Nous avons un message simple à tous les pays, a-t-il martelé. Testez, testez, testez. »
Marlène Panara/lepoint.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *