LE SINE, CE FLEUVE QUI N’EXISTE PAS

L’histoire au secours de la géographie

Le Sine (et non pas Siné comme souvent écrit et prononcé) n’a jamais été un fleuve ou une rivière. C’est un royaume ancien qui n’a donné son nom à aucun cours d’eau. C’est l’habitude d’associer deux cours d’eau en France (Loir et Cher, Seine et Oise, Tarn et Garonne…) qui est à l’origine de cette confusion. Pour que le nom donné à la région du Sine Saloum prenne un sens sans avoir à tordre de bras à la géographie en créant de toutes pièces une rivière, (laquelle malheureusement figure déjà sur Google), il faut s’adresser à l’Histoire et tout simplement associer le royaume du Sine avec celui du Saloum, c’est aussi simple. La carte du Service Hydrographique de la Marine numéro 6174 établie par la mission hydrographique de la côte d’Afrique sur le navire Beautemps-Bompré de 1948 à 1956 ne mentionne pas ce fleuve fantôme inventé par les utilisateurs de Google. Ce que l’on assimile au Sine est en fait le marigot de Ndangane qui se jette dans le Saloum peu avant son embouchure. Le terme marigot est spécifique à l’Afrique. Le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales en donne la définition suivante : En Afrique, tout point d’eau alimenté par les pluies, les débordements d’un fleuve ou des nappes souterraines. Le dictionnaire Littré en donne la définition suivante : Nom donné, dans le Sénégal, aux affluents latéraux du fleuve qui traverse le pays. Il se dit aussi, dans nos îles et sur la côte d’Afrique, des lieux bas où les eaux de pluie s’assemblent et se conservent. La carte du Service Hydrographique de la Marine montre clairement le confluent du Marigot de Ndangane avec le fleuve Saloum, il n’y a aucune méprise possible. D’autres marigots affluents du marigot de Ndangane, lequel se prolonge par le marigot de Djilor (parfois orthographié Guilor) et celui de Faoye, sont également mentionnés, c’est dire la précision de la carte en matière de toponymes. Sauf à vouloir créer une rivière qui n’existe pas encore il convient de rétablir la vérité. Associer géographiquement Sine avec Saloum est une aberration. Quant à la prononciation de plus en plus répandue de Siné au lieu de Sine, il faut sans doute y voir une dérive en rapport avec le mot Ciné, on navigue décidemment dans le royaume de l’à peu près. Il existe une ville Djilor Sine – plus connue sous l’appellation de Djilor Djidiack – près de Fimela et une ville Djilor Saloum dans la région de Fatick). Voilà, c’est aussi simple, il ne faut pas se contenter de regarder les cartes, il faut aussi s’intéresser à l’histoire si l’on veut comprendre le monde.
Reginald GROUX, Djilor Djidiack

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Xx dit :

    Voilà une explication que bon nombre d’autochtones ne sauraient nous donner (enfin, il me semble !). Merci Monsieur Groux, il n’est jamais trop tard pour apprendre !

  2. stephane dit :

    Merci Réginald

  3. Ndiaye dit :

    Encore une fake news..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :