RELIGION ET SCOLARITÉ

Au Sénégal, pays à 95% musulman, une polémique sur… le voile

Au Sénégal, l’annonce de l’interdiction du voile par une école chrétienne a suscité de vives réactions, menaçant la cohésion interreligieuse. Spécialistes de religions au Sénégal, Penda Mbow et Bakary Sambe examinent pour Sputnik les enjeux de cette affaire dans un pays où elles sont vécues comme un ciment social et un rempart contre l’extrémisme.
Il n’y a pas qu’en France que les débats sur le voile islamique cristallisent des tensions identitaires et religieuses. Le Sénégal connaît une nouvelle affaire en la matière, alors que le pays est souvent cité comme l’un des modèles les plus réussis dans le monde de coexistence religieuse pacifique.
Selon des estimations officielles, il compterait entre 94% et 95% de musulmans et plus de 4% de chrétiens, le reste étant adeptes de religions traditionnelles. Dans la plupart des familles, les membres appartiennent à des confessions, confréries ou courants religieux différents.
Tous ceux qui résident au Sénégal l’ont constaté: musulmans et chrétiens partagent vœux et mets pendant les fêtes ou évènements importants de leur calendrier respectif, comme la Tabaski (Aïd el-Adha), la Korité (Aïd el-Fitr) pour les musulmans, Noël ou Pâques pour les chrétiens. Et c’est une fierté pour Penda Mbow, historienne sénégalaise spécialiste du Moyen-âge et de l’islam, enseignante à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar en Histoire. Mme Mbow, qui dirige également Le Mouvement citoyen, une organisation de la société civile, a reçu en 2011 le prix Jean-Paul II pour la paix décerné par l’Église sénégalaise et la Conférence des évêques du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau, de la Mauritanie et du Sénégal.
Face à la virulence de certains propos, «je suis peinée par mon pays, qui était un modèle de coexistence religieuse pacifique, à telle enseigne que le premier Président de la République [Léopold Sédar Senghor, ndlr] fut un chrétien soutenu par des chefs religieux musulmans. On ne pouvait pas rêver mieux en ce qui concerne la laïcité d’un État», a affirmé à Sputnik Mme Mbow, elle-même musulmane.
«L’affaire du voile» a commencé à défrayer la chronique au début du mois de mai 2019 à travers des posts sur les réseaux sociaux. Dans la nuit du 1er mai, une internaute sénégalaise partage sur Twitter la photo d’un e-mail transmis, selon elle, à sa mère par l’Institution Sainte Jeanne d’Arc (ISJA), une école privée catholique sous tutelle de la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny.
Cette congrégation «a décidé de statuer sur la tenue autorisée pour les élèves de l’ISJA; celle-ci se composera à partir de la rentrée de septembre 2019 de l’uniforme habituel, avec une tête découverte, aussi bien pour les filles que pour les garçons», peut-on lire dans ce courrier, signé de Rayanna Tall, la directrice de l’établissement.
Commentaire de l’internaute cocotte @binetou__ accompagnant la photo: «C’est juste scandaleux. Les sœurs n’ont qu’à retirer leur voile, elles aussi». Elle précise y avoir étudié et avoir porté le foulard pendant l’année de son baccalauréat.
Depuis, la polémique s’est installée. Les opinions s’expriment sur les réseaux sociaux, dans les médias, les discussions entre collègues, les transports en commun. Certains soutiennent l’ISJA, d’autres dénoncent sa décision, estimant qu’elle porte atteinte à la liberté des musulmans qui remplissent largement ses classes, dans un pays où ils sont par ailleurs largement majoritaires. D’autres encore énoncent des positions plus nuancées, mais semblent moins nombreux.
Pour Penda Mbow, cette polémique pose la question de la laïcité, «un enjeu extrêmement important pour les minorités et les femmes au Sénégal».
Cette affaire «nous remet dans le débat: la laïcité de l’école qui, de plus en plus, est remise en question; la neutralité de l’école comme espace d’instruction et d’éducation; et le fait aussi que, petit à petit, le modèle islamiste sur le plan politique est en train de gagner du terrain» au Sénégal, affirme Mme Mbow, précisant: «Que des adultes se voilent, c’est leur choix, mais il faut soustraire les enfants à ces combats d’adultes!».
Pour cette universitaire qui apparaît toujours en public la tête ceinte d’un foulard, l’école est le lieu de la neutralité, où tout le monde est citoyen.
«Il n’y a pas de différence de race, de sexe, de religion; on est là pour étudier, connaître, être instruit. Malheureusement, aujourd’hui, l’école est devenue aussi un champ de lutte des identités», insiste-t-elle.
La controverse a pris de l’ampleur avec un communiqué signé de Mamadou Talla, le ministre de l’Éducation nationale, daté du 3 mai.
«Le ministère de l’Éducation nationale constate, depuis quelques années, que des actes discriminatoires d’ordre socioculturel se manifestent de plus en plus dans l’espace scolaire», écrit M. Talla. «Cette situation n’est pas conforme à la Constitution du Sénégal» qui déclare la laïcité de la République et prône le respect de «toutes les croyances», estime-t-il, évoquant d’autres textes légaux, mais sans citer une seule fois nommément l’ISJA.
Coumba Sylla/sputniknews.com

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. PDP dit :

    L’enjeu n’est même plus la laïcité, c’est la pénétration de l’intégrisme. Il y a encore 10 ans, toute élève musulmane fréquentant une institution catholique n’aurait jamais pensé à porter le voile.
    Cherchez l’erreur! La pénétration des courants venus du Moyen Orient et des écoles intégristes implantées aux portes de Dakar
    Bizarre le silence de Touba!

  2. Tiocan dit :

    L’islam progresse au Sénégal, dans la cas de mariage inter-religieux, c’est le catholique qui doit se convertir à l’islam le plus souvent, et non l’inverse. Les enfants seront musulmans.
    Dans les faits, le Sénégal n’est pas une république laïque, tant la religion musulmane interfère sur la vie publique et politique.
    L’islam,au » pays de la teranga » se durci et se radicalise sous l’influence des pays du golfe, du Maghreb et de la Turquie qui veulent un retour religieux et aussi d’influence politique sur l’argent versé.

  3. le chaman dit :

    Je suis entièrement d’accord avec les 2 précédentes contributions.
    Cependant dans le cas de l’institution Ste Jeanne d’arc, C’est n’est pas tant le port du voile qui pose problème, mais le comportement de certains élèves issus de la confrérie des Ibadhous, proche des frères Musulmans, qui prônent un application stricte du Coran.
    Cette confrérie est très éloignée dans ses objectifs, des confréries traditionnelles au Sénégal.
    Elle est dangereuse pour l’équilibre des relations entre les différentes communautés sénégalaise, Et recherchera, Je pense, à semer le désordre et la zizanie dans ce pays, pour faire progresser son idéologie. C’est toujours dans le désordre que le recrutement de fait le plus efficace.
    Cela dit, le Ministre dans sa déclaration à été en dessous de tout. C’est scandaleux de la part d’un ministre d’une république  » laïque  »
    À suivre avec beaucoup d’intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :