DÉGÂTS DES EAUX DANS LE SALOUM

Un premier campement important ferme provisoirement.

Près de 40 jours sans eau dans l’arrondissement de Fimela et bien au delà puisqu’on estime entre 70.000 et 100.000 personnes sans eau depuis plus d’un mois.
Si la population et le bétail souffrent cruellement de ce manquement scandaleux de service publique, la région – hautement touristique – est en alerte maximum.
Des milliers d’emplois sont en jeu en cette haute saison. Région splendide s’il en est, le Sine Saloum est une des cartes majeures du tourisme sénégalais.
Les investissements ont été très importants depuis quelques années pour faire revivre ce paradis d’îles, de mangroves et de paysages hors du commun. Des routes parfaitement goudronnées ont donné espoir à la région d’attirer de nombreux investisseurs et des touristes par dizaines de milliers.
Sauf que la société des eaux, SEOH, une boite privée Hollandaise, Rwandaise, Sénégalaise ne s’est pas acquittée de sa tâche en entretenant le réseau et en n’anticipant pas le développement, la demande croissante.
D’autres raisons, plus sombres, laissent à supposer qu’un trafic juteux de l’eau est soupçonné. Des camions citerne devant approvisionner gratuitement les populations touchées vendaient leur précieux liquide jusqu’à ce qu’un article de presse (Libération) stoppe nette cette honteuse entreprise. Pour information, le bidon d’eau vendu habituellement 50fcfa est passé à 100fcfa, voire même à 250fcfa dans certaines communes comme Ndangane.
Aujourd’hui, toute une région crève de soif d’autant que l’hivernage de 2018 n’a pas permit de remplir en suffisance les nappes phréatiques. Les puits se fatiguent tout comme la population.
Une première victime importante, un campement réputé se voit dans l’obligation de fermer quelques jours en raison d’un manque d’eau cruel.
Le Boundao Lodge d’Olivier Servanin, à Yayème, vient d’investir une somme importante pour s’équiper d’un forage lui permettant de « tenir ». Sinon que l’eau, si elle est potable, a développé une algue qui a proliféré dans sa superbe piscine.
Bilan: vider en arrosant bien évidemment la propriété mais, le campement de charme se retrouve sans piscine.
Monsieur Servanin a commandé des camions citernes, neuf au total pour remédier à la situation. Sauf qu’en deux jours, un seul camion a desservi le lodge…
La mort dans l’âme, le patron de l’établissement prévient sa clientèle au fur et à mesure des évènements mais il est bien évident qu’en cette saison, le touriste, le résident est en droit d’avoir des prestations optimales que ne peut assurer Olivier Servanin.
Chômage technique pour tout le personnel durant deux, trois, voire quatre jours suivant l’approvisionnement en eau.
D’autres réceptifs sont à l’agonie dans la région qui se targue d’être un fleuron touristique du pays. Monsieur Mansour Faye, ministre de l’hydraulique fait des promesses mais, sur le terrain, c’est la désolation.

SBRB

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. David dit :

    Quel dommage ce week end on y etait
    Le tourisme alors vous l avez deja oublié !!!

  2. Xx dit :

    C’est un vrai scandale. J’en conclus qu’il ne faut JAMAIS croire aux belles paroles des politiques, quel que soit le domaine concerné.

  3. Olivcorse dit :

    Courage Olivier, si je pouvais t’envoyer de l’eau de mes forages en Corse, même si ici il a pas plut depuis janvier, on est inquiet pour cet été 😪

  4. Maury dit :

    Quel scandale ces politiques sont tous les mêmes quelque soit les Pays !
    Courage à Vous
    Évelyne

  5. renaux dit :

    il faut alerter le gouvernement. c’est inadmissible de ne plus avoir de l’eau au senegal surtout la region de dangane.il faut envoyer un courrier au president Mr: MACKY SALL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :