ÉLECTIONS ATTENTION!

Au Sénégal, le risque de violences plane sur l’élection présidentielle

Après avoir multiplié les provocations, le pouvoir et l’opposition appellent leurs militants au calme à l’approche du scrutin du 24 février.
Au Sénégal, pays souvent cité en modèle de démocratie en Afrique de l’Ouest, on aime jouer à se faire peur. Jeudi 24 janvier, dans la nuit de Dakar, plusieurs hommes ont pénétré par effraction dans les locaux des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), le parti d’Ousmane Sonko, candidat à l’élection présidentielle du 24 février. Repoussant le gardien, ils ont fendu le mobilier à coups de machette puis ont poursuivi un militant jusqu’à ce qu’il saute un mur. « Yoff appartient à Abdoulaye Diouf Sarr », auraient crié les agresseurs, citant le nom du maire de cette commune populaire de la capitale, également ministre de la santé et de l’action solidaire.
Lundi 4 février, une caravane de campagne du même parti a été attaquée à « l’arme blanche », faisant plusieurs blessés à Saint-Louis (nord), les victimes accusant des « nervis » de la coalition présidentielle d’en être les instigateurs. C’est la dernière mésaventure en date dans l’escalade de provocations et d’invectives à laquelle se livrent le pouvoir et l’opposition à l’approche du scrutin. Une situation qui rappelle le climat délétère qui avait saisi la rue lors de la présidentielle de 2012, conduisant à la mort d’une dizaine de jeunes recrutés par les partis.
L’association des imams du Sénégal, le clergé catholique et diverses associations de la société civile ont appelé à l’apaisement. « Cette montée de la tension est inquiétante en période préélectorale, estime Seydi Gassama, directeur d’Amnesty International au Sénégal. Le camp du pouvoir a recruté des centaines de jeunes désœuvrés dans la banlieue de Dakar. L’opposition a fait pareil. Notre crainte est qu’à la moindre provocation, ces personnes, non formées pour le maintien de l’ordre, commettent des violences. »
Les nervis du président
Quelques jours avant le saccage du Pastef était réactivé le service d’ordre des « Marrons du feu » : des nervis affiliés à l’Alliance pour la république (APR), le parti du président-candidat Macky Sall, dont ils portent la couleur marron. Apparenté à une milice par l’opposition, ce groupe de gros bras a été fondé en 2011 par l’actuel ministre de la jeunesse, Pape Gorgui Ndong, au lendemain d’une attaque subie par Macky Sall, afin de protéger les meetings de celui qui n’était alors que candidat à la présidentielle. « Il ne s’agit en aucun cas d’une milice, a rétorqué le ministre. A leur création, nous n’avions pas prôné la violence. Je ne vois pas l’intérêt de le faire maintenant. Surtout que nous avons un bilan largement positif. C’est la volonté de l’opposition de plonger le pays dans un cycle de violences. »
Après l’invalidation par le Conseil constitutionnel des candidatures de nombreux leaders de l’opposition, le 20 janvier, dont les deux principaux, Karim Wade et Khalifa Sall, 25 d’entre eux ont décidé de s’unir sous la bannière d’une coalition nommée C25. Dès sa création, l’objectif affiché d’empêcher Macky Sall de battre campagne a radicalisé une jeunesse prompte à prendre la rue. Après avoir mis le feu à des bus et lancé des pierres lors de manifestations non autorisées, plusieurs jeunes « karimistes » et « khalifistes » ont été placés en garde à vue prolongée.
« Le pouvoir a commencé, nous avons le devoir de nous protéger », défend Moussa Taye, conseiller politique de Khalifa Sall. « Récemment, les Marrons du feu, encadrés par la police, ont jeté des pierres sur des manifestants à Thiaroye. Puis, à Mbour, ils ont attaqué des villageois qui protestaient en marge de l’inauguration d’une route par Macky Sall », accuse-t-il, précisant qu’il faut « s’opposer au président par des moyens pacifiques ».
Lancée le 28 janvier, la mission d’observation électorale de l’Union européenne (UE) a tout de suite appelé « les acteurs politiques à maintenir un climat de non-violence ». « Il est important de préserver la participation des électeurs en leur offrant un environnement de paix et de tranquillité », a appuyé la cheffe de mission Elena Valenciano, avant de rappeler le rôle du Sénégal, « partenaire prioritaire pour les relations de l’UE sur le continent ».
« Au bord d’un précipice »
Ainsi tancé, le Sénégal a sursis à ses divisions publiques. Pouvoir et opposition ont appelé leurs militants au calme. Les manifestations sont redevenues pacifiques. Mais en privé, les tensions sont encore palpables. A la présidence, on confie volontiers que l’attaque du Pastef était « un saccage monté par les militants de Sonko eux-mêmes » et que ce challengeur, nouveau dans le paysage politique, est par « son agitation, ses phrases à l’emporte-pièce », le véritable créateur de ce climat d’affrontement, tandis que le parti du président-candidat serait « dans la cohésion et le rassemblement ». A rideaux tirés, le discours est similaire dans le camp adverse.
Lire aussi Présidentielle au Sénégal : « Où sont les jeunes et les femmes ? »
« Les Sénégalais aiment danser au bord d’un précipice, soutient Yoro Dia. Mais je ne crois pas à un risque élevé de violence. » Selon cet analyste politique, depuis l’échec de l’ancien président Abdoulaye Wade, qui visait aux élections de 2012 un troisième mandat interdit par la Constitution, « le peuple est convaincu qu’on peut s’exprimer par les urnes ». Les troubles récents ? « Des anachronismes de l’ancien monde, assure-t-il. Nous sommes à 6 millions de retraits de cartes d’électeurs [dans un pays de 16 millions d’habitants], bien plus que les 4 millions qui étaient attendus. »
Subsiste un risque inhérent à la démocratie sénégalaise : « Celui de préserver un Etat légal au détriment d’un Etat de droit, avance Yoro Dia. Il faut que les acteurs politiques s’accordent sur les règles du jeu démocratique et n’essaient pas de les changer une fois au pouvoir. C’est la dernière étape que nous devons franchir pour devenir une démocratie accomplie. »
Matteo Maillard/lemonde.fr

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bernard dit :

    Que tous les Sénégalais qui ne sont pas contents de leur Président actuel demandent leurs cartes de vote et aillent voter. Rien ne sert de casser pour avoir plus de démocratie. Ensuite, si c’est un autre candidat qui passe, il faut l’aider pour le bien commun. Parmi les 5 personnes souhaitant la charge présidentielle, il y en a beaucoup de bons. Mais il n’y a malheureusement qu’une place ! Et si vous n’êtes pas contents de votre président nouvellement élu, rendez-vous dans 5 ans.
    Ne faites pas comme la France avec ses « Gilets Jaunes » qui ne font que critiquer sans proposer et qui paralysent l’économie !

  2. Beatrice BRUN dit :

    Bernard, vous savez très bien que la contestation couvait depuis bien longtemps en France.
    C’est tombé sur le Président actuel.
    Nous ne supportons plus entre autre,….. en France, notre système de représentativité, avec toute cette bande de députés, senateurs, outrageusement bien payés, avec des avantages colossaux et pour le résultat, quelque peu discutable……….
    J’ai une pensée forte pour toutes les victimes, handicapées à vie, des GJ.
    Mais Monsieur Macron, je pense, a oublié d’être bête.
    Egalite et fraternité : ce socle inoxydable, l’histoire de France l’a démontré.

    Pour le Sénégal, ils ont de brillants Cerveaux. L’election à venir, c’est leur problème.

  3. Bernard dit :

    A Béatrice: d’accord avec votre analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :