LA RÉSERVE ANIMALIÈRE DE GUEMBEUL

La réserve de Guembeul réintroduit des animaux disparus au Sénégal

Moins connue que le parc national du Niokolo Koba (Sénégal oriental) ou la réserve privée de Bandia (Petite Côte), la réserve de faune de Guembeul mérite cependant un petit détour. Alors que la réserve de Bandia a été lancée dans un but essentiellement touristique, celle de Guembeul créée en 1983, près de Saint-Louis, a un intérêt scientifique. Elle a pour principal objet la réintroduction au Sénégal d’espèces disparues ou en voie d’extinction : gazelle de Mohrr (la plus grandes des gazelles, jusqu’à 108 cm au garrot), gazelle dorcas, oryx algazelle. C’est un lieu de reproduction surveillé et d’élevage pour ces espèces animales.
Plusieurs enclos de tailles différentes permettent d’acclimater les animaux introduits de l’étranger avant de les lâcher directement dans la réserve ou dans d’autres zones protégées du pays (telle que la réserve du Ferlo Nord). Les gazelles de Mohrr et dorcas proviennent d’Espagne, les oryx d’Israël. La réserve est également un centre de suivi de la végétation sahélienne et de la mangrove. Régulièrement, des cactus (plante envahissante de la réserve) sont dessouchés manuellement pour préserver la biodiversité et l’espace vital des animaux.
réserve de guembeul sénégal espèces menacées tortues terrestres sillonées
Ce domaine clos de 720 hectares dont une partie est constituée par un lac abrite également d’autres mammifères : mangoustes, phacochères, singes rouges (patas), renards, écureuils, varans du désert. On peut aussi découvrir des tortues géantes terrestres appelées tortues sillonnées, qui peuvent vivre plus de 100 ans. A Gueumbeul, l’objectif est donc de faire naître des bébés. Les petites tortues sont élevées dans des terrains protégés afin de leur permettre de grandir en toute sécurité, puis elles sont déplacées dans la réserve de biosphère du Ferlo, région ou elles vivent naturellement.
Par ailleurs, sa proximité avec le parc national du Djoudj et de la langue de Barbarie fait de la réserve de Guembeul un lieu très attractif pour les colonies d’oiseaux. 200 espèces y sont représentés, parmi lesquels des flamants roses, des spatules, des goélands railleurs ou des grands cormorans. Des îlots de reproduction artificiels ont d’ailleurs été aménagés pour les oiseaux migrateurs. La réserve est notamment connue pour être le plus grand site de nidification d’avocettes du Sénégal (un élégant oiseau blanc et noir).
Informations pratiques :
Réserve spéciale de faune de Guembeul
Le parc est ouvert tous les jours de 8h à 19h. Entrée payante (5000 Fcfa / personne + guide obligatoire). Le visiteur pourra effectuer au choix l’un des deux parcours pédestres (45 ou 90 minutes) ou circuler en voiture.
Gaelle Picut
article et photos: https://lepetitjournal.com/vivre-a-dakar/la-reserve-de-guembeul-reintroduit-des-animaux-disparus-au-senegal-247450

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Beatrice BRUN dit :

    Il eut été sympa d’interviewer le Propriétaire Privé de cette réserve et d’en apprendre un peu plus.

    Nous n’avons aucune nouvelle suite aux nombreuses plaintes sur les réseaux sociaux des conditions affligeantes de vie des Lions au zoo de Hann.
    BRAVO à ces Jeunes qui se mobilisent sur Facebook.
    Quant aux politiques de toute tendance, je précise,….. je crains qu’ ils s’en désintéressent.
    À mon sens, c’est une erreur.

    • jean-marie dupart dit :

      madame , cette réserve n’est pas privée et fait partie intégrante du tissus des Parcs Nationaux du Sénégal . A ce titre elle est gérée par la Direction des Parcs Nationaux sous la tutelle du Ministère de l’Environnement. Elle est de plus inscrite comme site Ramsar ( protection internationale des zones humides)

  2. Beatrice BRUN dit :

    Merci pour votre réponse Monsieur Dupart.
    Mais pourquoi, sur Google, est il écrit que cette réserve est privée ?
    La connaissez vous ?
    Que peux t on apprendre de plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :