DURS LES CHINOIS!

Le calvaire des travailleurs du chantier de l’autoroute Ila Touba

Son inauguration s’est déroulée le 20 décembre. Les ouvriers s’activent de plein pieds pour les derniers réglages de l’autoroute Ila Touba. Ces derniers ont profité de notre présence pour étaler leurs maux et les humiliations face à leurs employeurs chinois.
En effet, les travaux de ce chantier estimé à 416 milliards, ont démarré depuis 2015 sur un tronçon entre Thiès et Touba, ont permis à plusieurs jeunes en quête d’emploi ont rallié la direction de l’entreprise située à Bambey. Si d’aucuns n’ont pas eu la chance d’être recruté, les plus chanceux ont travaillé en acceptant de vivre le calvaire des chinois. La première barrière semble la langue; en effet, les jeunes travailleurs n’arrivaient pas à communiquer avec les chinois sinon c’est à travers des signes qu’ils avaient de la peine à décortiquer. Le deuxième blocage est le traitement parfois inhumain de la part de leurs patrons. C’est le cas de Modou Cissé, jeune ouvrier polyvalent, la trentaine sonnée, a retracé son parcours miné de calvaire durant ses 2 ans et 3 mois de service. «Nous avons vécu d’innombrables difficultés, liées surtout, à la barrière linguistique avec nos patrons chinois. Nous ne parlons pas la même langue. Par conséquent, à défaut de pouvoir saisir leur langue, certains d’entre nous se sont, parfois, retrouvés avec des mises à pied ou même des licenciements», a confié l’ouvrier.
Selon lui, les ouvriers, travaillent, du lundi au dimanche, de 05h30 du matin à 18h, sans une prise en charge médicale durant plus de 3 années de galère et de dur labeur.
Malgré les 416 milliards de F Cfa injectés sur l’Autoroute, «Ila Touba», les travailleurs ont été, financièrement, exploités.«Nous n’avons pu rien tirer des salaires qui nous sont payés, depuis le début des travaux, tellement ils sont misérables. Nous avons été exploités et marginalisés> se désole le jeune ouvrier habitant à Touba..
Par ailleurs, en dépit de leur calvaire indescriptible, certains d’entre eux, un nombre insignifiant, tout de même, préfèrent voir les choses du bon côté. Même s’il a déploré les difficiles conditions de travail, le jeune ouvrier de teint foncé et petit de taille se prévaut de l’expérience professionnelle acquise dans cet «enfer» qu’il s’amuse à surnommer «Chinatown».
J’étais venu, ici, en tant que journalier-manœuvre, mais j’en sortirai avec un métier. Actuellement, je peux conduire des engins, des véhicules, seuls le diplôme et le permis de conduire me manquent, pour le moment. A cet effet, je me réjouis de ces expériences acquises», a-t-il détaillé.
Considérée comme l’une des plus grandes réalisations au Sénégal, depuis les années 60, l’Autoroute Thiès-Touba, communément appelée «Ila Touba», a été livrée le jeudi 20 décembre.
Abdou Dia/xibaaru.sn

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. le chaman dit :

    C’est vraiment très fatiguant de travailler des journées entières. Ne pas boire le thé plusieurs fois par jour. Ne pas sortir son tapis de prière 3 ou 4 fois par jour!
    Et ce n’est qu’un début car le but des entreprises et de l’état Chinois, est de mettre le pays en coupe réglé pour mieux satisfaire les immences besoin de la Chine et sont milliard 400 cents millions d’habitants.
    Les Sénégalais vont finir par regretter les Français.

  2. Tiocan dit :

    Le Sénégal et les sénégalais ont mangé leur pain blanc avec les Chinois, mais on ne va pas les plaindre, ils ont choisi…

  3. BRUN Béatrice dit :

    Je partage le sentiment de CHAMAN.
    Et que dire du rapport qu’ont les Chinois avec les animaux ?
    Sincèrement, vous ne voyez pas les Confréries Religieuses Sénégalaises, accepter l’implantation de Fermes immondes…. d’élevage de chiens, chats et porcs au SÉNÉGAL ?
    Le Sénégal, ce n’est pas YULIN ! 😠

  4. Bernard dit :

    Si les conditions de travail sont dures sur un chantier conduit par les Chinois, le Sénégal n’a encore rien vu = les conditions financières, notamment les péages et les remboursements de la dette, là cela sera dur ! Parce qu’il n’y a que les Français pour accepter une baisse des péages une fois le chantier, au mépris des contrats signés.

  5. stephane dit :

    Allez à l’inspection du travail comme vous avez l’habitude de faire avec les Européens

  6. BRUN Béatrice dit :

    Stephane,
    Je pense, et j’en suis convaincue qu’il y a des procédures au Tribunal.
    C’est comme en France quand on a la chance de tomber sur un Juge, qui dit le Droit, il y aura sanctions contre l’employeur Chinois.

  7. amy dit :

    oh non, pas nos gentils petits chinois, nos amis, nos frères, nos bailleurs. c’est une erreur.

  8. trevidic dit :

    Bonjour;
    « DURS les CHINOIS »
    Réflexion à prendre en considération lorsque nous savons qu’ils sont aussi durds envers eux, et qu’ils respectent le timing qu’impose un marché .le CHINOIS est un bosseur ,et, il ne fait pas de concession .
    Une « grogne » ce jour ,mais demain cela pourrait se transformer en un rejet !

  9. BRUN Béatrice dit :

    A défaut d’une main d’œuvre Sénégalaise qui pourrait jouer la partition des GJ (Gilets Jaunes), la Chine enverra sa main d’œuvre. ….
    À votre avis, on est mieux à Dakar plutôt qu’à YULIN !…. Rien que prononcer ce nom de Yulin, et je tombe dans les pommes.

    Qu’ils n’ oublient pas les Chinois. c’est que même leurs contrats ficelés, bétonnés, avec les meilleurs Conseils Sénégalais, ils ne seront jamais chez eux, comme tout étranger, je précise.

    • Galips dit :

      Déja handicapé par l’obscurantisme d’une religion il ne faudrait pas en plus que ce pays soit contaminé par la vérole »gilets jaunes ».
      Quand aux Chinois ils seront chez eux lorsqu’ils demanderont des terres en échange des dettes non remboursées, sauf si ces cons de Gaulois effacent ces dettes.

  10. BRUN Béatrice dit :

    Galips
    Sujet: Durs les Chinois
    ———————————
    Heureusement Galips, les contempteurs des GJ (Gilets Jaunes) , sont infimes dans ce blog !
    Serais je tentée de me montrer économe de mon mépris, tant les nécessiteux sont nombreux (comme dirait Chateaubriand)????
    Peste brune, verole, le champ lexical pour qualifier les GJ est dégradant, humiliant, avilissant…..

    AMY
    Pas de découragement.
    La vie est un combat.

    Bonnes fêtes à tous…. et à la Démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :