AUTRE AVIS SUR LES MIGRANTS D’AFRIQUE

Anna Bono, spécialiste de l’Afrique: « Les migrants ne sont pas des pauvres fuyant la guerre. Les chiffres le prouvent. »

« Ce sont des pauvres qui fuient la guerre? les chiffres montrent le contraire. » déclare Anna Bono, experte en histoire et institutions de l’Afrique à l’Université de Turin.
« Seulement 5% de ceux qui viennent en Italie sont vraiment des réfugiés. Ce ne sont pas les «derniers des derniers» car ils paient des milliers de dollars pour le voyage et les faux documents ». C’est ce qu’a expliqué Anna Bono, ancienne professeur d’histoire et d’institutions de l’Afrique à l’Université de Turin, qui démonte certaines des fausses nouvelles les plus courantes sur l’immigration.
Une voix qui émerge dans une solitude presque totale dans le domaine académique. Anna Bono est également l’auteur du livre « Migrants?! Les migrants?! Migrants?! « (Ed. Segno), qui vise à faire la lumière sur le plus gros problème du troisième millénaire.
« Des réfugiés? Presque aucun – explique-t-elle dans une interview avec Daniele Capezzone dans le journal La verità -.
Le ministère de l’Intérieur met à jour les données des demandeurs d’asile mois par mois. Tous ceux qui arrivent déposent une demande car c’est le seul moyen de ne pas être rejeté immédiatement.
En 2015, parmi toutes ces demandes, seules environ 3’500 ont été couronnées de succès. En 2016, moins de 5000. L’année dernière un peu plus de 6’000. En pourcentages, entre 5% et 8%. Tous les autres sont des migrants économiques ». Et encore: « Ce ne sont pas les « derniers des derniers ».
Comme il s’agit de trajets illégaux, 90% d’entre eux comptent sur des organisations criminelles et, par conséquent, ceux qui embarquent doivent être en mesure de collecter des milliers de dollars pour garantir les services des passeurs. Tout le monde ne peut pas se permettre ces chiffres, donc ils ne sont pas nécessairement si pauvres. »
Les gouvernements africains ont-ils besoin d’être aidés davantage? « Mais on les aide beaucoup, il y a une sorte de plan Marshall chaque année. L’Afrique est le continent le plus assisté en termes d’aide humanitaire et de coopération au développement.
Mais le problème est qu’une partie importante de cet argent n’est pas utilisée correctement, entre la corruption des gouvernements et le tribalisme qui se nourrissent mutuellement ». Un changement de paradigme est nécessaire. « Le développement de l’Afrique ne peut pas s’importer. L’Afrique doit davantage le produire d’elle-même ». Moins d’argent et «une meilleure gouvernance». Ils en auraient les moyens ».
Autre fake news : les gouvernements africains travaillent déjà à limiter les départs. « En partie, c’est le contraire qui est vrai – explique Anna Bono à La Verità -. Les gouvernements sont souvent les premiers responsables des départs. Spécifiquement s’il ne s’agit pas d’individus désespérés ou de personnes qui viennent de villages reculés mais de gens qui ont des moyens.
L’essentiel de la responsabilité réside donc précisément dans le découragement induit par le copinage et la corruption, qui incitent beaucoup de personnes à voir le départ comme le dernier espoir ».
Enfin, la peur du terrorisme: « Depuis au moins deux ans, des réseaux terroristes sont impliqués dans le trafic de personnes, d’où ils tirent des ressources essentiellement utilisées pour acquérir des armes. L’existence de ces routes migratoires peut également faciliter le déplacement des terroristes vers l’Afrique puis vers l’Europe. Où sont donc les militants de l’Etat islamique vaincus en Syrie et en Irak ?  »

Anna Bono a été chercheuse en Histoire et Institutions de l’Afrique au Département de la Culture, de la Politique et de la Société à l’Université de Turin jusqu’en 2015. De 1984 à 1993, elle est restée en Afrique pour mener des recherches de terrain sur la côte swahilie au Kenya. De 2004 à 2009, elle a collaboré avec l’Institut supérieur d’études sur les femmes de l’Université pontificale Regina Apostolorum. De 2004 à 2010, elle a dirigé le Département du développement humain du Cespas, le Centre européen d’études sur la population, l’environnement et le développement.
Jusqu’en 2010, elle a collaboré avec le ministère des Affaires étrangères dans le cadre du Forum stratégique dirigé par le conseiller du ministre, Pia Luisa Bianco. Elle collabore avec les médias de masse principalement dans le domaine catholique. Elle a écrit plus de 1600 articles, essais et livres scientifiques et informatifs sur les relations internationales, les problèmes de développement, la coopération internationale, l’émigration concernant l’Afrique.
Les Observateurs.ch

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Yvesbzh dit :

    Ou sont passés les MILLIARDS ????????
    Généreusement offert par la communauté Mondiale et censés remédier à ce triste problème et créer des emplois localement

    SUISSE LUXEMBOURG CAÏMANS???????

  2. Béatrice BRUN dit :

    Je rebondis sur l’article concernant Anna BONO:
    Tous ces spécialistes de l’Afrique, (étrangere, pour le cas présent), tous ces chercheurs, tous ces conseillers, etc dont on nous rebat les oreilles tout le temps, changent ils quelque chose à la situation? NON
    Je préfère m’en tenir avec mes débatteurs sur le Blog qui sont des personnes Éclairées
    qui aiment leur Pays, et qui apportent, d’une manière ou d’une autre leur contribution au Sénégal.

    • Francia dit :

      ils ne changent rien à la situation , mais nous éclairent sur la corruption , sur le trafic d’être humains , sur l’esclavage …on peut aimer un pays , un continent tout en constatant ses dérives !

  3. rico dit :

    En tous cas, même si elle ne fait pas avancer la solution, cette dame fournit une bonne analyse, qui nous eclaire un peu plus sur les raisons des migrations. Un peu de recul sur l’actualité ne fait jamais de mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :