PAS DE TERRORISME AU SENEGAL

Terrorisme en Afrique : Le Sénégal épargné

Les-terroristes.jpg

Prévenir l’extrémisme par le dialogue et la solidarité : le cas du Sénégal en est un exemple. C’est pourquoi plusieurs experts en provenance de divers horizons se sont réunis à Dakar sur le sujet lors d’un colloque inter religieux.
« L’éducation permet d’éviter que les graines de l’extrémisme ne se propagent. Mais, si les pays n’investissent pas dans le secteur éducatif, l’extrémisme trouvera un terrain fécond pour son développent », a dit Paul Hinchson, ambassadeur d’Israél au Sénégal. Le cas du Sénégal ne se pose pas parce que, ce pays est jusqu’ici épargné.
Contrairement aux pays comme le Nigeria, le Mali, le Burkina, le Niger ou la Côte d’Ivoire, ils ont eu à recevoir des attaques terroristes. Une chose est sûre : l’éducation y joue un rôle prépondérant, constate Bakary Samb, directeur de Timbuktu Institute. Selon lui, c’est par l’éducation qu’on doit véritablement arriver à bout des extrémismes.
« L’éducation doit être utilisé comme un instrument utile, en tant qu’arme de construction massive d’une citoyenneté et d’une paix durable », dit-il.
Pour plusieurs, les Etats sont invités à investir dans l’éducation des jeunes. Il urge à trouver des mécanismes. Fondé en 2002 par Mohamed Yusuf à Maiduguri au Nord Nigeria, Boko haram est un mouvement d’obédience Salafiste Djihadiste en quête à la fois d’un califat et d’une application intégrale de la Charia. Apres avoir revendiqué une affiliation aux Talibans Afghans et à Al-Qaïda, le groupe prête allégeance à Daesh en Mars 2015 et devient Etat Islamique pour l’Afrique de l’ouest. Daesh considère la zone d’opérations de l’ex Boko Haram comme une province et la dénomme : ”Wilayat al Sudan-Ghar.
Les dirigeants africains ont du pain sur la planche pour sortir de l’ornière.
africtelegraph.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. issa gibb dit :

    Encore un colloque sur le Terrorisme ??? Pour le Sénégal, la priorité pour lutter contre le terrorisme devrait être :
    Qu’ils sortent les enfants talibés de l’esclavage de la mendicité forcée de la rue avec tous les risques encourus pour ces enfants et pour une dignité retrouvée du pays…
    Et qu’ils leur donnent accès cette « éducation utile et arme de construction massive d’une citoyenneté et d’une paix durable » que leurs pourritures de marabouts, leur refusent…
    Pour l’instant, on ne voit que des gosses sales, dépenaillés et décérébrés, mendiants…Des petits esclaves voyants, reconnus et acceptés au Sénégal au XXIème siècle ???
    Elevés dans l’extrême misère, la souffrance humaine et l’absence totale d’éducation universelle, dans l’humiliation et la violence, sous les coups quotidiens pour ramener de l’argent à leurs marabouts, escrocs cyniques et pervertis de l’Islam Sénégalais…Et encore sous les coups quotidiens pour apprendre uniquement et « sénégalaisement » ce Satané Coran… Dans une indifférence totale et mondiale de l’esclavage « moderne », des souffrances et de l’avenir plus qu’incertain de ces milliers d’enfants … Ils sont 200 000 enfants talibés esclaves au Sénégal ???
    Puis, 5% des talibés, les « bons élèves coraniques » se retrouvent adultes, de nouveau esclaves corvéables à merci, dans les confréries soufies qui leur offrent un toit contre leur allégeance totale à la confrérie… Avec des dérives, comme les hordes thiantacounes de Bétio qui ont saccagé Dakar en 2012 ou les Mbacké-Mbacké qui ont dévasté les bureaux de vote en 2017 ou les Baye-Falls qui harcèlent en mendiant et emmerdent avec leurs chants nocturnes, défoncés de ganga, les honnêtes gens… Ces anciens talibés, devenus adultes se déclarent à leur tour, marabouts-maîtres coraniques et ils exploitent à nouveau, de nouveaux jeunes enfants pauvres et innocents, comme dans un cirque (cercle) sans fin… Dans le silence total des religieux confrériques sénégalais qui sont complices de la mafia maraboutique sénégalaise et donc, partie prenante du système abject de l’exploitation esclavagiste des enfants talibés… Avec cette situation qui se développe toujours au Sénégal, les talibés sont de plus en plus nombreux… Mais, on assiste aussi, à ce développement dans les pays voisins du Sénégal, comme le Mali et la Mauritanie avec des trafics négriers d’enfants… Ce qui arrive aussi en Casamance et en Gambie, jusque là, épargnées… Le tout lié à une radicalisation galopante des pays du Sahel, en particulier au Sénégal que les autorités sénégalaises peinent à cacher…
    Les 95 % des talibés restants qui sont, soit des adolescents en fugue des daaras maltraitantes ou soit des jeunes adultes ignorants et incultes, sans lien social et sans bagage professionnel qui se retrouvent dans les gangs des rues et tombent rapidement dans délinquance avec les petits boulots, les vols, la drogue et la prostitution pour survivre et avec des passages fréquents en prison où la police sénégalaise les traite comme des « moins que rien » avec des tabassages, parfois mortels dans les commissariats du Sénégal… Ce qui attise leur haine du pays, des gens et du Coran… C’est la grande réussite de l’apprentissage maraboutique du Coran au Sénégal ???
    Plus dangereux encore, c’est qu’ils sont des proies faciles pour les rabatteurs des terroristes… »Quand on te donne un fusil, de l’argent, une femme et la promesse d’être un martyr de la foi avec la promesse de 1 000 vierges, arrivé au Paradis »… Le choix de devenir « terroriste de la foi » est facile pour ces anciens enfants esclaves que leur pays a simplement ignoré, abandonné et exploité… Ils sont 3 000 combattants sénégalais recrutés par les intégristes qui combattent en Irak, en Syrie et en Lybie… Plus ceux de AQMI et de Boko Haram… Ils ont fait allégeance à Daesh qui considèrent les confréries (sectes pour d’autres) soufies sénégalaises comme des hérétiques à l’Islam… Avec la perte de terrain de Daesh, ces combattants vont rentrés au pays… Attention, Danger ! Pourquoi faire ???
    À la place de faire des colloques inutiles et coûteux sur le terrorisme, l’Etat sénégalais devrait s’atteler à arrêter le système esclavagiste des enfants talibés au Sénégal et leur redonner une vie normale, l’accès à l’éducation universelle et tous leurs droits d’enfant, de citoyen et de protection avec des sanctions les plus dures pour la horde des négriers d’enfants et des marabouts réfractaires …Sinon, il se pourrait, un jour, que ce soit trop tard et que çà leur pète à la gueule…
    Vous n’avez jamais entendu parlé des enfants soldats, embrigadés et petits assassins fous qui tuent tout le monde sur leurs passages, comme au Rwanda, au Congo ou avec Charles Taylor au Liberia … Et les camps d’entrainement de Daesh pour les enfants des combattants sénégalais à partir de 4 ans, qui vont revenir au pays avec papa et maman radicalisés… çà fait réfléchir !

  2. olive dit :

    un senegalais lucide et sans langue de bois !!bravo!! mais pas assez nombreux !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :