IDENTITE AFRICAINE POUR LES RECEPTIFS

Les hôtels africains appelés à développer une identité africaine

tourisme-les-hotels-africains-appeles-a-developper-une-identite-africaine-562855.jpg

Le Directeur de Jumia Travel en Afrique de l’Ouest et du Centre, Guillaume Pepin, a appelé jeudi à Dakar, les hôtels africains à développer une identité africaine afin que les touristes qui y arrivent sachent qu’ils sont en Afrique et non dans les hôtels 5 étoiles d’Europe et des Etats-Unis, lors d’une rencontre avec la presse sénégalaise.
Le Directeur de Jumia Travel estime qu’aujourd’hui, chaque hôtel doit relever deux défis. Le premier, c’est d’être capable de répondre aux standards internationaux, à savoir, avoir de l’électricité en permanence, une eau courante en bonne température, etc.
«C’est un vrai défi d’infrastructures. Chaque hôtel aussi, s’équiper même si parfois cela coûte cher, pour répondre aux standards internationaux. Le second défi c’est d’être capable de développer une identité africaine, d’être capable de faire en sorte que lorsqu’on arrive dans un hôtel en Afrique qu’on sache qu’on est en Afrique et pas un hôtel international avec les mêmes standards. On doit apprendre à avoir une identité africaine dans nos hôtels pour montrer à la face du monde que l’identité africaine à l’hôtel rime bien avec la qualité», a soutenu M. Pepin.
Selon lui, l’Afrique a une industrie hôtelière qui est passée par une période qu’on peut qualifier d’âge d’or au début des années 90.
«Aujourd’hui, on a une nouvelle dynamique qui n’est plus sur le même fondement. Dans les années 90 c’était une industrie orientée vers l’occident, l’Europe, avec des billets d’avions pas très chers. Aujourd’hui, nous avons une dynamique très intéressante orientée d’une part sur le tourisme d’affaires et d’autre part sur le tourisme panafricain de loisir. On doit cultiver cette nouvelle vision, l’entretenir, et mieux l’appréhender», a-t-il indiqué.
Le Directeur de Jumia Travel affirme que le secteur hôtelier en Afrique, fait aussi face aux défis sont liés à la communication et au marketing.
«On a la chance d’avoir au Sénégal sept sites qui sont patrimoine mondial de l’Unesco. C’est dommage qu’on en parle pas plus, c’est dommage qu’il n’ait pas plus de guides qui sachent en parler. Il faut qu’on apprenne ensemble à faire la promotion de nos destinations, à être fier d’eux et en faire la promotion », a-t-il dit.
Pour rappel, pour vendre la destination Sénégal, le chef de l’Etat Macky Sall, avait annoncé en avril 2015, la suppression du visa, d’un montant d’environ 33. 000 Francs CFA réclamés aux touristes, à partir du 1er mai 2015 et la baisse des taxes d’aéroport.
Macky veut ainsi, placer le Sénégal dans le top 5 des pays touristiques en Afrique avec pour objectif celui d’atteindre trois millions de visiteurs en 2023.
Mariama Diémè/Lignedirecte.sn

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. flopaty dit :

    la baisse, je me demande bien quand elles ont baissé puisque les billets sont toujours plus chers , que les billets sur les vols intérieurs sont toujours compliqué puisqu’on arrive a l’international avec 1x ou 2×23 kgs et qu’en vols intérieurs ils ne veulent plus que 20 kgs et meme si on veut payer le supplement de bagages, ils ne veulent pas les prendre car il faut choisir entre bagages en soute ou carburant……voilà les propos tenus a l’aeroport de Ziguinchor…..
    mais sur l’authenticité d’hôtels a deco et ambiance africaine, il faut le faire vite…….il ne faut pas croire que les occidentaux sont ravis de retrouver un hotel presque européen en afrique…..et pour avoir voyagé ailleurs qu’en afrique…….les asiatiques savent bien donner a leurs hôtels l’ambiance asiatique ou l’ambiance hindoue….

  2. Candide dit :

    Oui c’est problématique cette question du nombre et du poids des bagages en vols intérieurs. Il faudrait accorder les violons… Le ministère du tourisme et des transports aériens devrait se pencher sur ce problème (entre autres) si le Sénégal veut se placer dans le top 5 des pays touristiques en Afrique !

  3. Yannick MICHEL dit :

    Un AR Dakar-Ziguinchor par Transair est à 115 000 fcfa dont 32 000 fcfa de taxes … alors à quand la baisse?

  4. bill dit :

    C’est vrai, au fait ! la baisse du billet d’avion, quelqu’un l’a vu ? en ce qui me concerne, c’est 100 € de plus que l’année dernière (même date). Quand même, USA, Antilles, Canada, jolies baisses (ou promotions) mais Sénégal, que nenni.

  5. eddy dit :

    C’est comme tout,blabla et compagnie, les billets sont hors de prix!!!un jour ils se réveilleront , mais il sera trop tard ,je crois qu’ils s’en foutent et que l’on devrait en faire autant et aller voir ailleurs,a part le climat plus grand chose d’intéressant!!!!!

%d blogueurs aiment cette page :