Un toubab à Saint Louis

Yannick PHILIP, Président de l’office de tourisme
Cet hôtelier qui héberge la mémoire culturelle de Saint-Louis
6473160-9762364.jpg
Né à Saint-Louis du Sénégal le 3 mars 1967, Yannick Philip est aujourd’hui le président de l’Office de Tourisme et du Syndicat d’initiative de la région. Il fait partie des icônes de la capitale du Nord pour son engagement en faveur de la préservation du fonds culturel à Saint-Louis.
En d’autres lieux, on aurait dépeint Yannick Philip sous les traits caricaturaux d’un Saint-Louisien d’ethnie « toubab », tant son engagement pour la capitale du Nord est légendaire. Directeur du célèbre « Hôtel de la Poste », Yannick, comme aiment à l’appeler ses intimes, est un pur produit de l’île de Ndar pour y avoir effectué ses études primaires et passé sa plus tendre enfance. Puis, cap sur la France pour des études au collège et au lycée, sanctionnées par un bac professionnel en gestion informatique. Il est revenu au bercail pour reprendre la direction du célèbre établissement hôtelier que ses grands-parents et parents lui ont légué. Son leitmotiv reste le fervent désir de vivre et de travailler à faire perdurer le labeur de ses aïeux. Le patron du Syndicat d’initiative touristique de la région de Saint-Louis tient à transmettre un message aux Sénégalais : Ne pas désespérer, renforcer notre démocratie, se départir de tous les lobbies en veillant au renforcement de la Société civile. Des témoignages concordants informent que Yannick Philip est un homme multidimensionnel, dont les principaux traits de caractère sont la loyauté, la tolérance, la générosité et la pugnacité. Il déteste, par-dessus tout, l’hypocrisie. Ceci explique la réserve qu’il observe par rapport à la chose politique : « Les compétences sont pourtant là, mais noyées par les lobbies qui n’en ont que pour leurs propres intérêts. Il faut associer tout le monde au processus de prise de décisions ainsi qu’à la vision du développement et faire prévaloir les actes plutôt que les paroles sans lendemain ». Yannick Philip est donc un Saint-Louisien authentique, qui investit et travaille d’arrache-pied pour la ville. Il participe régulièrement aux grands débats qui ont trait au développement économique et social de la ville. Son ambition pour Saint -Louis se résume au souhait de voir une ville attrayante, car ayant une vocation culturelle, métisse et touristique avec un énorme potentiel à remettre en valeur. Cet attachement à la cité explique son désaccord lorsque l’ancien maire, Cheikh Bamba Dièye, avait organisé le gala des 140 ans de sa commune… à Dakar ! Sa prise de position publique en disait long sur le caractère trempé de l’homme qui ne cesse de faire remarquer que les Saint-Louisiens sont des gens tolérants, généreux et démocrates.
Yannick gère, avec une bonne dose de professionnalisme, l’« Hôtel de la Poste », classé, depuis belle lurette, patrimoine mondial par l’Unesco. Ses relations avec l’Aéropostale (hormis le fait qu’il s’agit d’une histoire commune à l’Humanité), sont également très fortes, car Saint-Louis fut une base très importante dans le cadre de la traversée de l’Atlantique Sud du fait de sa position géographique. Son établissement, à l’époque (années 1930), était géré par ses grands-parents qui ont eu la chance de rencontrer et connaître des héros comme Jean Mermoz qui séjournait dans la chambre 219. Le Syndicat d’initiative qu’il dirige a récemment signé une convention de financement avec l’Agence française de développement (Afd) pour un montant total de 280.000 euros (environ 183 millions de FCfa). Il est prévu l’agrandissement du Musée Jean Mermoz. Un projet qui est mené à la suite du grand retour du Bou El Mogdad.
Mamadou Lamine DIATTA/Lesoleil

Vous aimerez aussi...