Je dénonce!

Coupure de courant, pénurie d’eau : Qu’est-ce qui marche dans ce pays ?
943232_586949724661161_1732025524_n.jpg
On se demande bien ce qui marche dans ce pays. Si ce ne sont pas les coupures d’électricité devenues récurrentes, ce sont les pénuries d’eau ou encore la connection à internet qui fait des siennes. Depuis quelques semaines, alors que la canicule s’installe progressivement, Dakar et plusieurs localités du pays renouent avec la « vie dans le noir » : la Senelec prive de lumière les usagers du courant électrique, entraînant à l’occasion des coupures d’eau et leurs conséquences sur la santé et l’hygiène des populations.Mais c’est la SDE et la Sones qui inquiètent de par leur mutisme, restées amorphes quand il s’agit de mettre fin au calvaire de ces abonnés obligés de guetter, jusque tard dans la nuit, pour voir une seule goutte d’eau couler du robinet.
Plusieurs quartiers de Thiès se sont habitués à l’image des ces femmes et enfants munis de gourdes, de seaux, de bassines et autres récipients, parcourant les rues à la recherche du liquide précieux. Pourtant leurs zones d’habitation est couverte par le réseau SDE-Sones, mais voilà bien des années le scénario reste le même. L’eau ne coule toujours pas du robinet, sinon au compte-gouttes. Dernièrement ce phénomène s’est étendu à plusieurs quartiers de Dakar, au point de nécessiter un SOS, en direct, dans une émission de télévision.Alors que la campagne électorale bat son plein, aucun candidat ne parle ni n’est interpellé sur ces manquements notoires.
Ces problèmes concrets que rencontrent les populations au quotidien, n’existeraient si l’on se réfère au débat politique miné par la violence, les invectives en lieu et place des préoccupations réelles des électeurs, qui n’en demandent pas moins à ces grandes sociétés qui se font des milliards sur le dos des abonnés ou usagers, c’est selon, de faire un effort et leur garantir un service de qualité.Comment parler d’émergence lorsque des éléments vitaux comme l’eau nécessaire à l’hygiène de vie et l’électricité manquent de manière cruelle ? A quoi servent les associations de consommateurs que l’on n’entend pratiquement pas sur ces manquements graves qui ont fini d’indisposer usagers ou abonnés ? Autant d’interrogations qui interpellent : on a tous en mémoire les émeutes de l’eau en septembre dernier à Dakar, et celle de l’électricité qui avaient envoyé dans la rue, le 27 juin 2011, plusieurs milliers de Sénégalais…
Seneweb

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. rico dit :

    la corruption

  2. Gégé dit :

    Aujourd’hui 24/06 5 heures d’électricité – 3 heures le matin et 2 heures l’après-midi (pas de match Italie-Uruguay) et pas une goutte d’eau de 7h30 à 12h30.
    Hie 23/06 7 heures 30 de coupures dont 4h30 le soir(pas de match Cameroun-Brésil).
    Je ne compte pas les coupures de 5 minutes avec essai infructueux de redémarrage.
    Bravo ! Continuez comme ça !

  3. babacar dit :

    le Sénégal reste égal à lui même ! incapable dans tout les domaines !
    Que la population crève pourvu que certain nababs se remplissent les poches !
    Lorsque vous allez dans ces 2 organismes vous vous trouvez devant des guichets ou personne n’est au courant de rien et si tu râle un peu , alors tu reviens demain !
    La colère gronde et les émeutes ne sont pas loin …………!

  4. oyster dit :

    BABACAR critique souvent ce qu’il aime : le SENEGAL !

  5. babacar dit :

    Merci pour ce commentaire , mais il faut comprendre que ce pays , même à la dérive , se complait dans la médiocrité et la fainéantise et c cela qui me révolte car je voudrais tant que les choses change !

%d blogueurs aiment cette page :