La loi fait un tabac!

Quand les fumeurs saluent la nouvelle loi anti-tabac
3932120-5931345.jpg
Dans les rues de Dakar, capitale sénégalaise, les fumeurs saluent au même titre que les non-fumeurs, la décision des députés d’interdire le tabac dans les espaces publics.  
L’Assemblée nationale sénégalaise a adopté vendredi dernier, à l’unanimité, le projet de loi interdisant de fumer dans les lieux publics. Beaucoup s’attendait alors à une réaction négative des fumeurs sénégalais après le vote de cette loi. Mais non. Interrogés par Xinhua, ils apprécient positivement la décision des parlementaires.  
Abdoul Gaye, mécanicien qui a la trentaine, fume depuis maintenant six ans. Il juge salutaire l’interdiction de fumer dans les lieux publics.
« Les non-fumeurs désormais ne seront plus enfumés. Et cette loi nous (les fumeurs) permet de mesurer l’ampleur du danger du tabac. Personnellement, je veux saisir cette occasion pour arrêter de fumer », explique M. Gaye, un bâton de cigarette pincé entre les deux doigts.
Comme Abdoul, ils sont nombreux les fumeurs qui, en plus de saluer cette loi, veulent en profiter pour mettre une croix sur le tabac. C’est le cas d’Oumar Watt, enseignant à la retraire.
« Nous savons que la cigarette est nuisible mais, il n’y avait aucune mesure pour nous dissuader. Mais maintenant qu’il y a cette loi qui interdit de fumer n’importe comment et n’importe où, beaucoup comme moi préféreront abandonner purement et simplement », déclare Watt.
Quant à El Hadj Mbengue, un vieux chauffeur de taxi, il souhaite l’effectivité de la hausse du prix de la cigarette comme annoncé par les députés, en plus de l’interdiction de fumer en public.
« Je fume depuis plus de 20 ans. Mais la cigarette tue à petit feu. Et la meilleurs manière de protéger nos jeunes, c’est d’ augmenter le prix de sorte que ça ne soit pas accessible à tous, surtout aux petits », insiste ce sexagénaire.
Comme mesures dissuasives, les députés ont demandé l’ apposition d’images-chocs sur les méfaits du tabac,  au moins sur 50% de la surface du paquet de cigarettes. Et ce, pour permettre  aux analphabètes, aux mineurs et les lettrés ne prêtant plus attention aux écrits d’être conscient du danger du tabagisme.
Autres mesures prises par des parlementaires : le relèvement du prix du paquet de cigarette et de la taxe sur le tabac afin d’en diminuer la consommation ainsi que l’interdiction de la vente au détail de la cigarette dans les boutiques.
Les fonds qui seront recueillis grâce ces mesures seront affectés exclusivement au ministère de la Santé pour une meilleure prise en charge de la Couverture maladie universelle, proposent les députés.
La ministre sénégalaise de la Santé Awa Marie Coll Seck, qui défendait le projet de loi devant l’assemblée nationale,  a souligné que l’une des premières causes de décès évitables demeure le tabac, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).
« La mortalité actuelle est d’environ 5 millions de décès par an et si des mesures hardies ne sont pas prises au niveau mondial, elle pourrait passer à 10 millions par an à partir de 2020. Et 70% des décès par le tabac seront enregistrés dans les pays en voie de développement », déclare la ministre.
Après l’entrée en vigueur de la loi, les coupables seront passibles d’une amende allant de 25.000 à 50.000 francs CFA (50 à 100 USD). Au Sénégal, le tabac est déjà frappé d’interdiction de publicité dans les médias et de sponsoring des activités associatives notamment sportives.
Afrikinfo

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Pierre dit :

    Copier… Toujours copier …la connerie européenne !
    A quand les Alcotest … ?

  2. Thierry dit :

    Une loi pour interdire , chaque politicien peut le faire ……… sans trop prendre de risque , mais prendre au cœur les vrais problèmes ( éducation , santé , chômage , corruption etc etc là ce n est pas aussi facile

%d blogueurs aiment cette page :