Nianing veut sa commune!

Nianing veut passer de village à commune

dsc_0010-1.jpg

Des populations, regroupées au sein du Collectif des habitants pour la communalisation de Nianing, ont marché lundi dans les artères de la ville de Mbour, pour réclamer l’érection de leur localité en commune.

Portant des foulards et des tee-shirts rouges pour certains, ces manifestants, brandissaient des pancartes sur lesquels on pouvait, entre autres, lire : « Nianing veut sa mairie ». Ils se sont rendus à la préfecture de Mbour pour remettre un mémorandum à l’autorité administrative.

Dans leurs déclarations, ces marcheurs qui ont rallié la capitale de la Petite Côte à bord de cars de transports en commun « Ndiaga Ndiaye » et de véhicules particuliers, ont, à travers leur manifestation, voulu rappeler au président Macky Sall sa promesse lors de la campagne électorale en 2012.

Lors d’une visite électorale à Nianing, vous étiez ébahi d’apprendre que cette localité de 15.000 âmes avait toujours un statut de village et est rattachée à la communauté rurale de Malicounda. Vous aviez promis, séance tenante dès votre accession à la magistrature suprême, d’ériger cette localité en commune??, a rappelé le porte-parole des manifestants, Jean Marie Sarr.

Selon lui, les 3000 électeurs ont voté « massivement » pour le candidat de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY, majorité), qui a remporté l’ensemble des deux bureaux de vote de la localité. « Mr. le président, nous osons croire que vous tiendrez parole », a lancé M. Sarr.

M. le président de la République, les populations ont longtemps attendu. Toute la procédure a été effectuée, le Conseil rural de Malicounda a donné son avis favorable, le comité local de développement, le comité départemental de développement et l’Agence régionale de développement. « Il ne reste plus que la signature du décret, votre promesse », a dit Jean Marie Sarr.

Dans leurs déclarations, les marcheurs ont rappelé que Nianing, auquel les Portugais avaient donné le nom de Porto-Novo, fut un comptoir commercial au 17e siècle avant de devenir un territoire français, dans les années 1800.

Il fut également chef-lieu de canton, sous le nom de Mbayard-Nianing dans les années 1900 avant de devenir la capitale de la Petite Côte, bien avant la maladie du sommeil, avant même la naissance Mbour, a rappelé M. Sarr.

« Abritant le premier réceptif hôtelier d’envergure du Sénégal avec notamment le Club Aldiana et le Domaine de Nianing, avec toutes ces infrastructures urbaines, Nianing ne peut pas traverser les communes de Mbour et Saly-Portudal pour aller à son chef-lieu de communauté rurale, Malicounda. C’est une incohérence territoriale et nous souhaiterions être rapprochés de notre administration où obtenir un acte administratif relève du miracle et est perçu comme un lux pour nantis », a-t-il regretté.

Selon le porte-parole, pour les populations de Nianing, il est beaucoup plus facile d’aller à Dakar qu’à Malicounda avec les conséquences que cela engendre, notamment la déperdition scolaire faute d’actes de naissance, l’inexistence d’actes administratifs, entre autres.

« Nous sommes prêts à nous suicider administrativement que de continuer à dépendre de la communauté rurale de Malicounda », a-t-il prévenu. 

APS

Vous aimerez aussi...