Où est le tourisme?

Compétitivité de la destination Sénégal : Le privé dépose ses cahiers de doléances chez Macky

lamantin-31Expanded.jpg

Les acteurs du secteur privé du tourisme sont déterminés à rendre la destination Sénégal plus attractif. C’est pourquoi, lors de l’atelier de partage qui s’est tenu hier, à Dakar, ils ont exprimé, aux nouvelles autorités, leurs préoccupations qui vont de la réforme de l’Agence nationale de promotion du tourisme (Anpt), à la baisse de la Tva, en passant par la suppression des taxes sur les billets d’avion.

Les nouvelles autorités du pays devront accomplir certaines réformes si elles veulent que la destination Sénégal soit plus attractive. Ces réformes, pour le secteur privé du tourisme, s’articulent autour de la baisse de la Taxe sur la valeur ajoutée (Tva) et des taxes sur le billet d’avion. Selon le président de la coordination patronale des industries touristiques du Sénégal, Racine Sy, le secteur privé du tourisme a été vivement préoccupé par la décision du gouvernement de supprimer l’Agence nationale de promotion du tourisme qu’il estime être un outil indispensable pour la promotion de la destination Sénégal. C’est pourquoi, au lieu de la supprimer, Racine Sy demande qu’elle soit réformée.

L’autre préoccupation exprimée par Sy, c’est la baisse de la Tva. Selon Racine Sy, le Sénégal a été toujours cité en exemple dans tous les pays membres de l’Uemoa comme assurant le leadership en matière de tourisme et que cette baisse de la Tva a même servi d’exemple aux autres pays où les acteurs ont réclamé la même chose à leur gouvernement dans le cadre de la directive de l’Uemoa qui prescrit à l’ensemble des pays membres de réduire la Tva dans un délai de deux ans. Le Sénégal, à la demande de son secteur privé, s’est battu et s’est déplacé dans les autres pays pour convaincre les uns et les autres d’aboutir à cette décision. «Nous sommes un secteur transversal, porteur de croissance. Nous ne sommes pas concurrents entre nous au Sénégal. Nous sommes concurrents par rapport à des destinations», a-t-il fait savoir.

A l’en croire, «quand nous regardons le Maroc, la Tva est entre 5 et 7 %, la Tunisie c’est pareil. Tous les pays qui sont des concurrents du Sénégal, ont des Tva réduites». C’est pourquoi, avance-t-il : «Nous estimons, de ce point de vue-là, que le Sénégal se devait de donner un signal politique fort à son secteur privé en baissant cette Tva». Aujourd’hui, fait remarquer Racine Sy, «on parle d’une éventuelle hausse. Nous appelons de nos vœux que cette Tva demeure en l’état, c’est-à-dire à 10 %. Si on ne peut pas la baisser à 5 ou 7 %, qu’on ne l’augmente pas. C’est une préoccupation majeure du secteur du tourisme».

Racine Sy, qui se félicite de la baisse de 10 % sur l’hébergement, demande néanmoins qu’elle soit étendue aux autres métiers du tourisme comme le transport touristique, la restauration, entre autres. Car, selon lui, c’est de cette manière que le gouvernement peut subventionner indirectement le secteur du tourisme qui a beaucoup souffert ces dernières années. Il déplore que les dernières élections ont entraîné une baisse drastique de leurs activités notamment au niveau de l’hôtellerie d’affaire et des loisirs. «Avec le climat de violence, les gens ont suspendu purement et simplement toutes les manifestations qu’ils devaient faire au Sénégal et nous avons fonctionné au niveau des hôtels, avec des taux d’occupation jamais vus au Sénégal depuis plus de dix ans», a-t-il déploré. Pour lui, cela s’était passé dans d’autres pays, les états n’auraient pas hésité à subventionner. Tout en réjouissant du bon déroulement des élections présidentielles, Sy souligne que les marchés vont en tenir compte, pas pour cette saison mais pour la saison prochaine. Car, précise-t-il, «dans le tourisme, les choses se décident un an à l’avance».

Sur la fiscalité sur les billets d’avions, Racine Sy explique : «Avec un billet d’avion offert, rien qu’avec les taxes, on peut se payer un autre billet entre la France et les Etats-Unis parce que c’est prohibitif». Avant d’ajouter : «Nous avons toujours dénoncé ces taxes-là et nous espérons qu’aujourd’hui, avec les nouvelles autorités, on va mettre à plat tout ce qui a été décidé en matière de fiscalité.» Il poursuit : «La baisse de la Tva a un caractère irréversible.» Selon lui, l’Etat n’a pas vocation à construire des hôtels ou à créer des agences de voyage. Ce que demande le secteur privé de l’hôtellerie à l’Etat, c’est de l’accompagner et de créer le cadre juridique et institutionnel lui permettant de mener à bien ses activités afin d’être un vecteur de croissance économique.

Walfadjri

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. oyster dit :

    Si l’état senegalais n’a pas en effet le vocation à construire des hotels ,il décide cependant des directives et des taxes ,et, à des choix à faire avec :obtenir des rentrées d’argent en ne faisant pas peur aux touristes .
    Simplement pas facile ..

  2. jeangilles dit :

    Bjr
    Il suffit de diminuer le prix des billets d avion et le senegal reprend sa place en tete des pays touristiques
    Car il a le soleil et La gentillesse des Senegalais et Senegalaises

  3. déhelle.debelval dit :

    bien d’accord avec vous jeangilles, diminuer la taxe d’aéroport et les touristes reviendront, 6h. d’avion et le soleil garanti (je suis en normandie et j’en ai bien besoin), l’accueil, les marchés de brousse, le djouj, le niokolo, le siné-saloum, loin des  »réserves » à touristes, quel bonheur !

  4. doussal dit :

    il faut avant la saison que les tarifs baissent sinon les touristes partirons encore vers d’autres destinations et encore moins de monde au senegal

  5. doussal dit :

    il faut avant la saison que les tarifs baissent sinon les touristes partirons encore vers d’autres destinations et encore moins de monde au senegal

  6. jeangilles dit :

    Bjr a tous et a toutes
    Pas vraiment le cas en ce moment AR pour janvier 620 euros avec Iberia Alors j attend un peu mais faut pas rever…..et le nouvel aeroport a quand l inauguration ?

%d blogueurs aiment cette page :